Jean Denis Bergeron

Jean Denis Bergeron, né le à Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise), mort le à Dantzig (Pologne), est un militaire français de la Révolution et de l’Empire.

Pour les articles homonymes, voir Bergeron.

Jean Denis Bergeron

Naissance
Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise)
Décès  55 ans)
Dantzig (Pologne)
Origine France
Arme Cavalerie
Grade Colonel
Années de service 1772-1812
Distinctions Chevalier de la Légion d’honneur

États de service

Il entre en service le , comme soldat au régiment de Penthièvre dragons, et le , il passe dans les gardes du corps du comte d’Artois. Il est nommé lieutenant le , dans la légion de Nassau, et il se trouve à l’attaque de l’île de Jersey, où il se fait remarquer par sa belle conduite.

A la suppression de la légion de Nassau, il passe le , dans les volontaires de la marine comme lieutenant, et ensuite dans les volontaires de Lauzun le . Le suivant, il est nommé sous-lieutenant de maréchaussée, avec brevet de lieutenant de cavalerie. Le , il devient lieutenant de gendarmerie dans le département des Pyrénées-Orientales, et il est élu lieutenant-colonel commandant le 3e bataillon de volontaires de ce département le . Il fait la campagne de cette année contre les Espagnols, et le , il entre le premier, à la tête de son bataillon, dans la redoute de Peyrestortes.

Envoyé à l’état-major du général Dugommier, pendant le siège de Toulon, il se distingue à l’affaire du , dans laquelle le général O'Hara est fait prisonnier, et confié à sa garde pour être conduit à Aix. Il est blessé le suivant, lors de l’attaque de la redoute anglaise, d’un coup de feu à la cuisse. Il reçoit son brevet d’adjudant-général chef de bataillon le , et celui d’adjudant-général chef de brigade le , avec le commandement de la place d’Arles, alors en état de siège, où il réussit à maintenir l’ordre et la tranquillité.

En l’an IV, il est employé comme adjudant-général auprès du général Hoche, commandant en chef de l’armée de l’Ouest, et le , il prend le commandement de Caen, lui aussi en état de siège. Le , il est nommé commandant d’armes à Besançon, puis il remplit successivement les mêmes fonctions à Charleroi le , à Briançon le , à Neuf-Brisach le et à Coblence le . Il est fait chevalier de la Légion d’honneur le , et il est réformé le .

Il est rappelé au service le , et envoyé comme commandant d’armes dans le Hanovre, et le suivant, il passe à la place de Bois-le-Duc. Il est de nouveau réformé le , et remis en activité le , comme adjudant-commandant à Dantzig.

Il meurt de maladie dans cette ville le .

Sources

  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion-d'honneur, biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, Tome 4, Bureau de l’administration, , 640 p. (lire en ligne), p. 288.
  • « Cote LH/189/70 », base Léonore, ministère français de la Culture
  • Danielle Quintin et Bernard Quintin, Dictionnaires des colonels de Napoléon, S.P.M., (ISBN 9782296538870), p. 91
  • Léon Hennet, Etat militaire de France pour l’année 1793, Siège de la société, Paris, , p. 287-337.
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Révolution française
  • Portail du Premier Empire
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.