Jean-Luc Coronel de Boissezon

Jean-Luc Coronel de Boissezon est un historien français du droit.

Pour les articles homonymes, voir Coronel.
Pour la commune, voir Boissezon.
Jean-Luc Coronel de Boissezon
Jean-Luc Coronel de Boissezon en 2019.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Société d'histoire du droit (d)
Directeurs de thèse
Distinction
Prix de thèse de la Maison Auguste-Comte (d) ()

Ses travaux sont principalement orientés vers l'histoire de la pensée juridique et politique ; auteur d'une thèse sur Frédéric Le Play face au droit. Une critique de la codification et de la centralisation au XIXe siècle (Paris, 2008), il est spécialiste de l'histoire intellectuelle du conservatisme français et européen.

Agrégé d'histoire du droit, professeur à l'université de Montpellier à partir de 2010[1], il en est révoqué en à la suite de son intervention contre l'occupation illégale[2],[3] de la Faculté de droit et science politique de Montpellier par des manifestants en .

Biographie

Né le à Aubenas, Jean-Luc Coronel[4] (puis Coronel de Boissezon) a poursuivi à Aix-en-Provence, puis à Paris, des études de sociologie, de science politique, et de droit[5]. En 1989, il obtient le diplôme de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence avec un mémoire sur la pensée politique du traditionaliste italien Julius Evola[6], puis en 1990 un diplôme d'études approfondies en histoire des institutions et des idées politiques, à l'université Aix-Marseille III, avec un mémoire sur la conjuration des Égaux de Gracchus Babeuf et Philippe Buonarroti[7], « premier parti communiste de l'histoire » selon Marx. En 2008, il achève un doctorat en droit à l'université Paris-Sud, avec une thèse sur les conceptions juridiques de Frédéric Le Play et de son école, dirigée par les professeurs Brigitte Basdevant-Gaudemet et François Jankowiak[8], qui recevra le prix de thèse de la Maison d'Auguste Comte en 2011[9]. Il appartient au comité d'experts de la revue Les Études sociales[10].

Au cours de sa carrière, il a notamment enseigné à l'université Aix-Marseille III (1990-1993), à l'université Jean-Monnet-Saint-Étienne (1995-1997), à l'université Paris-X (1998-1999), à l'université Panthéon-Assas (1999-2000), à l'université Paris-XI (2000-2007) et à l'université Montpellier-I. De 2010 à 2019, il est professeur agrégé d'histoire du droit[11] à la faculté de droit de Montpellier.

Révocation

En , à l'instar du doyen Philippe Pétel, le professeur Coronel de Boissezon est mis en cause dans l'évacuation des manifestants extérieurs qui occupaient la faculté de droit de Montpellier. Les deux universitaires sont inculpés pour « complicité d'intrusion » et suspendus de leurs fonctions.

Jean-Luc Coronel est en outre mis en examen pour violences en récidive, ce dernier ayant déjà fait l'objet d'une condamnation en 2013[12]. Il se défend pourtant : « j'étais présent [...] pour veiller sur nos locaux, nos étudiants et nos collègues présents. Je n'étais évidemment pas cagoulé et donc parfaitement identifiable de mon plein gré. [...] Je n’ai pas l’habitude, lorsque je suis agressé, de rester passif »[13].

En automne 2018, l'enquête conduira à l'arrestation de personnes soupçonnées d'avoir été réunies par une amie de Jean-Luc Coronel[14].

Suite au rapport de l'inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche[15] pointant la responsabilité de messieurs Coronel et Pétel à l'issue d'une première vague d'auditions, une procédure disciplinaire a été engagée.

Le , les professeurs Pétel et Coronel de Boissezon se voient sanctionnés, le premier par une suspension de cinq ans, le second par une révocation de l'enseignement supérieur[16]. Emmenés par le Montpelliérain Rémy Cabrillac, 450 universitaires s'insurgent, dans un courrier à la ministre, contre des sanctions à leurs yeux totalement disproportionnées, prises en outre, selon eux, au mépris du principe de présomption d'innocence[17]. Parmi eux, François-Xavier Lucas, professeur de droit à l'université Panthéon-Sorbonne, affirmera que ces sanctions retenues contre les deux professeurs sont d'une « extrême sévérité », « infondée et nourrie d'arrière-pensées politiques »[18]. Le journaliste Mickaël Fonton estime que cette sanction « rarissime » est l'illustration d'une faillite française[19].

En attente d'une date de jugement correctionnel, la sanction prononcée par la juridiction disciplinaire a fait l'objet d'un appel qui n'en suspend pas l'exécution.

Prises de position

Réputé conservateur, il figure notamment, en 2012, parmi les signataires d'une tribune s'opposant au « mariage pour tous ». D'après Les Inrockuptibles, il aurait participé également à une manifestation organisée par la Ligue du Midi en 2016[20], ce que l'universitaire a démenti, indiquant qu'il avait seulement observé une manifestation publique et déclarée se déroulant à proximité de sa faculté[21].

Postérité

Dans le roman Le Hussard retrouve ses facultés de Bruno Lafourcade (Auda Isarn, 2019[22]), le personnage de l'universitaire Emmanuel Guernec est inspiré de Jean-Coronel de Boissezon[23], à propos duquel l'auteur avait déjà publié un billet sur le site Boulevard Voltaire[24].

