Joseph Amy (colonel)

Joseph Amy ( - Thors (aujourd'hui en Charente-Maritime) ✝ - bataille de Buçaco), est un militaire français des XVIIIe et XIXe siècles.

Pour les articles homonymes, voir Joseph Amy et Amy.

Joseph Amy
Naissance
Thors
Décès  45 ans)
Bataille de Buçaco
Mort au combat
Origine France
Allégeance  République française
 Empire français
Arme Infanterie
Grade Colonel
Années de service 1792-1810
Commandement 6e régiment d'infanterie légère
Conflits Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Distinctions Légion d'honneur
(Officier)

Biographie

Joseph Amy entra au service comme capitaine le dans le 3e bataillon des volontaires de la Charente-Inférieure, fut nommé chef de bataillon le 5 décembre suivant, et fit la guerre aux armées de l'Ouest et d'Italie.

Le 3e jour complémentaire an IV, il passa avec son grade dans le 3e bataillon de Lot-et-Garonne, incorporé le 15 nivôse an V dans la 30e demi-brigade d'infanterie légère, devenue 25e régiment de même arme à l'organisation de l'an XII.

Après avoir pris part à tous les combats auxquels sa demi-brigade assista, il fut fait prisonnier le 9 floréal an VII, l'affaire de Verderia, et il obtint sa liberté sur parole le même jour, en vertu des dispositions de la capitulation. Rentré en France après la paix, il fit partie des troupes du camp de Montreuil en l'an XII et en l'an XIII, reçut la décoration de la Légion d'honneur le 4 germinal suivant.

Il fit les campagnes d'Autriche (an XIV), de Prusse (1806) et de Pologne (1807), avec le 6e corps de la Grande Armée.

Blessé d'un coup de biscaïen à la tête, il devint en juillet suivant, colonel du 6e régiment d'infanterie légère.

Officier de la Légion d'honneur le , et baron de l'Empire le 17 mars suivant, le colonel Amy fit encore les guerres d'Espagne et de Portugal de 1808 à 1810, et périt glorieusement, sur le champ de bataille de Buçaco, le 27 septembre de cette dernière année.

Titres

Décorations

Armoiries

Figure Blasonnement
Armes du baron Amy et de l'Empire

D'or fretté de six pièces de sable semé dans les clairevoies de grenades de gueules ; au franc-quartier des barons militaires.[1]

Annexes

Bibliographie

  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur : biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. 4, Bureau de l'administration, (lire en ligne) ;

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


  • Armée et histoire militaire françaises
  • Portail de la Révolution française
  • Portail du Premier Empire
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.