Jean Christophe Schwaab

Jean Christophe Schwaab, né le [1] à Lausanne, est une personnalité politique suisse, membre du Parti socialiste.

Pour les articles homonymes, voir Schwaab.

Jean Christophe Schwaab
Fonctions
Conseiller municipal (exécutif) à Bourg-en-Lavaux
En fonction depuis le
Conseiller national
[1]
Législature 49e (2011-2015)
50e (2015-2019)
Successeur Brigitte Crottaz
Député au Grand Conseil du Canton de Vaud
[1]
Législature législature 2007-2012
Législatif de la Commune de Bourg-en-Lavaux
Législatif de la Commune de Riex
[1]
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Lausanne
Nationalité Suisse
Parti politique Parti socialiste suisse
Père Jean Jacques Schwaab
Profession Juriste, syndicaliste
Résidence Riex

Biographie

Après des études de droit à l'université de Berne où il obtient une licence en 2003 et un doctorat en 2009, il complète ses études en 2010 par un Certificate of advanced studies en politique budgétaire et fiscale à l'Institut de hautes études en administration publique. Il est Secrétaire central et juriste de l'Union syndicale suisse depuis 2007. Par le passé, il fut également collaborateur juridique en 2002-2003 à l'Association transports et environnement, puis secrétaire central à la jeunesse du syndicat Unia.

Député au Grand Conseil du canton de Vaud de 2007 à 2011, il est élu conseiller national en 2011. Son parcours politique a des similitudes avec celui de son père, Jean Jacques Schwaab, ancien conseiller d'État dans le canton de Vaud, qui fut également conseiller national et député dans le canton de Vaud.

Conseiller national (2011-2017)

Jean Christophe Schwaab est élu conseiller national pour la législature 2011-2015 ainsi que pour la législature 2015-2019. Il préside de la commission des affaires juridiques du Conseil national en 2016-2017.

Il déclare sur le site du Parti socialiste vaudois : « La justice sociale et la répartition des revenus sont au centre de mes préoccupations. La force de notre pays dépend avant tout de la manière dont il assure à chacune et chacun des conditions de vie équitables et dignes. C’est le sens de mon engagement. »[2].

Par souci de transparence, il publie régulièrement ses indemnités parlementaires et son revenu[3].

Il a notamment contribué à l'abolition des curatelles (tutelles) forcées vaudoises. En , le Conseil d'État vaudois annonce que désormais, les curateurs ne seraient plus nommés contre leur gré, mettant fin à une exception vaudoise[4]. Ce revirement du gouvernement, qui avait jusqu'ici toujours refusé d'abolir cette obligation datant de 1911, qui était inscrite dans le Code civil (abandonnée par tous les autres cantons), est notamment dû à une initiative parlementaire déposée par Jean Christophe Schwaab au Conseil national en 2012[5],[6]. Le , le Conseil fédéral apporte son soutien au texte de loi préparé par la Commission des affaires juridiques du Conseil national. Le , le Conseil national adopte le texte de loi[7]. Le , le Conseil des États accepte une révision du code civil en ce sens qui met un terme définitif aux curatelles imposées[8].

S'avouant incapable de concilier son mandat de conseiller national avec l'éducation de son fils aîné, qui souffre de graves troubles du développement, il annonce, en , sa décision de quitter le Conseil national[9]. Brigitte Crottaz, médecin spécialiste en diabétologie et endocrinologie, prend sa succession à partir de 2018[10].

Conseiller municipal

Le , il est élu à la municipalité de la commune de Bourg-en-Lavaux[11] et prend ses fonctions le , dans le dicastère des affaires sociales, travaux et infrastructures[12].

Bibliographie

  • Jean Christophe Schwaab, Le droit du travail en Suisse : 90 questions-réponses issues de la pratique, Éditions Loisirs et Pédagogie, 2018 (ISBN 978-2-606-01613-5).
  • Jean Christophe Schwaab, Le licenciement collectif, préface de Johann Schneider-Amman, Éditions Schulthess, 2018 (ISBN 978-3-7255-8587-8).
  • Christian Bruchez, Patrick Mangold et Jean Christophe Schwaab, Commentaire du contrat de travail, Éditions réalités sociales, 2019 (ISBN 978-2-88146-153-8).

Notes et références

Liens externes

  • Portail de la politique suisse
  • Portail du canton de Vaud
  • Portail du syndicalisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.