Publications[25]

  • Notices « Liberté », « Peuple et nation », « Peuple et population » et « Ruralisme » in Dictionnaire des populismes, dir. Christophe Boutin, Olivier Dard et Frédéric Rouvillois, Paris, Cerf, 2019.
  • « La dénaturation de la justice médiévale par les légistes royaux, selon le publiciste légitimiste J.-B.-V. Coquille », in Mélanges Jean Barbey, Paris, Mare et Martin, 2019.
  • « La responsabilité individuelle, concept extensif de l'école du droit naturel moderne et matrice de la contractualisation des rapports sociaux », in Alexandre Deroche (dir.), La responsabilité . Actes des Journées internationales de la Société d’histoire du droit, Limoges, PULIM, 2019, p. 77-104 .
  • Notices « Bonnes mœurs », « Catholicisme social », « Le Play (Frédéric) », « Notables », « Serres (Olivier de) » et « Temps » in Dictionnaire du conservatisme, dir. Christophe Boutin, Olivier Dard et Frédéric Rouvillois, Paris, Cerf, 2017.
  • « L'Europe dans le discours métapolitique de la Nouvelle Droite », dans Europe et État, t. II, Aix-en-Provence, Presses universitaires d'Aix-Marseille, coll. « Collection d'histoire des idées politiques » (no 9), (ISBN 2-7314-0059-5), p. 293-318.

Références

  1. « Nominations au Journal officiel de la République française, 21 avril 2010 » (consulté le 26 septembre 2019)
  2. Tribunal administratif de Montpellier, 18 avril 2018
  3. Intrusion et faits de violence perpétrés dans un amphithéâtre de l'UFR Droit et Science politique de l'université de Montpellier, Rapport I.G.A.E.N.R. - Mai 2018
  4. Acte de naissance no 649, année 1967, mairie d'Aubenas.
  5. Notice LinkedIn, « Jean-Luc Coronel de Boissezon », sur https://www.linkedin.com/in/jean-luc-coronel-de-boissezon-a422b2194/ (consulté le 24 septembre 2019)
  6. Julius Evola penseur politique. Doctrine et influence, sous la dir. du Pr. Michel Ganzin, mémoire pour l'obtention du diplôme de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence, 1989. V. « Travaux inédits », Revue française de science politique, vol. 40, no 3, , p. 437 (lire en ligne).
  7. La Conjuration des Égaux (1795-1796). Un modèle idéologique et stratégique à la croisée des dynamiques révolutionnaires, sous la dir. du Pr. Michel Ganzin, mémoire pour l'obtention du Diplôme d'études approfondies en histoire des institutions, des idées politiques et des faits sociaux), Aix-en-Provence, université Aix-Marseille III, 1990. V. Conjuration des Égaux, Bibliographie.
  8. « Thèse de Jean-Luc Coronel de Boissezon », sur Theses.fr (consulté le 22 février 2019).
  9. http://augustecomte.org/prix-de-these-bourse-de-recherche-de-maison-dauguste-comte-2018/.
  10. http://lasciencesociale.org/les-%C3%A9tudes-sociales.html.
  11. « Agrégation: D. 19 avr. 2010, nomination et titularisation (Ens sup.): Professeurs d'histoire du droit et des institutions (concours 2009-2010 » (consulté le 7 octobre 2019)
  12. Le Monde avec AFP, « Violences à la faculté de droit de Montpellier : le doyen et un professeur mis en examen. », Le Monde, (lire en ligne)
  13. Wally Bordas, « Violences à Montpellier : l’ex-doyen de la fac et un professeur mis en examen », Le Figaro Étudiant, (lire en ligne, consulté le 21 février 2019).
  14. Salah Hamdaoui, « La compagne d'un professeur, personnage central des violences commises à la fac de Droit de Montpellier. », France Bleu Hérault, (lire en ligne)
  15. IGAENR, « Intrusion et faits de violence perpétrés dans un amphithéâtre de l'UFR droit et science politique de l'université de Montpellier », sur http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr, (consulté le 6 octobre 2019)
  16. Le Monde avec AFP, « Violences à la fac de droit de Montpellier : l’ancien doyen et un professeur sanctionnés », Le Monde, (lire en ligne).
  17. https://abonnes.lemonde.fr/campus/article/2018/05/28/violences-a-la-faculte-de-droit-de-montpellier-un-rapport-preconise-de-sanctionner-l-ex-doyen_5305845_4401467.html.
  18. François-Xavier Lucas, « Violences à la fac de Montpellier : « Les lourdes sanctions contre deux professeurs sont iniques » », Le Figaro, (lire en ligne, consulté le 21 février 2019).
  19. https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/montpellier-une-faillite-francaise-105563.
  20. « Violences à la fac de Montpellier : un prof de droit assume avoir porté des coups », Les Inrockuptibles, (lire en ligne, consulté le 21 février 2019).
  21. « Fac de droit de Montpellier : Jean-Luc Coronel de Boissezon s'explique, six jours après sa mise en examen », sur France Bleu, (consulté le 24 septembre 2019)
  22. https://brunolafourcade.wordpress.com/2019/06/11/le-hussard-retrouve-ses-facultes/
  23. Fabrice Dutilleul, « Entretien avec Bruno Lafourcade, auteur du roman policier Le Hussard retrouve ses facultés (Auda Isarn, collection « Le Lys Noir ») », sur infos-75.com, .
  24. Bruno Lafourcade, « L’exécution », sur Boulevard Voltaire, (consulté le 24 septembre 2019)
  25. « Notice LinkedIn » (consulté le 24 septembre 2019)

Liens externes

  • Portail du droit français
  • Portail des universités françaises
  • Portail de Montpellier
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.