John Lockhart-Ross

John Lockhart-Ross 6e baronnet, appelé John Lockhart jusqu'en 1760, né le et mort le , est un officier de la Royal Navy qui a servi durant la guerre de Succession d'Autriche, la guerre de Sept Ans et la guerre d'indépendance des États-Unis. Il a également été Member of Parliament.

Pour les articles homonymes, voir Lockhart.

John Lockhart-Ross
John Lockhart

Sir John Lockhart-Ross, portrait de Joshua Reynolds, vers 1760.

Naissance
Lockhart Hall, Lanarkshire
Décès  68 ans)
Château de Balnagown (en), Highlands
Origine  Grande-Bretagne
Arme  Royal Navy
Grade Vice Admiral
Années de service 1735-1790
Commandement HMS Vulcan
HMS Kent (en)
HMS Savage
HMS Tartar (en)
HMS Chatham
HMS Royal George
HMS Bedford (en)
HMS Shrewsbury (en)
Conflits
Famille William Ross (en), grand-père maternel

Biographie

Les jeunes années

John Lockhart naît le à Lockhart Hall, dans le Lanarkshire, un comté d’Écosse. Il est le fils de Sir James Lockhart, 2e baronnet[1],[2] et de Grizel, troisième fille de William Ross (en), 12e lord du nom. Lockhart s’engage dans la Royal Navy en , servant tout d’abord sur le Portland (en), un navire de ligne portant 50 canons, sous les ordres du captain Henry Osborn. Entre 1737 et 1738, il est transféré sur le Diamond, de 50 canons également, commandé par Charles Knowles, voguant vers l’Amérique. Il est affecté, en 1739, à bord du Romney (en), sous les ordres d’Henry Medley (en) ; l’année suivante, il rejoint le sloop Tryall commandé par le captain Frogmere[1].

Il passe son examen de lieutenant le et est nommé sur le 44 canons Dover le de la même année en mer du Nord, puis sur les côtes d’Amérique du Nord[1]. Il est nommé à bord du Chester (en), de 50 canons avec lequel il retourne en Angleterre à la fin de 1746[1].

La guerre de Succession d‘Autriche (1740 - 1748)

L'affectation suivante de Lockhart est le Devonshire, en . Ce navire de ligne de troisième rang portant 66 canons est le navire amiral de Peter Warren, sous les ordres duquel Lockhart participe à la bataille du cap Finisterre le . Il prend ensuite le commandement du brûlot Vulcan, avec lequel, dans la flotte d’Edward Hawke, il prend part à la seconde bataille du cap Finisterre, le [1]. Après cette bataille, Thomas Fox, capitaine du Kent (en), est relevé de ses fonctions en raison de son comportement sous le feu ; Lockhart est momentanément affecté au commandement de ce navire[1].

En 1748, Lockhart est premier lieutenant sur le navire de garde Invincible à Portsmouth, puis, pendant les années suivantes, il est demi-solde en Écosse.

La guerre de Sept Ans (1756 - 1763)

En , Lockhart est nommé premier lieutenant du Prince  navire de ligne de deuxième rang, portant 90 canons  avec le capitaine Charles Saunders. Le , il reçoit le commandement du sloop Savage, rattaché à l’escadre dirigée par Edward Hawke ou à celle de John Byng[1].

Le , Lockhart reçoit le commandement du Tartar (en), à bord duquel il dirige plusieurs autres navires dans la Manche, capturant plusieurs corsaires de taille égale ou supérieure à celle de son propre vaisseau ; il s’empare en particulier du Cerf, portant 22 canons et 211 hommes, du Grand Gidéon  un navire de 26 canons et de 190 hommes  et du Mont-Ozier, un navire de La Rochelle portant 20 canons et 170 hommes. Durant ce dernier combat, le , Lockhart est grièvement blessé et doit rester à terre durant les deux mois suivants. Il rejoint ensuite le Tartar et le , il s’empare, au large du cap Dunnose (en) de l’île de Wight, du 26 canons Duc d’Aiguillon de Saint-Malo qui porte 254 hommes. Le , il capture le Melampe  portant 36 canons et 320 hommes ; ce dernier est ensuite affecté à la Royal Navy sous le nom de HMS Melampus[1].

En récompense de ses états de service, l’Amirauté lui offre le commandement du Chatham, un vaisseau de 50 canons en cours de finition, et fait plusieurs autres promotions parmi l'équipage du Tartar. Lockhart reçoit également des marchands de Londres et de Bristol des marques de reconnaissance « pour son soutien remarquable au commerce[N 1] » ; la corporation de Plymouth lui remet par ailleurs les clés de la ville dans un coffret en or[1]. Lockhart demeure à Bath dans l'attente du Chatham. Lorsque celui est officiellement lancé, le , Lockhart en prend possession, emmenant avec lui une bonne partie de l'équipage du Tartar, officiers et marins, avec la permission de l'Amirauté[1]. Il passe les mois de juin à septembre à chasser les bateaux corsaires dans la mer du Nord[1].

