Jean de Thorotte

Il a existé plusieurs Jean de Thorotte ou de Thourotte.

Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Jean Ier, époux d’Alix

Né vers 1135, mort vers 1176 Jean Ier, châtelain de Thorotte et Noyon, fils de Guy Ier châtelain de Noyon et frère de Guy II châtelain de Coucy, était un personnage de la haute noblesse champenoise. Il se maria avec Adèle de Dreux - encore appelée Alix de Dreux - (1145, morte après 1210), qui se maria quatre fois : après 1156 avec Valéran III, comte de Breteuil ; puis en secondes noces en 1161 avec Guy II, seigneur de Châtillon ; en troisièmes noces avec Jean Ier de Thorotte ; et en dernières noces avant 1183 avec Raoul le Bon III de Nesle et Ier comte de Soissons, mort en 1235.

Jean de Thorotte et Adèle eurent un fils nommé Jean II, vice-régent et bouteiller de Champagne, † vers 1235/1237[1] ; père de : Guillaume seigneur en partie de Thorotte ; Jean III ci-dessous, vice-régent et bouteiller de Champagne, † vers 1260/1267, d'où succession ; Robert évêque de Langres en 1236-1240 puis de Liège en 1240-1246.

Jean III

1195-vers 1267, était capitaine et bouteiller du comte de Champagne Thibauld IV et était seigneur d'Allibaudières. Il fut père de Gaucher (vers 1240-vers 1293) châtelain de Thourotte et Noyon, lui-même père de Jean IV († après 1301, d'où postérité), Marguerite (x Richard II de Montbéliard-Courchaton d'Antigny arrière-petit-fils de Richard III de Montfaucon-Montbéliard, d'où probablement Jeanne de Montbéliard, épouse du maréchal Miles IX de Noyers et mère du comte Jean Ier de Joigny), Isabeau (x Jean Ier de Châteauvillain seigneur de Luzy, Bourbon-Lancy, Uchon, Semur, d'où Jeanne x Guichard VI de Beaujeu), et Marie de Thorotte (x Alard d'Antoing de Briffœil, d'où postérité).Gaucher n'était que le fils cadet de Jean III, qui eut comme fils aîné Jean ci-dessous, † avant son père vers 1253-1257.

Jean, fils aîné de Jean III, cité à propos du sire de Couci

Jean de Thorotte, chevalier sous Louis IX de France (1214-1270), châtelain de Noyon qui après avoir entendu le résumé du procès d’Enguerrand de Couci (Enguerrand IV de Coucy : vers 1228-1310), qui avait été fortement puni par le Roi pour avoir pendu trois gentilshommes en toute illégalité. Enguerrand eut beaucoup de mal, malgré le soutien de tous les féodaux, à changer sa peine qui devait être selon saint Louis la peine capitale.

Jean de Thorotte récrimina alors contre le Roi dans ces termes : « Après cela il ne nous reste plus qu'a nous faire tous pendre. »

Le Roi l’envoya chercher par ses officiers de justice et lui répondit alors : « Vous voyez que je ne fais point pendre mes Barons, mais que je fais punir ceux qui violent les lois de l’État et de l’humanité. »

Jean de Thorotte vint alors demander pardon au Roi pour cette injure et le Roi lui pardonna[2].

Références

Liens internes

Liens externes

Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.