Jacques Pimpaneau

Jacques Pimpaneau, né le , est un sinologue français.

Jacques Pimpaneau
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Spécialiste de la langue et de la civilisation chinoises, il découvre la Chine en 1958 et, contrairement a de nombreux intellectuels de son époque, il n’est jamais fasciné par le régime maoïste. Personnalité indépendante, proche des situationnistes et des anarchistes, il s’est toujours distingué de la sinologie académique.

Biographie

Boursier, il étudie à l'université de Pékin de 1958 à 1960. Rentré en Occident, il devient professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales, où il fut titulaire de la chaire de langue et littérature chinoises, de 1963 à 1999. De 1968 à 1971, il est détaché comme enseignant à l'Université chinoise de Hong Kong, où il est le collègue du sinologue belge Pierre Ryckmans (le futur Simon Leys). Jacques Pimpaneau a été au centre de rencontres entre certains sinologues et des théoriciens radicaux situationnistes, comme son ancien élève, René Viénet[1]. Jacques Pimpaneau participe en 1976 au documentaire : Chinois, encore un effort pour être révolutionnaires ! dont le réalisateur est René Viénet[2].

En 1972, il a créé à Paris le musée Kwok On (Arts et traditions populaires d’Asie), dont les collections ont été léguées au musée de l'Orient à Lisbonne.

Il a été le secrétaire de Jean Dubuffet. Il fut aussi proche de Georges Bataille à la fin de son existence, étant un des rares présents au moment de sa mort et de son inhumation à Vézelay en 1962[3].

Depuis 1983, il a écrit des dizaines d’ouvrages historiques, bibliographies et des romans[4].

En 2019, il a donné sa bibliothèque personnelle au fonds chinois de la bibliothèque municipale de Lyon[5].

Bibliographie

Ouvrages

  • Promenade au jardin des poiriers. L'Opéra chinois classique, Éditions Kwok On, 1983
    • réédition revue et augmentée : Chine : l'Opéra chinois classique. Promenade au jardin des poiriers, Les Belles Lettres, 2014.
  • Chine : Histoire de la littérature, Philippe Picquier, 1989, rééd. 2004 (ISBN 2-87730-702-6)
  • Mémoires de la cour céleste, Éditions Kwok On, 1995
    • réédition revue et augmentée : Chine : Mythes et dieux, Philippe Picquier, 1999, (ISBN 2-87730-450-7)
  • Dans un jardin de Chine, Collection Picquier poche no 213, Philippe Picquier, 1999, (ISBN 2-87730-683-6)
  • Lettre à une jeune fille qui voudrait partir en Chine, Collection Picquier poche no 222, Philippe Picquier, 2003, (ISBN 2-87730-711-5)
  • Chine : Culture et traditions, Nouvelle édition revue et corrigée, Philippe Picquier, 2004 (ISBN 2-87730-701-8)
  • Célébration de l'ivresse Collection Écrits dans la paume de la main, Philippe Picquier, 2000 (ISBN 2-87730-501-5)
  • À deux jeunes filles qui voudraient comprendre la religion des chinois, Philippe Picquier, 2010
  • Chroniques sanglantes de Chinoises amoureuses, Éditions Espaces et signes, 2014 (ISBN 978-2-9535965-7-1)
  • Le tour de Chine en 80 ans, Éditions de l'Insomniaque, 2017, (ISBN 978-2376230007)

Articles

  • « Différences ou ressemblances », Extrême-Orient, Extrême-Occident, 1986, vol. 8, no 8, p. 111-122. [lire en ligne]

Traductions

  • Des royaumes en proie à la perdition (Histoire des Zhou orientaux 東周列國志)
  • Biographie des regrets éternels, Philippe Picquier, 1989, (ISBN 2-87730-011-0)
  • Morceaux choisis de la prose classique chinoise, (2 tomes) Librairie You Feng, 1998, (ISBN 2-84279-027-8) (tome 1), (ISBN 2-84279-039-1) (tome 2)
  • Anthologie de la littérature chinoise classique, Philippe Picquier, 2004 (ISBN 2-87730-666-6)
  • Les mémoires historiques de Se-ma Ts'ien, Traduction en français en 9 volumes, You Feng, 2015. Édouard Chavannes, Max Kaltenmark, Yves Hervouet, Jacques Pimpaneau. (ISBN 9782842795290)

Références

  1. René Viénet Feu sur les maolâtres Causeur.fr, aout 2015
  2. Pierre Haski Kung-fu et cul politique : dans les années 70, mashups jubilatoires Rue89, 20 mars 2015
  3. « Le 7 [juillet 1962], Bataille visionne chez lui, avec Pimpaneau, Catherine Girard (aujourd'hui Baratier), médecin, et son mari, et un couple de sexologues américains, les Kunhausen, l'adaptation cinématographique d'Histoire de l'œil à laquelle ces derniers travaillent. Entré dans le coma dans la nuit du 7 au 8, il est, sur avis de Fraenkel, transporté dans l'après-midi du 8 à l'hôpital Laennec, où il meurt le 9 au matin, sans avoir repris connaissance. Il est inhumé à Vézelay en présence de Diane, Piel, Pimpaneau, Michel et Zette Leiris.», dans Georges Bataille, Romans et récits, préface de Denis Hollier, sous la direction de Jean-François Louette, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2004, chronologie établie par Marina Galetti, p. CXXXVII.
  4. Jacques Pimpaneau Culture communication gouv.fr, 25 septembre 2015
  5. Création du fonds Jacques Pimpaneau, BM de Lyon, Fonds chinois, 30 mai 2019

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail du monde chinois
  • Portail de l’anarchisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.