Jacques Laffite

Jacques Laffite, né le à Paris, est un pilote automobile français. Il a notamment disputé 176 Grands Prix de Formule 1 et remporté six victoires entre 1974 et 1986. De 1997 à 2012, il commente en qualité de consultant les Grands Prix de F1 pour la chaîne de télévision française TF1. Il a deux filles : Camille et Margot, journaliste sportive (Formula One) sur Canal+. Jacques Laffite est le beau-frère de Jean-Pierre Jabouille[1],[2].

Jacques Laffite
Jacques Laffite en 2015.
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Nationalité France
Carrière
Années d'activité 1974-1986 (F1)
Qualité Pilote automobile
Statistiques
Nombre de courses 176
Pole positions 7
Podiums 32
Victoires 6
Champion du monde 0

Pour les articles homonymes, voir Laffite.
Pour l’article ayant un titre homophone, voir Jacques Laffitte.

Biographie

La Martini de Formule 3 de Jacques Laffite.
Jacques Laffite au Grand prix d'Italie 1976.
Jacques Laffite en démonstration sur Ligier en 1982 à Pau.

En 1958, il rencontre Jean-Pierre Jabouille qui lui propose de devenir son mécanicien, en 1966, lors des épreuves de la Coupe Renault R8 Gordini[3],[4].

Venu tardivement au sport automobile, Jacques Laffite s'est rapidement bâti une solide réputation dans les formules de promotion en devenant Champion de France de Formule Renault en 1972 (participation la même année aux 24 heures du Mans avec Pierre Maublanc de 15 ans son aîné sur Ligier JS2), et de Formule 3 en 1973 (cette année-là, il remporte également le prestigieux Grand Prix de Monaco F3).

Ces résultats lui permettent d'accéder à la Formule 1 en 1974, au sein de la modeste écurie Williams, alors en grande difficulté financière. En obtenant au Grand Prix d'Allemagne 1975 sur le très sélectif tracé du Nürburgring une deuxième place, Laffite contribue grandement à la survie de l'équipe. Parallèlement à ses débuts en Formule 1, Jacques Laffite devient, en 1975, champion d'Europe et de France de Formule 2, et conquiert, pour le constructeur Alfa Romeo, le titre mondial d'endurance du Championnat du monde des voitures de sport 1975 sur la 33TT12 WSC (victoire à quatre reprises avec l'Italien Arturo Merzario, aux 800 kilomètres de Dijon, 1 000 kilomètres de Monza (Trofeo Filippo Caracciolo), 1 000 km de la Coppa Florio et 1 000 kilomètres du Nürburgring).

Grand espoir de la Formule 1 française malgré ses 33 ans, Laffite est choisi, début 1976, à l'issue d'un test comparatif face à Jean-Pierre Beltoise pour faire débuter en compétition la première Ligier. Après une saison 1976 pleine de promesses, Laffite et Ligier semblent plus en difficulté en 1977. Dans ce contexte, Laffite remporte, à l'occasion du Grand Prix de Suède, son premier succès. Mal qualifié, Laffite revient à la deuxième place qui se transforme en victoire en vue de l'arrivée après l'abandon de Mario Andretti. Une victoire à ce point surprenante que Laffite sera privé de Marseillaise sur le podium, les organisateurs n'ayant pas imaginé la victoire d'un pilote français. Ce succès de Laffite sur la Ligier-Matra V12 constitue la première victoire d'un ensemble châssis-moteur français de l'histoire de la Formule 1. La victoire de Laffite restera pourtant une performance isolée au milieu d'une saison globalement décevante.

Après une saison 1978 en demi-teinte, il faut attendre 1979 pour voir Laffite et Ligier se hisser au plus haut niveau. Au volant de la Ligier JS11, Laffite domine le début de saison, remporte les deux premières courses de l'année en Amérique du Sud et fait ainsi figure de favori pour le titre mondial. L'écurie Ligier perd progressivement pied en cours d'année et Laffite termine quatrième du championnat du monde, performance qu'il réédite en 1980 (avec une victoire en Allemagne) mais sans jamais s'être mêlé à la lutte pour le titre, la faute à des résultats trop irréguliers.

En 1981, après un début de saison raté, il s'impose sur le tracé du Grand Prix d'Autriche puis sous la pluie au Canada et aborde l'ultime manche du championnat (à Las Vegas) en troisième position au général, avec des chances d'être sacré champion du monde. Mais Laffite passe à côté de sa course et, pour la troisième année consécutive, obtient la quatrième place du championnat.

En 1982, Laffite subit le déclin soudain de l'écurie Ligier et, démotivé, n'est guère en mesure de se mettre en évidence. Il se relance chez Williams, l'écurie de ses débuts, désormais l'une des meilleures du monde. En 1983, avec le modeste V8 Ford-Cosworth atmosphérique, l'équipe n'est pas en mesure de lutter avec les concurrents qui bénéficient du moteur turbo. Ce n'est que lors du dernier Grand Prix 1983 que Williams passe au turbo, grâce à un partenariat avec le motoriste japonais Honda. 1984 est une nouvelle fois décevante pour Laffite, qui essuie les plâtres d'un moteur encore peu fiable et aux performances irrégulières. Laffite se plaindra en outre de ne pas bénéficier du même matériel que son coéquipier finlandais Keke Rosberg.

