Jesse Sergent

Jesse Sergent, né le à Feilding, est un coureur cycliste néo-zélandais, professionnel entre 2010 et 2016. Spécialiste de la poursuite sur piste, il a remporté la médaille de bronze de la poursuite par équipes aux Jeux olympiques de 2008 à Pékin avec Sam Bewley, Hayden Roulston et Marc Ryan.

Pour les articles homonymes, voir Sergent (homonymie).
Jesse Sergent
Jesse Sergent avant le Grand Prix de Fourmies en 2012
Informations
Naissance
Nationalité
Spécialité
Équipes amateurs
2009-2010Trek Livestrong
Équipes professionnelles
Principales victoires
Championnats
Champion d'Océanie de poursuite (2009 et 2011)
Champion d'Océanie de l'américaine (2009)
Champion d'Océanie de poursuite par équipes (2011)

Biographie

Jeunesse et carrière amateur

Jesse Sergent commence le cyclisme à 12 ans au vélodrome de Feilding[1].

En 2005, avec ses coéquipiers Sam Bewley, Westley Gough et Darren Shea, il remporte le championnat du monde de poursuite par équipes juniors. L'année suivante, aux championnats du monde juniors, il est médaillé de bronze de la poursuite individuelle et médaillé d'argent de la poursuite par équipes.

En 2007, il participe pour la première fois aux championnats du monde sur piste élites, à Palma de Majorque. Il y est dixième de l'omnium. L'année suivante, il fait partie, avec Sam Bewley, Hayden Roulston, Marc Ryan et Wesley Gough, de l'équipe de Nouvelle-Zélande qui dispute la poursuite par équipes aux Jeux olympiques de Pékin. Deuxième du tour préliminaire, cette équipe bat ensuite l'Espagne en demi-finale, puis l'Australie pour obtenir la médaille de bronze.

En 2009, Jesse Sergent et Sam Bewley intègrent l'équipe Trek Livestrong. Courant toujours sur piste, il est médaillé de bronze du championnats du monde de poursuite par équipes en 2009, médaillé d'argent de la poursuite individuelle aux championnats du monde de 2010, et médaillé d'argent de la poursuite individuelle et de la poursuite par équipes aux Jeux du Commonwealth de 2010.

Carrière professionnelle

Jesse Sergent devient coureur professionnel sur route en 2011, au sein de l'équipe RadioShack. Il poursuit sa carrière sur piste, obtenant notamment la médaille d'argent de la poursuite individuelle aux championnats du monde, en étant battu par Jack Bobridge en finale. Il s'illustre sur route durant cette première saison professionnelle en gagnant deux courses par étapes, les Trois jours de Flandre occidentale et le Tour du Poitou-Charentes, dont il gagne les étapes contre-la-montre. Il obtient une troisième victoire en contre-la-montre lors de l'Eneco Tour, épreuve du ProTour. En septembre, il représente pour la première fois la Nouvelle-Zélande aux championnats du monde sur route élites. Il prend la dix-huitième place du contre-la-montre. À l'issue de cette saison, il est désigné cycliste sur route masculin de l'année par sa fédération[2].

En début d'année 2012, il est notamment deuxième des Trois Jours de Flandre-Occidentale et sixième des Trois Jours de La Panne. Au printemps, il dispute le Tour d'Italie, son premier grand tour. Huitième du contre-la-montre inaugural, il est troisième de la dernière étape, un contre-la-montre. Il se concentre ensuite sur les Jeux olympiques de Londres, où il fait partie de la sélection néo-zélandaise qui dispute la poursuite par équipes. Les Néo-Zélandais réalisent le troisième temps lors des qualifications et au premier tour. Ils battent ensuite l'équipe de Russie pour obtenir, comme en 2008, la médaille de bronze. Après ces Jeux olympiques, il délaisse la piste pour se concentrer sur la route[3]. Durant les derniers mois de la saison, il participe notamment aux championnats du monde sur route, dans le Limbourg néerlandais. Avec RadioShack, il est huitième du premier championnat du contre-la-montre par équipes de marques. Il prend ensuite la 23e place du contre-la-montre individuel, puis dispute la course en ligne, en remplacement de Jack Bauer[4]. Il ne termine pas cette course.

