Jean-Baptiste Corneille

Jean-Baptiste Corneille, né à Paris le et mort dans la même ville le , est un peintre et graveur français.

Pour les articles homonymes, voir Corneille.
Jean-Baptiste Corneille
Naissance
Décès
(à 45 ans)
Paris
Activités
Formation
Maître
Lieux de travail
Père
Fratrie
Distinctions

Biographie

Jean Baptiste Corneille est le plus jeune fils de Michel Corneille l'Ancien (1601 ou 1602-1664). Son frère aîné, Michel Corneille le Jeune (1642-1708) était également un peintre renommé. Il reçoit une formation artistique auprès de son père son père et obtient des prix de l'Académie royale de peinture et de sculpture, notamment en 1663 (Mais pas de "prix de Rome", le "Prix royale" n'a été créé qu'en 1667, et l'appellation est un usage du XIXe siècle). En 1665, il est envoyé à Rome par Colbert avec pension et s'y rend à pied en compagnie du peintre Pierre Monier et du graveur Baudet. Il va alors étudier en Italie, et bien entendu à Rome où l'Académie de France n'existe pas encore (créée le ).

À son retour en France, il est reçu membre de l'Académie royale le avec à sa Punition de Busiris par Hercule (Paris, musée du Louvre). Il œuvre pour des églises parisiennes et, en 1679, il achève un Saint Pierre délivré de prison pour la cathédrale Notre-Dame. Avec Jacques Vouet[réf. nécessaire], il est chargé des décorations du palais des Tuileries. On lui doit également des compositions décoratives pour l'hôtel des Ambassadeurs de Hollande à Paris, ainsi qu'une participation à la peinture d'un des globes de Coronelli.

En 1692, est nommé professeur à l'Académie.

Il meurt à Paris le .

Œuvres

Comme son frère, Michel, Jean-Baptiste Corneille est influencé par l'école du Desiderosi. Plusieurs de ses peintures ont été gravées par certains de ses contemporains, comme Jean Mariette qui fut son élève. Lui-même a gravé à l'eau-forte quelques-unes de ses œuvres, s'inspirant des Carracci.

Estampe

  • Buste de Michel-Ange.
  • Saint Bernard.
  • Mercure dans le ciel.
  • Saint-Jean dans le désert, d'après Annibale Carracci.

Peinture

  • Apparition du Christ ressuscité à Sainte-Thérèse et Saint-Jean de la Croix, 1672, Paris, église Saint-Joseph-des-Carmes.
  • La Mort de Caton d'Utique, 1687, huile sur toile, 131 × 163 cm, Dijon, musée des beaux-arts.
  • L'Ange Gardien, huile sur toile, 137 × 95 cm, Dijon, musée des beaux-arts.
  • L'Apparition de la Vierge à saint Bernard, huile sur toile, 287 × 195 cm, Dijon, musée des beaux-arts.
  • Archimède et le soldat, esquisse, Dijon, musée Magnin.
  • Hercule punissant Busiris, huile sur toile, 141,5 × 197,5 cm, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts.
  • La Résurrection de Lazare, huile sur toile, 356,5 × 255,5 cm, provient de l'église des Chartreux à Paris, Rouen, musée des beaux-arts.
  • La Résurrection de Notre-Seigneur, maître-autel de l'église Saint-Martin de Meudon, localisation actuelle inconnue.
  • Jupiter chassant Vulcain de l'Olympe, huile sur toile, 45 x 31,5 cm, musée des beaux-arts de Brest[1].


Notes et références

  1. Renaissance du Musée de Brest, acquisitions récentes : [exposition], Musée du Louvre, Aile de Flore, Département des Peintures, 25 octobre 1974-27 janvier 1975, Paris, , 80 p.

Annexes

Liens externes

  • Portail de la peinture
  • Portail de la gravure et de l'estampe
  • Portail de la France du Grand Siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.