Après deux saisons chez Williams, Laffite effectue, en 1985, son retour chez Ligier. À plus de 40 ans, le vétéran obtient, avec le moteur Renault turbo, plusieurs bonnes performances en 1985 et en 1986, où il monte à deux reprises sur le podium.

Au Grand Prix de Grande-Bretagne, sur le tracé de Brands Hatch, Laffite est victime au départ d'une collision en chaîne dans le cœur du peloton. Après avoir heurté de face le rail de sécurité, il est relevé avec de multiples fractures aux jambes et au bassin. À l'issue d'une opération chirurgicale menée par le professeur Émile Letournel, Laffite retrouve l'usage de ses jambes. Cet accident marque la fin de sa carrière en Formule 1, le jour où il égalait le record de participations détenu par Graham Hill (176 départs).

Jacques Laffite et la Ligier JS11 à Rétromobile 2019

Après sa convalescence, Laffite reprend le volant en compétition, dans des épreuves de Tourisme (DTM) ou d'Endurance. Il effectue son retour en monoplace fin 2005 à l'occasion de la première manche du championnat Grand Prix Masters, destiné aux anciennes gloires de la Formule 1.

De 1997 à 2012, Jacques Laffite commente, en qualité de consultant, les Grands Prix de Formule 1 sur la chaîne française TF1 où il remplace Johnny Rives. De 1997 à 2002, il commente en duo avec Pierre Van Vliet, remplacé en 2003 par Christophe Malbranque. Depuis 2013, il anime l'émission Dimanche Méca sur Eurosport.

Jacques Laffite, passionné de golf, est actionnaire du Golf de Dijon-Bourgogne. Attaché à la Creuse, il y possède une propriété[5]. Il est le beau-père d'Arnaud Tsamere.

Fin , lors d'une émission télévisée, il annonce être atteint de tremblements au niveau des mains, conséquence probable de son accident[6].

Résultats en championnat du monde de Formule 1

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Victoires Pole positions Meilleurs tours Points inscrits Classement
1974Frank Williams Racing CarsIso FWFord V8Goodyear50000n.c.
1975Frank Williams Racing CarsFW
FW04
Ford V8Goodyear10000612e
1976Ligier GitanesJS5Matra V12Goodyear16011[7],[8],[9]207e
1977Ligier GitanesJS7Matra V12Goodyear171011810e
1978Ligier GitanesJS7
JS9
Matra V12Goodyear16000198e
1979Ligier GitanesJS11Ford V8Goodyear15242364e
1980Équipe Ligier GitanesJS11/15Ford V8Goodyear14111344e
1981Équipe Talbot GitanesJS17Matra V12Michelin15211444e
1982Équipe Talbot GitanesJS17
JS17B
JS19
Matra V12Michelin15000517e
1983TAG Williams TeamFW08C
FW09
Ford V8
Honda V6 turbo
Goodyear130001111e
1984Williams Grand Prix EngineeringFW09
FW09B
Honda V6 turboGoodyear16000514e
1985Équipe LigierJS25Renault V6 turboPirelli15001169e
1986Équipe LigierJS27Renault V6 turboPirelli9000148e

Victoires en Championnat du monde de Formule 1

Tableau synthétique des victoires de Jacques Laffite en Formule 1
# Année Manche Grand Prix Circuit Écurie Voiture Résumé
1197708/17SuèdeAnderstorpLigier GitanesJS7 (en)Résumé
2197901/15ArgentineBuenos AiresLigier GitanesJS11Résumé
3197902/15BrésilInterlagosLigier GitanesJS11Résumé
4198010/15AllemagneHockenheimÉquipe Ligier GitanesJS11/15Résumé
5198111/15AutricheÖsterreichringÉquipe Talbot GitanesJS17 (en)Résumé
6198114/15CanadaMontréalÉquipe Talbot GitanesJS17 (en)Résumé

Voir aussi

Sources et références

  1. Gilles, « JACQUES LAFFITE SOUFFLE … 75 BOUGIES, CE MERCREDI 21 NOVEMBRE 2018 ! », sur autonewsinfo.com, (consulté le 11 décembre 2019)
  2. Gilles, « JEAN-PIERRE JABOUILLE FÊTE SES 75 ANS. », sur autonewsinfo.com, (consulté le 11 décembre 2019)
  3. « JACQUES LAFFITE SOUFFLE … 75 BOUGIES, CE MERCREDI 21 NOVEMBRE 2018 ! », sur Autonewsinfo (consulté le 23 janvier 2019)
  4. « coupe r8g - Page : 4 - Histoires du sport automobile - FORUM Sport Auto », sur forum-auto.caradisiac.com (consulté le 23 janvier 2019)
  5. Jacques Laffite : la maison de l'ex-pilote de Formule 1 partiellement détruite
  6. « Jacques Laffite est atteint du syndrome de Parkinson », sur L'ÉQUIPE (consulté le 23 janvier 2019)
  7. (ja) « F1GP World Championship Round 16 », Japan Automobile Federation (consulté le 27 juin 2011)
  8. https://www.nikkansports.com/ns/sports/motor/japan_gp/history/japan-1976.html
  9. http://www.statsf1.com/fr/1976/japon/meilleur-tour.aspx

Liens externes



  • Portail de la Formule 1
  • Portail de l'endurance automobile
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.