Je suis un aventurier

Je suis un aventurier (titre original : The Far Country) est un western américain réalisé par Anthony Mann, sorti en 1954. C'est le quatrième des cinq films du cycle de westerns d'Anthony Mann avec James Stewart.

Je suis un aventurier
Affiche du film avec James Stewart.

Titre original The Far Country
Réalisation Anthony Mann
Scénario Borden Chase
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Pays d’origine États-Unis
Genre Western
Durée 97 minutes
Sortie 1954

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Synopsis

1896. Jeff Webster est un cow-boy aventurier et individualiste originaire du Wyoming. La seule personne avec laquelle il partage une amitié désintéressée est Ben. Tous deux font commerce d'un troupeau de bovins vers l'Alaska lors la ruée vers l'or du Klondike. Lors d'une halte à Skagway, leur troupeau est saisi par Gannon, un shérif véreux. Les deux hommes passent la frontière en compagnie d'une femme d'affaires, Ronda Castle, qui les a recrutés pour l'escorter mais reviennent de nuit récupérer leur troupeau. Arrivés à Dawson City, au Canada, ils achètent une concession pour exploiter une mine d'or afin de s'offrir enfin le ranch de leur rêve.

Fiche technique

Distribution

Cascades 

Production

Aaron Rosenberg, James Stewart Anthony Mann et William H. Daniels (directeur de la photographie), sur le tournage du film en 1954.

Le duo Mann-Stewart s'éloigne d'Universal-International pour réaliser avec la Metro-Goldwyn-Mayer L'Appât (1953). En 1953, la collaboration se poursuit pour la sortie du film avec Universal-International.

Scénario

Le scénariste Borden Chase, l'acteur James Stewart et le réalisateur Anthony Mann ont déjà collaboré ensemble pour le film Winchester '73 (1950) et Les Affameurs (1951)[3],[4].

Distribution

James Stewart tient le rôle principal du film. Il s'agit du quatrième film du cycle de westerns d'Anthony Mann avec James Stewart. Le rôle du méchant, le juge de Skagway, est confié à John McIntire.

Réalisation

Le tournage du film se déroule de mi-août à mi-[5].

Analyse

Route de Skagway

Le film est centré autour de la ruée vers l'or du Klondike. Les protagonistes empruntent la route de Skagway, dans le sud de l'Alaska, pour se rendre à Dawson City, dans le nord du Canada. En réalité, le film fut tourné dans les parcs nationaux de Jasper et de Banff, dans les Rocheuses canadiennes.

Le grelot, un leurre sonore

Dans son essai Un art sonore, le cinéma, Michel Chion considère le grelot de la selle du cheval de Jeff Webster comme un « indicatif » et un « leurre sonore »[6]. Stewart saisit la selle et s'arrête lorsqu'il entend le grelot tinter « comme s'il l'entendait pour la première fois ». Et alors que ce bruit peut être « un élément susceptible de le trahir, finalement, il s'en est servi[6]. » Chion interprète ce son comme associé au cours du film au caractère égoïste du protagoniste ; finalement,

« [il] devient ici un symbole justicier, un acousmate symbolique. Par le bruit [que Webster] a conscientisé, [il] devient le cavalier fantôme, en même temps qu'il se réhabilite[6]. »

Exploitation

Promotion, distribution vidéo et exploitation télévisuelle

Pour la sortie du film, deux premières sont organisées aux États-Unis. La première se déroule à New York le et la seconde se passe à Los Angeles le [7].

Accueil critique

Box-office

Pays Box office
États-Unis ?dollars
France 851 378 entrées[8]

En France, le film a été vu par 851 378 spectateurs lors de son exploitation en salle[8].

Notes et références

  1. Selon IMDB (cf. lien externe).
  2. Selon CinéRessources (cf. lien externe).
  3. « Winchester '73 », sur imdb.com (consulté le 11 août 2013)
  4. « Les Affameurs », sur imdb.com (consulté le 17 août 2014)
  5. (en) « The Far Country », sur afi.com (consulté le 17 août 2014)
  6. Chion 2003, p. 276
  7. « The Far Country (1955) », sur TCM.com (consulté le 17 août 2014)
  8. « Je suis un aventurier », sur Allociné (consulté le 27 août 2013).

Voir aussi

Bibliographie

  • Jean-François Rauger, Universal, 100 ans de cinéma, Paris, La Martinière, , 1re éd., 280 p. (ISBN 978-2-732-45392-7)
  • Jean-Marc Bouineau, Alain Charlot et Jean-Pierre Frimbois, Les 100 chefs-d'œuvre du western, Alleur, Belgique, Marabout, , 1re éd., 220 p. (ISBN 2-501-01167-8)
  • Michel Chion, Un art sonore, le cinéma : histoire, esthétique, poétique, Cahiers du cinéma, coll. « Essai », , 512 p. (ISBN 978-2-866-42364-3)
  • (en) Jeanine Basinger, Anthony Mann, Wesleyan University Press, , 1re éd., 214 p. (ISBN 978-0-819-56845-8, présentation en ligne)
  • (en) William Darby, Anthony Mann: The Film Career, McFarland, , 294 p. (ISBN 978-0-786-45448-8, présentation en ligne)

Liens externes


  • Portail du cinéma américain
  • Portail du western
  • Portail des années 1950
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.