Jocelyne Roy-Vienneau

Jocelyne Roy-Vienneau, née en 1956 à Miramichi (Nouveau-Brunswick) et morte le [1] à Bathurst (Nouveau-Brunswick), est le 31e lieutenant-gouverneur - lieutenante-gouverneure, en l'occurrence - du Nouveau-Brunswick, c'est-à-dire la représentante de la reine à la Province de Nouveau-Brunswick[2]. Elle a pris ses fonctions le et est morte avant la fin de son mandat.

Pour les articles homonymes, voir Roy et Vienneau.

Jocelyne Roy-Vienneau

Jocelyne Roy-Vienneau en 2018.
Fonctions
31e lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick
Monarque Élisabeth II
Gouverneur David Lloyd Johnston
Julie Payette
Premier ministre Brian Gallant

Blaine Higgs

Prédécesseur Graydon Nicholas
Successeur Brenda Murphy
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Miramichi (Nouveau-Brunswick)
Date de décès (à 62/63 ans)
Lieu de décès Bathurst (Nouveau-Brunswick)
Nationalité Canadienne
Résidence Ancienne résidence du gouverneur, Frédéricton

Lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick

Née à Newcastle (Nouveau-Brunswick)[3] (maintenant Miramichi) et elevée à Robertville, Jocelyne Roy-Vienneau est la première femme vice-rectrice d'un campus à l'Université de Moncton, la première femme à diriger un collège communautaire francophone au Nouveau-Brunswick, et une des premières femmes diplômées de la Faculté de génie à l'Université de Moncton.

Biographie

Carrière

Jocelyne Roy-Vienneau a occupé plusieurs postes en éducation et en génie. En 2014, elle a terminé un second mandat de vice-rectrice au campus de Shippagan de l'Université de Moncton[4]. Auparavant, elle était sous-ministre adjointe responsable de l'éducation postsecondaire au ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick. Elle a aussi occupé plusieurs postes au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick à Bathurst, dont ceux de directrice générale et de doyenne d'éducation. Elle a commencé sa carrière comme ingénieure de projet à la raffinerie pétrolière de l'Impériale Esso à Montréal.

En , Jocelyne Roy-Vienneau a été nommée lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick par le gouverneur général du Canada David Lloyd Johnston d'après la recommandation du premier ministre du Canada Stephen Harper, sur la suggestion du premier ministre du Nouveau-Brunswick David Alward avec l'appui de l'opposition à l'Assemblée législative. Elle est la première femme acadienne à occuper ce poste[5].

Élections provinciales de 2018

Jocelyne Roy-Vienneau joue un rôle d'arbitre à l'issue des élections provinciales du 24 septembre 2018, où aucun parti n'obtient la majorité. Sur 49 sièges, 22 vont au Parti progressiste-conservateur de Blaine Higgs et 21 au parti du gouvernement libéral sortant de Brian Gallant; le Parti vert gagne 3 sièges, tout comme l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick[6]. Le premier ministre Brian Gallant rencontre la lieutenante-gouverneure et demande de demeurer au pouvoir; elle exige qu'un discours du Trône soit soumis à l'Assemblée législative pour un vote de confiance[7]. Le , le gouvernement libéral perd ce vote de confiance par 25 voix contre 23. La lieutenante-gouverneure accepte alors la démission de Brian Gallant et Blaine Higgs devient premier ministre du Nouveau-Brunswick[8].

Décès

Le Jocelyne Roy-Vienneau décède à l'hôpital régional Chaleur de Bathurst à l'âge de 63 ans[9].

Notes et références

  1. « La lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick est décédée », sur Ici Radio-Canada, (consulté le 2 août 2019)
  2. Mathieu Roy-Comeau, « La "fille de Robertville" devient lieutenante-gouverneure », Acadie Nouvelle, (consulté le 16 décembre 2016)
  3. « Lieutenants-gouverneurs du Nouveau-Brunswick », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 3 août 2019)
  4. « Jocelyne Roy Vienneau Lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick », sur Lieutenante gouverneure du Nouveau-Brunswick (consulté le 3 décembre 2018)
  5. Jean-François Boisvert, « Jocelyne Roy-Vienneau honorée dans le cadre de la Journée internationale de la femme », sur acadie nouvelle, (consulté le 4 décembre 2018)
  6. « Aucun des partis n'obtient la majorité au Nouveau-Brunswick », sur Ici Nouveau-Brunswick, Radio-Canada, (consulté le 25 janvier 2019) : « "Pour la première fois en près de 100 ans, un gouvernement minoritaire dirigera la province. Mais l'incertitude persiste, car Brian Gallant a annoncé son intention de rester au pouvoir." ».
  7. Mathieu Roy-Comeau, « Higgs et Gallant veulent tous les deux gouverner », sur Acadie Nouvelle, (consulté le 25 janvier 2019) : « "Même si les libéraux ont remporté un siège de moins que les progressistes-conservateurs, M. Gallant compte tout de même se présenter chez la lieutenante-gouverneure pour lui demander le feu vert afin de tenter de continuer à gouverner." ».
  8. Pierre-Alexandre Bolduc, « Le gouvernement libéral défait, Brian Gallant remet sa démission à la lieutenante-gouverneure », sur Ici Nouveau-Brunswick, Radio-Canada, (consulté le 25 janvier 2019) : « C’est la première fois dans l’histoire politique du Nouveau-Brunswick qu’un vote de confiance fait tomber le gouvernement en poste." ou "J’ai rencontré le premier ministre, Brian Gallant, et j’ai accepté sa démission. J’ai donc demandé à Blaine Higgs de former le prochain gouvernement, et il m’a assuré qu’il pouvait former un gouvernement qui recevra la confiance de l’Assemblée législative." ».
  9. « Honourable Jocelyne Roy Vienneau - Avis de décès », sur Maison funéraire Elhatton Heritage, (consulté le 4 août 2019)

Liens externes

  • Portail de la politique canadienne
  • Portail du Nouveau-Brunswick
  • Portail de l’Acadie
  • Portail des femmes et du féminisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.