Jean Mariette (imprimeur)

Jean Mariette (1660-1742) est un graveur, et surtout imprimeur et marchand d'estampes français, père de Pierre-Jean Mariette.

Pour les articles homonymes, voir Jean Mariette et Mariette.
Jean Mariette
Portrait de Jean Mariette (1723) peint par Antoine Pesne (musée Carnavalet).
Naissance
Décès
(à 82 ans)
Paris
Activités
Graveur, marchand d'estampes, imprimeur, éditeur d'estampes
Lieu de travail
Père
Pierre Mariette II (d)
Enfant

Biographie

Fils de Pierre II Mariette (1634-1716) et petit-fils de Pierre I Mariette (vers 1603-1657), dynastie de graveurs et imprimeurs parisiens, Jean Mariette est né le à Paris[1]. Il est destiné par son père à devenir peintre, aussi il entre comme élève dans l'atelier de Jean-Baptiste Corneille, mais sur les conseils de Charles Le Brun il retourne aux affaires de son père[2].

Il exerce comme marchand d'estampes dès avant 1686.

En , il épouse Claude Geneviève Coignard, fille de l'imprimeur-libraire Jean-Baptiste I Coignard (1637-1686) et sœur de Louis Coignard.

Le il est reçu libraire sur présentation de son demi-frère Nicolas I Langlois, à qui il succède. La boutique est à l'enseigne des Colonnes d'Hercule, rue Saint-Jacques, surmontée de la devise Haec meta laborum (« voilà la fin de mes travaux »)[2].

En 1716, il hérite du fonds et de la maison de son père Pierre II Mariette. Il revend une partie de son fonds de gravures en 1733 et 1734 et se consacre au commerce des livres et à l'édition.

Il fait reconstruire sa maison du 67 rue Saint-Jacques.

En 1727 paraissent les trois tomes de L'Architecture française, considéré comme son chef-d'œuvre, et comprenant plusieurs centaines de planches gravées[3].

Il devient le fournisseur attitré de plusieurs princes d'Europe dont Eugène de Savoie-Carignan. Il collectionnait les anciennes estampes, dont celle de Marc-Antoine Raimondi, Wenceslas Hollar et Jacques Callot[2].

Il meurt à Paris le , laissant plusieurs milliers de livres de rentes. Sa veuve lui succède (décédée en 1749), puis son fils hérite du fonds qu'il revend en 1750, et laisse une note sur son père dans son fameux Abecedario[4].

Il a produit plus de 800 pièces gravées[2].

La BNF conserve de lui une cinquantaine de pièces.

Notes et références

  1. Maxime Préaud, Pierre Casselle, Marianne Grivel et Corinne Le Bitouzé, Dictionnaire des éditeurs d'estampes à Paris sous l'ancien régime, Paris, Promodis, 1987, pp. 229-234 (ISBN 2903181608).
  2. Dictionnaire des marques de collections, notice sur Jean Mariette, en ligne.
  3. Notice du Catalogue général (BNF), réimpression de 1927-1929, en ligne.
  4. Pierre-Jean Mariette, Abecedario, tome III, pp. 264-265.

Liens externes

  • Portail de l’histoire de l’art
  • Portail de la gravure et de l'estampe
  • Portail du XVIIIe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.