Le Chatham rejoint ensuite la flotte d'Edward Hawke, qui croise dans la Manche. En , dans l'escadre de George Brydges Rodney, il prend part au raid sur Le Havre avant de rejoindre Hawke en octobre et d'être assigné à l'escadre de Robert Duff qui surveille la baie de Quiberon. L'escadre est prise en chasse par la flotte française, à l'aube de la bataille des Cardinaux, le . Quatre jours plus tard, Hawke nomme Lockhart aux commandes du Royal George, en remplacement de John Campbell qui doit rentrer en Angleterre. Vers la fin de , le Royal George rejoint Spithead et un mois plus tard, Lockhart est nommé commandant du Bedford (en), un vaisseau de ligne de troisième rang portant 64 canons, sous les ordres de Hawke ou dans la flotte d'Edward Boscawen[1].

Carrière parlementaire (1761 - 1774)

À la mort de son frère James en , Lockhart reprend le titre des Ross de Balnagowan, ce qui l'oblige à modifier son nom, ce qu'il fait au printemps 1761, l'officialisant auprès de l'Amirauté le [1]. Il demeure dans la demeure familiale durant l'hiver 1761 et rejoint le Bedford l'été suivant. En septembre, il demande à être relevé de ses fonctions et, le 27 de ce mois, il est placé en demi-solde, alors qu'au mois de juin précédant, il a été élu Member of Parliament (MP), représentant Lanark Burghs (en) ; il ne semble pas qu'il ait porté une grande énergie à sa charge parlementaire. Il se consacre à l'amélioration de son patrimoine foncier et à la condition des paysans ; il est d'ailleurs connu pour être le « meilleur fermier et le plus grand planteur du pays : son blé et ses navets prouvent sa première qualité, sa plantation d'un million de pins la seconde[N 2] ».

Il demeure MP pour Lanark Burghs de 1761 à 1768. En 1762, il initie une réforme de la propriété foncière qui va aboutir plus tard aux Highland Clearances[3]. Il est MP pour la circonscription de Lanarkshire (en) de 1768 à 1774[4].

La guerre d'indépendance des États-Unis (1775 - 1783)

En 1777, Lockhart-Ross reprend le service actif sur le Shrewsbury (en), un navire de ligne de troisième rang portant 74 canons, et se joint à la flotte de l’amiral Augustus Keppel à la bataille d’Ouessant, le [1].

Le de la même année, en conséquence du décès de ses frères plus âgés, il devient baronnet (en). Le , il est promu au rang de rear admiral ; durant l’été suivant, son pavillon étant sur le Royal George, il est le quatrième plus haut gradé en poste sur la Manche. En septembre, à la tête d’une petite escadre, il est envoyé en mer du Nord à la recherche de John Paul Jones ; celui-ci, après la bataille de Flamborough Head et la capture du Serapis en 1779 parvient à s’échapper seul.

De nouveau dans les rangs de la Channel Fleet, Lockhart-Ross participe avec Rodney à la bataille du 8 janvier 1780 (en), à celle du cap Saint-Vincent et au siège de Gibraltar. Il est encore présent à Gibraltar en avec George Darby et avec Richard Howe durant l’été 1782.

La fin de carrière

À son retour à Spithead, au mois d’août suivant, il démissionne et n’a plus de commandement sur un navire par la suite. Il devient vice admiral le .

De son mariage en 1762 avec Elizabeth, fille de Robert Dundas d'Arniston (en), sont nés plusieurs enfants, dont l'aîné Charles Lockhart-Ross (7e baronnet) devient le 7e baronnet à la mort de son père, le au château de Balnagown (en), dans les Highlands[1].

Notes et références

Notes

  1. (en) « […] for his signal service in supporting the trade ».
  2. (en) « […] the best farmer and the greatest planter in the country: his wheat and turnips showed the one, his plantation of a million of pines the other[1] ».

Références

  1. (en) John Knox Laughton, Sir John Lockhart-Ross (1721–1790), vol. 49, Dictionary of National Biography,Oxford University Press, , p. 269–271.
  2. (en) James Stanier Clarke et Stephen Jones, The Naval Chronicle : containning a general and biographical history of the Royal navy of the United Kingdom, Londres, J. Gold, (notice BnF no FRBNF33498781), p. 44.
  3. (en) Eric Richards, A History of the Highland Clearances : Agrarian transformation and the evictions, 1746-1886, Londres, Croom Helm, Cop, , 532 p. (ISBN 0-85664-496-X, notice BnF no FRBNF35657967), p. 249.
  4. « Liste de baronnets », sur leighrayment.com (consulté le 26 avril 2016).

Voir aussi

Bibliographie

 : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Julian S Corbett, England in the Seven years' war, a study in combined strategy, vol. 1, London, Longmans Green, 1907a (lire en ligne)
  • (en) Julian S Corbett, England in the Seven years' war, a study in combined strategy, vol. 2, London, Longmans Green, 1907b (lire en ligne)
  • (en) Brian Lavery, The Ship of the Line : The Development of the Battlefleet 1650-1850, vol. 1, Conway Maritime Press, (ISBN 0-85177-252-8)
  • (en) Daniel Robert Snow, Death or Victory : the battle for Quebec and the birth of Empire, Londres, HarperPress, , 534 p. (ISBN 9780007286218, notice BnF no FRBNF42326806)
  • (en) David Syrett, Admiral Lord Howe : A Biography, Annapolis, Naval Institute Press, (ISBN 1-59114-006-4)
  • (en) Rif Winfield, British Warships in the Age of Sail 1714–1792: Design, Construction, Careers and Fates, Seaforth, (ISBN 978-1-84415-700-6)
  • Portail de la Royal Navy
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.