Joseph van der Elst

Joseph van der Elst (1896-1971) est un diplomate, collectionneur d'art et écrivain belge de langue française.

Pour les articles homonymes, voir Van der Elst.
Joseph van der Elst
Joseph van der Elst et sa fiancée Allison Campbell-Roebling (1926).
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
(à 74 ans)
Oostkerke
Nationalité
Activité
Père
Léon van der Elst (d)
Enfant
François Van der Elst (d)
Autres informations
Membre de

Éléments biographiques

Van der Elst est issu de la famille Van der Elst (nl) : il est le fils du baron Léon van der Elst (nl) (1856-1933) et de Marie van Vessem (1866-1960), membre de la famille Van Vessem (nl). Il fut au service diplomatique de la Belgique notamment à Washington, Vienne, San Francisco, Lisbonne et Rome. Il épousa une Américaine, Allison Campbell-Roebling (1907-2000), avec qui il eut cinq enfants.

Van der Elst était un collectionneur d'art. Sa collection était principalement composée de Primitifs flamands, entre autres Hans Memling (Portrait d'un homme), Jérôme Bosch, le Maître de la Légende de sainte Lucie, le Maître de la Légende de sainte Catherine, le Maître de la Sibylle tiburtine et le Maître de Francfort. Après sa mort, la collection passa au plus jeune de ses fils, François van der Elst, à Genève. Une partie d'entre elle fut mise aux enchères chez Sotheby's à Londres en 2001 puis à New York en 2002.

Œuvres

  • The Last Flowering of the Middle Age, 1945
  • Les Trois Madones et autres contes flamands, 1950
  • Six contes, six tableaux, 1951
  • L'Âge d'or flamand, 1951
  • O noivo do chapeu grande e outros contos, 1951 (avec Arthur Mauricio)
  • La Belgique, 1951
  • Le Portugal, 1952
  • Florence, 1953

Annexes

Source

Bibliographie

Liens externes

  • Portail des arts
  • Portail de la littérature
  • Portail des relations internationales
  • Portail de la Belgique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.