Joe Boyd

Joe Boyd (né le ) est un producteur de disques américain, mais qui a beaucoup travaillé en Grande-Bretagne, avec sa compagnie de production Witchseason, notamment dans les années 1960 (sur lesquelles il a publié un livre de mémoires en 2006). Il a notamment enregistré le premier single de Pink Floyd, puis lancé les carrières de Nick Drake, de Fairport Convention, de The Incredible String Band, etc. Il est aussi connu pour avoir réalisé un fameux film documentaire sur Jimi Hendrix.

Joe Boyd
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Label
Hannibal Records (en)
Site web

Carrière

Joe Boyd est né à Boston, Massachusetts, et a grandi à Princeton, New Jersey. Étudiant à l'université Harvard, il commence à organiser des concerts avec des artistes de blues comme Lonnie Johnson, Sleepy John Estes, etc. En 1964, il fait ses premières visites en Grande-Bretagne et sur le continent européen en gérant des tournées comme la Blues and Gospel Caravan avec Muddy Waters, Sister Rosetta Tharpe, etc.

L'année suivante il revient à Londres pour y ouvrir un bureau pour le label californien Elektra Records. C'est ce qui l'amène à enregistrer en 66 quelques titres avec Eric Clapton & the Powerhouse (comprenant notamment Steve Winwood au chant et à l'orgue) que l'on trouve sur l'album compilation What's Shakin'. Aux États-Unis il travaille pour les fameux festivals de jazz et de folk de Newport, et c'est ce qui l'amène à vivre aux premières loges la soirée historique du où un Bob Dylan nouvellement électrifié crée le fameux schisme en se mettant à dos la vieille garde du folk qui l'avait jusque-là encensé (voir : Festival de folk de Newport).

Résidant désormais à Londres, Joe Boyd y crée l'UFO (voir UFO Club), club underground où il fera notamment passer des groupes naissants comme Pink Floyd (dont il produit le premier single Arnold Layne), puis The Soft Machine. Il se consacrera ensuite surtout au folk britannique, développant les carrières d'artistes comme The Incredible String Band, Fairport Convention, Nick Drake, etc. Revenu aux États-Unis dans les années 1970, il réalise notamment l'excellent film documentaire titré simplement Jimi Hendrix. Plus tard il fonde le label Hannibal sur lequel il enregistre des gens comme Richard Thompson, et ouvre la voie à ce qu'on nommera la world music. En 1985, il produit notamment le 3e album de R.E.M. Fables of the Reconstruction. Dans un autre registre il sort en 1988 le film Scandal (avec John Hurt et Bridget Fonda) consacré à ce scandale politique britannique que l'on a appelé « l'affaire Profumo » (d'après le nom du ministre John Profumo).

Le livre de mémoires qu'il fait paraître en 2006 White Bicycles - Making Music in the 1960s est donc riche de détails passionnants sur ces/ses années soixante, des sixties qu'il fait d'ailleurs débuter en 1956 et se terminer au choc pétrolier de 1973 ! (Livre paru en français début 2008 aux Éditions Allia).

Disques produits ou coproduits par Joe Boyd

Années 1960

1966

  • The Incredible String Band (The Incredible String Band)
  • Lord of the Dance (Sydney Carter)
  • Alasdair Clayre (Alasdair Clayre)
  • What's Shakin' (various artists) - 3 titres par Eric Clapton and the Powerhouse
  • A Cold Wind Blows (Elektra EUK 253) Various artists: Cyril Tawney, Matt McGinn, Johnny Handle and Alasdair Clayre[1]

1967

1968

1969

Années 1970

1970

1971

  • Desertshore (Nico)
  • Smiling Men with Bad Reputations (Mike Heron)
  • Call Me Diamond / Lady Wonder (single de Mike Heron)
  • The Road to Ruin (John and Beverley Martyn)
  • Heavy Petting (Dr. Strangely Strange)

1973

1974

  • Waitress in a Donut Shop (Maria Muldaur)
  • Muleskinner (Muleskinner)

1975

  • Kate and Anna McGarrigle (Kate et Anna McGarrigle)
  • Geoff Muldaur Is Having a Wonderful Time (Geoff Muldaur)

1976

1977

1978

Années 1980

1981

1982

  • Shoot Out the Lights (Richard et Linda Thompson)
  • Don't Renege On Our Love / Living In Luxury (single by Richard et Linda Thompson)
  • Thermonuclear Sweat (Defunkt)
  • Money Fall Out The Sky (Cool It Reba)

1983

1984

1985

1986

1987

  • The Music of Bulgaria (Balkana)
  • Habanera (John Harle)
  • Whatever (Danny Thompson)

1988

  • Nazakat & Salamat Ali (Nazakat & Salamat Ali)
  • Worker's Playtime (Billy Bragg)
  • The Forest is Crying (The Trio Bulgarka)
  • Kaira (Toumani Diabate)
  • Songhai (Ketama, Toumani Diabate and Danny Thompson)
  • These Knees Have Seen The World (The Dinner Ladies)
  • Country Cooking (Brotherhood of Breath)
  • Miss America (Mary Margaret O'Hara)(Uncredited[3])

1989

Années 1990

1990

  • Procedure (The Blackgirls)

1991

  • Happy (The Blackgirls)
  • Balkanology (Ivo Papasov and his Bulgarian Wedding Band)
  • The Watchman (The Watchman)

1992

  • Trans-Danubian Swineherd's Music (Orbestra)

1994

  • Songhai 2 (Ketama, Toumani Diabate et Danny Thompson)

1996

  • ¡Cubanismo! (¡Cubanismo!)
  • Djelika (Toumani Diabate)

1997

  • Cuba Linda (Alfredo Rodriguez)
  • Malembe (¡Cubanismo!)

1998

  • Reencarnation (¡Cubanismo!)
  • Bareback (The Hank Dogs)
  • Double Barrel (Jazz Jamaica)
  • Dear Enemy (Dana and Karen Kletter)
  • The McGarrigle Hour (Kate & Anna McGarrigle, les Sœurs McGarrigle)
  • The Bones Of All Men (Philip Pickett)
  • Dew Drop Out (The Yockamo All-stars)

1999

  • Mardi Gras Mambo (¡Cubanismo!)
  • Kulanjan (Taj Mahal and Toumani Diabate)

Les années 2000

2002

  • Half Smile (The Hank Dogs)

2004

  • Private Astronomy (Geoff Muldaur's Futuristic Ensemble)
  • Mares Profundos (Virginia Rodrigues)

2005

2007

  • Breathe With Me (Athena)

Livre

  • Joe Boyd, White Bicycles - Making Music in the 1960s, Allia 2008. (ISBN 978-2-84485-261-8)

Notes et références

  1. http://www.informatik.uni-hamburg.de/~zierke/folk/records/acoldwindblows.html A Cold Wind Blows
  2. (en) Jimi Hendrix sur l’Internet Movie Database
  3. Larry Crane, Interview with Joe Boyd, Tape Op, July/Aug 2007

Liens externes

  • Portail du rock
  • Portail du blues
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.