En , il obtient une première victoire dans une course en ligne en gagnant en solitaire la cinquième étape du Tour d'Autriche. Deux jours plus tard, il est deuxième de l'étape contre la montre. À la fin de ce mois, il représente la Nouvelle-Zélande aux Jeux du Commonwealth, à Glasgow. Il prend la cinquième place du contre-la-montre. Il dispute ensuite le Tour d'Espagne. Il termine deuxième de la dernière étape, un contre-la-montre où il est devancé de huit secondes par Adriano Malori. Fin septembre, aux championnats du monde, à Ponferrada en Espagne, il est septième du contre-la-montre par équipes et douzième du contre-la-montre individuel.

Faisant partie d'une échappée lors du Tour des Flandres 2015, Jesse Sergent est percuté par une voiture neutre et chute. Il doit abandonner la course, étant atteint d'une fracture de la clavicule gauche[5]. Fin 2015 il quitte la formation Trek Factory Racing et signe un contrat avec l'équipe française AG2R La Mondiale[6].

En , il annonce mettre un terme à sa carrière, car il n'a jamais retrouvé son meilleur niveau après sa chute survenue lors du Tour des Flandres 2015[7].

Palmarès sur piste

Jeux olympiques

Championnats du monde

Jesse Sergent sur le podium du championnat du monde de poursuite 2011

Championnats du monde juniors

Coupe du monde

Jeux du Commonwealth

  • New Delhi 2010
    • Médaillé d'argent de la poursuite
    • Médaillé d'argent de la poursuite par équipes

Championnats d'Océanie

Édition / Épreuve Poursuite individuelle Poursuite par équipes Américaine
2007 Argent
2009 Or Or (avec Tom Scully)
2011 Or Or (avec Sam Bewley, Aaron Gate et Marc Ryan)

Jeux d'Océanie juniors

  • 2005
    • Médaillé d'or de la poursuite
    • Médaillé d'argent du scratch
    • Médaillé d'argent de la course aux points

Championnats nationaux

  • Champion de Nouvelle-Zélande de poursuite juniors : 2006

Palmarès sur route et classements mondiaux

Palmarès

Jesse Sergent lors de sa victoire aux Trois Jours de Flandre-Occidentale 2011.

Résultats sur les grands tours

Tour d'Italie

Tour d'Espagne

Classements mondiaux

Année 20092010201120122013201420152016
UCI World Tour165e[8]199e[9]195e[10]135e[11]nc[12]nc[13]
UCI America Tour374e[14]
UCI Europe Tournc[15]494e[16]
UCI Oceania Tour67e[17]80e[18]
Légende : nc = non classé

Références

  1. (en) « Cyclist turns heads in Feilding », sur stuff.co.nz, (consulté le 28 octobre 2015)
  2. (en) « Award recognition for road rider Jesse Sergent », sur stuff.co.nz, (consulté le 28 octobre 2015)
  3. (en) « Fast start costs Jesse Sergent shot at a medal », sur stuff.co.nz, (consulté le 28 octobre 2015)
  4. « Jesse Sergent steps up to replace Jack Bauer », sur roadcycling.co.nz, (consulté le 28 octobre 2015)
  5. Patrick Testuz, « Masque et tuba à Paris-Roubaix », sur 24heures.ch, 24 heures,
  6. « Le journal des transferts », sur velo101.com, (consulté le 27 octobre 2015)
  7. Jesse Sergent raccroche
  8. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  9. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  10. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  11. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  12. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  13. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  14. (en) « UCI America Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  15. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  16. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  17. (en) « UCI Oceania Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  18. (en) « UCI Oceania Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)

Liens externes

  • Portail du cyclisme
  • Portail de la Nouvelle-Zélande
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.