Iakoute

Le iakoute ou yakoute (Саха тыла / sakha tyla en iakoute) est une langue appartenant au groupe des langues turques de la famille des langues altaïques. Il est parlé par les Iakoutes en Sibérie, plus précisément dans la République de Sakha, aussi appelée Iakoutie.

Cet article concerne la langue iakoute. Pour le peuple iakoute, voir Iakoutes.
Pour les articles homonymes, voir Iakoute (homonymie).

Iakoute
Саха тыла sakha tyla
Pays Russie
Région Sibérie, Iakoutie
Nombre de locuteurs environ 363 000
Typologie SOV agglutinante
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Sakha
Codes de langue
ISO 639-2 sah
ISO 639-3 sah
IETF sah
Échantillon
Premier article de la Déclaration universelle des droits de l'homme

Дьон барыта бэйэ суолтатыгар уонна быраабыгар тэҥ буолан төрүүллэр. Кинилэр бары өркөн өйдөөх, суобастаах буолан төрүүллэр, уонна бэйэ бэйэлэригэр тылга кииринигэс быһыылара доҕордоһуу тыыннаах буолуохтаах.

Classification

Le iakoute fait partie de la famille des langues turques du Nord, qui inclut également le touvain. Cette famille est un sous-groupe des langues turques, qui appartient à la famille des langues altaïques.

Comme le finnois, le hongrois et le turc, le iakoute utilise l’harmonie vocalique, c’est une langue agglutinante et n’a pas de genre grammatical. C’est une langue SOV (sujet-objet-verbe).

Répartition géographique

L’aire où est parlé le iakoute est représentée en bleu.

Le iakoute est principalement parlé en république de Iakoutie. Il est aussi utilisé par des Iakoutes dans le kraï de Khabarovsk, et à quelques autres endroits de la Russie, de la Turquie et du reste du monde. Il sert de langue véhiculaire avec les autres ethnies minoritaires de la république de Iakoutie.[réf. nécessaire]

Écriture

Disposition de clavier iakoute

Le iakoute s’écrit avec une variante de l’alphabet cyrillique basée sur l’alphabet russe, mais qui comporte cinq lettres en plus pour noter des sons qui n’existent pas en russe : Ҕ, Ҥ, Ө, Һ et Ү.

LettreTranscription (Alphabet turcique uniforme)Latin lettre (Yañalif) (1929 - 1939)Prononciation (API)Prononciation approximative
А аaA a/a/a
Б бbB ʙ/b/b
В вvV v/v/v
Г гgG g/ɡ/g
Д дdD d/d/d
Дь дьcÇ ç/ɟ/dy
Ҕ ҕğƢ ƣ/ɣ, ʁ/r français
Е еe, yeje/e, je/é, yé
Ё ёyojo/jo/yo
Ж жjƵ ƶ/ʒ/j
З зzZ z/z/z
И иiI i/i/i
Й йyJ j/j, ȷ̃/y
К кkK k/k, q/k
Л лlL l/l/l
М мmM m/m/m
Н нnN n/n/n
Ҥ ҥñꞐ ꞑ/ŋ/ng
Нь ньn’nj/ɲ/gn
О оoO o/o/o
Ө өöƟ ɵ/ø/eu
П пpP p/p/p
Р рrR r/ɾ/r roulé
С сsS s/s/s
Һ һhH h/h/h
Т тtT t/t/t
У уuU u/u/ou
Ү үüY y/y/u
Ф фfF f/f/f
Х хx ou qQ q/x/kh
Ц цts-/t͡s/ts
Ч чçC c/t͡ʃ/tch
Ш шşŞ ş/ʃ/ch
Щ щşç-/ɕː/chtch
Ъ ъʼ
Ы ыıƄ ƅ/ɯ/entre i et ou
Ь ьˮ-
Э эeE e/e/é
Ю юyuju/ju/you
Я яyaja/ja/ya

Les lettres В, Е, Ё, Ж, З, Ф, Ц, Ш, Щ, Ъ, Ь (sauf dans les digrammes дь et нь), Ю et Я ne sont utilisées que dans des mots étrangers (le plus souvent empruntés au russe).

