James Byres

James Byres de Tonley FRSE FSA (Scot) FSA (1733 - 1817) était un architecte, antiquaire et marchand écossais d'antiquités et de peintures de maîtres.

Biographie

Il est né dans l'Aberdeenshire en 1733 [1]. Il était membre d'une famille de sympathisants jacobites écossais [2] qui se sont installés à Rome en 1758, où il est devenu cicérone et marchand d'art, principalement auprès de nobles écossais et anglais faisant le Grand Tour, jusqu'à son retour en Écosse en 1790 [3]. Sa maison était dans la Via Paolina.

Il était un peintre et un architecte, dont la conception vanvitellienne pour une façade de Palais a remporté un prix de l'Accademia di San Luca en 1762 [4]. À Rome, des membres de son cercle ont été dessinés par Angelica Kauffmann dans un carnet de croquis qu'elle a utilisé de 1762 à 1764: les portraits comprennent notamment le peintre anglais Nathaniel Dance-Holland, Gavin Hamilton et l'abbé Peter Grant [5]. En 1764, il connaissait si bien les sites antiques et les cabinets de collectionneurs qu'il prit avec lui un groupe de colons américains, dont Samuel Powel de Philadelphie, qui, contrairement à ses pairs britanniques, prit des notes assidues [6]. Byres, ainsi que certains autres résidents britanniques à Rome tels que Thomas Jenkins et Colin Morison, a travaillé comme marchand d'art avec d'importants collectionneurs européens.

William Constable a acheté à Byres de nombreuses peintures et copies de marbre italiens d'après des sculptures romaines à Burton Constable, Yorkshire, et Byres était chargé de présenter l'artiste Anton von Maron, qui a peint William Constable et sa sœur dans la pose et la robe de Cato et Marcia [7]. Parmi les antiquités qui sont passées entre ses mains, la plus célèbre est sans doute le Vase Portland, qu'il a vendu à Sir William Hamilton en 1770. Parmi les commandes pour lesquelles il a agi en tant qu'agent, il y avait le Noli me Tangere de Raphaël Mengs, 1771, pour un retable pour All Souls College, 1771 [8].

En 1783, il fut l'un des membres fondateurs de la Royal Society of Edinburgh [1].

On peut se faire une idée claire de sa propre collection à partir d'un inventaire de 1790 fait à son retour à Tonley. Bien qu'il ait envoyé plusieurs de ses clients à Pompeo Batoni, le seul portrait Batoni accroché dans sa maison était celui de sa sœur Isabella, Mme Robert Sandilands [9].

Concernant les Étrusques, Byres a formulé l'hypothèse que la littérature étrusque ne nous est pas parvenue parce qu'elle a été délibérément détruite par les Romains.

Avant de quitter Rome en 1790, il a fait un paiement au maître d'hôtel de Henry Benedict Stuart, le cardinal York en faveur de la duchesse d'Albany, fille illégitime de Bonnie Prince Charlie, de sorte qu'il peut être déduit que sa sensibilité jacobite était profonde.

Il mourut à Tonley dans l'Aberdeenshire le [1].

Références

  1. http://www.royalsoced.org.uk/cms/files/fellows/biographical_index/fells_indexp1.pdf
  2. His father Patrick Byres went abroad after Battle of Culloden; "The Byres Family: An Eighteenth Century Portrait Group", The Burlington Magazine for Connoisseurs 82 No. 479 (February 1943, p. 46-47, 49, p. 48.
  3. Charles D Waterston et A Macmillan Shearer, Former Fellows of the Royal Society of Edinburgh 1783-2002: Biographical Index, vol. I, Edinburgh, The Royal Society of Edinburgh, (ISBN 978-0-902198-84-5, lire en ligne)
  4. John Fleming, in Connoisseur Year Book 1959 p. 24-27 and Fleming Robert Adam and His Circle (Harvard University Press) 1962, p. 306, 378.
  5. Peter Grant of Blairfindry, head of the Scottish Mission. Arthur S. Marks, "Angelica Kauffman and Some Americans on the Grand Tour" American Art Journal 12.2 (Spring 1980, p. 4-24) p. 5.
  6. Samuel Powel's "Short Notes on a Course of Antiquities at Rome in Company with Messers Apthorp Morgan & Palmer begun May 21, 1764 under Mr Byers Antiquarian" is conserved at the American Philosophical Society, Philadelphia; (Marks 1980:11 note 31).
  7. Christopher Gilbert, "William Constable as Patron (1721-1791) at Hull" The Burlington Magazine 112 No. 804 (March 1970), p. 178, 183-184).
  8. John Sparrow, "An Oxford altar-piece" The Burlington Magazine 102 No. 682 (January 1960), p. 2, 4-9.
  9. Francis Russell, "Batoni's Mrs Sandilands and Other Portraits from the Collection of James Byres" The Burlington Magazine 120 No. 899 (February 1978), p. 114, 116-117.

Annexes

Bibliographie

  • P. Coen, Il mercato dei quadri a Roma nel XVIII secolo:, Florence, Leo S. Olschki, 2010, p.   70–77
  • I. Bignamini, C. Hornsby, Creuser et traiter à Rome au dix-huitième siècle (2010), p.   246-248
  • P. Coen, La carriera di mercante d'arte e il profilo culturale di James Byres of Tonley (1737-1824), in La città degli artisti nell'età di Pio VI, cura di L. Barroero, S. Susinno, « Roma moderna e contemporanea », X, 2002, pp.   153–178
  • Brinsley Ford, «James Byres, principal antiquaire des visiteurs anglais à Rome», à Apollo ; 99 (), p. 446–61.
  • WT Whitley, Artistes et leurs amis en Angleterre 1700-1790 (1928) ii, p. 247–48.

Liens externes

  • Portail de l’Écosse
  • Portail des collections
  • Portail des arts
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.