Jacques Cuisinier

Jacques Cuisinier, né à Ixelles le et mort à Bruxelles le , est un architecte belge.

Pour les articles homonymes, voir Cuisinier (homonymie).

Jacques Cuisinier
Présentation
Naissance
Ixelles
Décès (à 84 ans)
Bruxelles
Nationalité Belgique
Mouvement Fonctionnalisme
Postmodernisme en Belgique
Œuvre
Réalisations Centre international Rogier
Passage Saint-Honoré
Charlemagne
Centre administratif de la Ville de Bruxelles
Résidence Brusilia
Hôtel Méridien

Il est principalement connu pour la réalisation de grands projets qui ont marqué le paysage de la capitale belge, tel que le Centre international Rogier (connu également sous le nom de Centre Martini ou de Tour Martini) à Saint-Josse-Ten-Noode, ainsi que de grands immeubles à appartements tel que la Résidence Brusilia à Schaerbeek (la plus haute tour de logements en Belgique jusqu'en 2014), la Résidence de la Magnanerie à Forest ou encore le Royal Building à Forest.

Mis à part quelques grandes réalisations, son œuvre, pourtant prolifique, est globalement méconnue aussi bien du grand public que du milieu des architectes. Ce constat pourrait s’expliquer par le manque de style personnel de l’architecte : en effet celui-ci a aussi bien réalisé des tours de logements en béton armé que des habitations personnelles de style Louis XVI. Ce manque de personnalité ainsi que ses amitiés avec certains promoteurs immobiliers tel que Ado Blaton ou Charles de Pauw lui vaudront le surnom de « crayon souple »[1] parmi ses contemporains. Sur ce point, l'historien de l’architecture Sven Sterken exprime son point de vue :

« Si Cuisinier était plus que quiconque au service des promoteurs bruxellois, il a su, dans ses meilleures années, dépasser avec panache les contraintes commerciales.»[2]

Biographie

Jacques Cuisinier étudia l’architecture à l’école Sint-Lukkas à Schaerbeek dont il sort diplômé en 1937. Les premières réalisations qui lui sont attribués datent des années 1950. Parmi celles-ci, citons entre autres l’Hôtel Amigo (1956-58) dans un style folklorique[3], à deux pas de la Grand-Place de Bruxelles, la Résidence de la Magnanerie (1957-61), le Centre international Rogier (1957-62, démoli en 2002). L’essentiel de ses projets furent réalisés durant les années 1960, période qui correspond aussi à l’apogée de sa carrière. Durant celle-ci il réalisa entre autres la Galerie Louise (1962-63), le Charlemagne (1964- 67), le Centre Monnaie (1967-71). La fin de sa carrière est marquée par la construction de l’Hôtel Méridien (1995) en face de la gare centrale.

Réalisations

  • 1956 : Immeuble à appartements, place Saint Lazare, 1210 Saint-Josse-ten-Noode
  • 1956 : Habitation individuelle, avenue Franklin Roosvelt 95, 1000 Bruxelles
  • 1956-58 : Hôtel Amigo, coin entre la rue de l’Etuve et la rue de l’Amigo, 1000 Bruxelles
  • 1957-60 : La Résidence du Lac, Square Biarritz, 1-7 1050 Ixelles
  • 1957-61 : La Magnanerie, immeuble résidentiel de 61 m de haut, avenue Minerve, 33 1190 Forest
  • 1957-62 : Centre International Rogier (avec Serge Lebrun), place Rogier 10-15 à Saint-Josse-Ten- Noode[4]. Cette tour, surnommée « Tour Martini » ou « Centre Martini », a été démolie en 2002 et remplacée par la tour Dexia (rebaptisée tour Rogier), construite par Michel Jaspers et Philippe Samyn.
  • 1960-64 : Extension du Parking 58, rue de l’Eveque, 1 1000 Bruxelles
  • 1960-71 : Residence Royal Palace, Zeedijk 96 8400 Oostende
  • 1961 : Hôtel Reyers, boulevard Auguste Reyers, 122 1030 Schaerbeek
  • 1962 : Royal Building Residence, Avenue Albert II 1190 Forest
  • 1962-1963 Passage Saint-Honoré (Jacques Cuisinier - Serge Lebrun)[5]
  • 1962-63 : Parc des Nations, immeuble à appartements, avenue Franklin Roosevelt 121, 1000 Bruxelles - 1962-64 : Complexe Twenty One, Avenue des Neufs Provinces, 3 1083 Ganshoren
  • 1963-64 : Galerie Louise, Avenue Louise, 32-46a 1000 Bruxelles
  • 1964-67 Immeuble Charlemagne, 170 rue de la Loi à Bruxelles. Transformé en 1998 par l'architecte Helmut Jahn de Chicago (architecte opérationnel Bureau d'architecture Henri Montois)
  • 1967-1971 Centre administratif de la Ville de Bruxelles (Centre Monnaie) et Régie des Postes, boulevard Anspach n°6 à Bruxelles (Jacques Cuisinier, Jean Gilson, André et Jean Polak, R.Schuiten)[6]
  • 1967-72 : Hotel Europa, complexe hôtelier, rue de la Loi, 107-111 1000 Bruxelles
  • 1968-71 : Le Brusilia, immeuble à appartements, avenue Louis Bertrand 100-104 à Schaerbeek
  • 1971-74 : Habitation individuelle, rue Vilain XIV, 12 1050 Ixelles
  • 1972-79 : immeuble de bureau, rue de l’Industrie, 4 1000 Bruxelles
  • 1973 : Immeuble à appartements, rue Paul Devigne 70 1030 Schaerbeek
  • 1973-81 : Complexe immobilier Cours St-Michel, Avenue de Tervuren 41 1040 Etterbeek
  • 1975 : Le Christoffel, immeuble à appartements, Boulevard Leopold III, 2 1030 Schaerbeek
  • 1976 : Immeuble à appartements, rue Defacqz 96-118 Saint Gilles 1060
  • 1979 : Maison néobaroque, rue de la Montagne, 18 1000 Bruxelles
  • 1979 : Immeuble de bureau, Rue Archimède 1, 1000 Bruxelles
  • 1995 : Hôtel Méridien, Carrefour de l’Europe 3, 1000 Bruxelles

Notes et références

  1. UMBREIT F, « Articulation de l’espace public au travers du socle chez Jacques Cuisinier » , Memoire universitaire, Bruxelles, ULB, 2013
  2. Sterken, S., “Bruxelles, une capitale en mouvement? 50 ans d’architecture et d’urbanisme”, dans Bruxelles Patrimoines, hors série, 2013, p.187-209.
  3. Van Loo, Anne, et al. Dictionnaire De L'architecture En Belgique : De 1830 à Nos Jours. Anvers: Fonds Mercator, 2003, p 233.
  4. Le Centre international Rogier sur le site officiel de l'inventaire du patrimoine architectural de la Région de Bruxelles-Capitale http://www.irismonument.be/fr.Saint-Josse-ten-Noode.Place_Charles_Rogier.10.html
  5. Le Patrimoine monumental de la Belgique, Bruxelles, Volume 1B, Pentagone E-M, Pierre Mardaga éditeur, 1993, p.94
  6. Le Patrimoine monumental de la Belgique, Bruxelles, Volume 1A, Pentagone A-D, Pierre Mardaga éditeur, 1989, p.LVII
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail de Bruxelles
  • Portail de la Belgique
  • Portail du XXe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.