Les voyelles longues sont notées en doublant les voyelles : аа, ии, оо, өө, уу, үү, ыы, ээ.

Prononciation

Voyelles et harmonie vocalique

Le iakoute a vingt phonèmes vocaliques : 8 voyelles courtes, 8 longues et 4 diphtongues[1].

Voyelles en iakoute
CourtesLonguesDiphtongues
FerméesOuvertesFerméesOuvertes
AntérieuresNon arrondies /i/ и /e/ э /iː/ ии /eː/ ээ /ie/ иэ
Arrondies /y/ ү /ø/ ө /yː/ үү /øː/ өө /yø/ үө
PostérieuresNon arrondies /ɯ/ ы /a/ а /ɯː/ ыы /aː/ аа /ɯa/ ыа
Arrondies /u/ у /o/ о /uː/ уу /oː/ оо /uo/ уо

La longueur des voyelles est importante, parce qu’elle permet de distinguer certains mots, par exemple аат aat (« prénom ») et ат at (« cheval »).

L’harmonie vocalique, typique des langues turques, existe aussi en iakoute : les voyelles sont réparties en quatre classes, chacune correspondant à une ligne du tableau ci-dessus. Un suffixe ajouté à un mot doit avoir une voyelle de la même classe que la dernière voyelle du mot ; pour cette raison, les suffixes ont quatre formes. Ainsi, le suffixe du pluriel a les formes suivantes : -лар, -лэр, -лор, -лөр (-lar, -ler, -lor, -lör), en fonction du mot auquel il est attaché[2].

Assimilation

L’ajout de suffixes provoque de nombreuses modifications à la dernière consonne d’un mot. К, п, с et х se voisent en г, б, һ et ҕ si on ajoute un suffixe commençant par une voyelle : биэс bies (« cinq ») devient биэһи biehi au datif.

Ajouter un suffixe qui commence par une consonne à un mot terminé par une consonne peut entraîner des incompatibilités ; pour cette raison, l’une des deux consonnes est changée, voire les deux, selon les règles suivantes :

  • т + л → тт,
  • н + л → нн,
  • ҥ + ҕ → ҥҥ,
  • х + ҕ → хх,
  • т + б → пп,
  • н + б → мм,
  • н + ҕ → ҥҥ,
  • л devient :
    • д après й ou р,
    • т après к, п, с, з, т, х,
    • н après м, н, ҥ ;
  • б devient :
    • п après к, п, с, з, т, х,
    • м après м, н, ҥ ;
  • ҕ devient :
    • г après й, л, р,
    • к après к, п, с, з, т,
    • ҥ après м, н, ҥ.

En raison de l’harmonie vocalique et des règles d’assimilation, un suffixe peut avoir une vingtaine de formes[3]. Par exemple, le suffixe -lar du pluriel peut prendre les formes suivantes :

  • ат at « cheval » → аттар attar « chevaux »,
  • дьиэ cie « maison » → дьиэлэр cieler « maisons »,
  • ох ox « flèche » → охтор oxtor « flèches »,
  • үөр üör « troupeau » → үөрдэр üörder « troupeaux ».

Grammaire

Le iakoute comporte huit cas : nominatif, partitif, datif, accusatif, ablatif, instrumental, comitatif et comparatif. Ces deux derniers sont les plus rares : le comitatif indique l’accompagnement et se traduit par « avec », et le comparatif indique la supériorité (« plus … que »).

Noms

Le pluriel des noms est indiqué par le suffixe -lar qui peut prendre de nombreuses formes, comme expliqué précédemment.

Suffixes possessifs

En iakoute, la possession est exprimée en mettant le possesseur avant l’objet possédé, mais celui-ci doit aussi avoir un suffixe possessif.

Suffixes possessifs en iakoute
PersonneSingulierPluriel
1re -быт, -бут, -бит, -бүт
2e -ҕыт, -ҕут, -ҕит, -ҕүт
3e -а, -о, -э, -ө-лар, -лэр, -лор, -лөр

Ainsi, « ton père » se dit эн аҕаҥ en ağañ (« père » se disant аҕа ağa). Pour un mot qui se termine par une consonne, à la première et à la deuxième personne du singulier, une voyelle intercalaire est insérée : кэргэн kergen (« mari ») → мин кэргэним min kergenim (« mon mari »)[4].

Suffixes de cas

Les cas sont indiqués par des suffixes. Leur forme de base est présentée ci-dessous, mais ils sont aussi sujets à l’harmonie vocalique ainsi qu’aux règles d’assimilation, ce qui fait qu’ils ont généralement 16 ou 20 formes possibles. Les noms pourvus d’un suffixe possessif ont des terminaisons différentes[5].

Suffixes de cas
CasSuffixes
Nominatif
Partitif -та, -да, -ла, -на
Datif -та, -га, -ка, -ха, -ҥа
Accusatif -ны, ы
Ablatif -ттан, -тан
Instrumental -нан, -ынан
Comitatif -лыын, -тыын, -дыын, -ныын
Comparatif -тааҕар, -дааҕар, -лааҕар, -нааҕар
Exemples de mots déclinés
Senschevalflèche
Nominatif атох
Partitif аттаохто
Datif аккаоххо
Accusatif атыоҕу
Ablatif аттанохтон
Instrumental атынаноҕунан
Comitatif аттыынохтуун
Comparatif аттааҕарохтооҕор

Pronoms personnels

Le iakoute a six pronoms personnels. Ils se déclinent comme les noms, mais ils n’ont pas de partitif[6].

Déclinaison des pronoms personnels
NombreSingulierPluriel
Personne1re2e3e1re2e3e
Nominatif минэнкинибиһигиэһигикинилэр
Datif миэхээйиэхэкиниэхэбиһиэхээһиэхэкинилэргэ
Accusatif миигинэйигинкининибиһигиниэһигиникинилэри
Ablatif миигиттэнэйигиттэнкиниттэнбиһигиттэнэһигиттэнкинилэртэн
Instrumental миигинэнэйигинэнкининэнбиһигинэнэһигинэнкинилэринэн
Comitatif миигинниинэйигинниинкинилиинбиһигинниинэһигинниинкинилэрдиин
Comparatif миигиннээҕэрэйигиннээҕэркинитээҕэрбиһигиннээҕэрэһигиннээҕэркинилэрдээҕэр

Numéraux

Numéraux cardinaux en iakoute
123456789
биириккиүстүөртбиэсалтасэттэаҕыстоҕус
102030405060708090
уонсүүрбэотуттүөрт уонбиэс уоналта уонсэттэ уонаҕыс уонтоҕус уон
1001 0001 000 000
сүүстыһыынчамөлүйүөн

Les numéraux se déclinent comme les noms. Dans le cas d’un numéral composé, on ne décline que le dernier[7].

Exemples

FrançaisIakouteTranscription
terreсирsir
cielхаллаанxallaan
eauууuu
feuуотuot
hommeкиһиkihi
femmeдьахтарcaxtar
mangerаһааahaa
boireисis
grandулаханulaxan
petitкыраkıra
nuitтүүнtüün
jourкүнkün

Notes et références

Bibliographie

  • (de) Stanisław Kałużyński, Mongolische Elemente in der jakutischen Sprache, Varsovie,
  • (en) John Richard Krueger, Yakut Manual, Université de l’Indiana, , 389 p.
  • Émilie Maj et Marine Le Berre-Semenov, Parlons sakha : Langue et culture iakoutes, L’Harmattan, coll. « Parlons », , 183 p. (ISBN 2296127819, présentation en ligne)
  • Michaela Tvrdíková, Contes de Sibérie, Gründ, , 200 p. (ISBN 2700011333)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des langues
  • Portail de la Russie
  • Portail de la Sibérie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.