Julia Solly

Julia Solly, née le à Seaforth, dans le Lancashire et morte le , à Wynberg, en Afrique du Sud est une militante féministe et une suffragiste britannique. Après son mariage, elle s'installe en Afrique du Sud, où elle devient l'une des féministes les plus connues de la colonie du Cap. Elle s'engage en faveur du droit de vote des femmes et cofonde la Women's Enfranchisement League (WEL), première organisation en Afrique du Sud créée pour faire valoir le droit de vote des femmes. Elle prône des idées pacifistes, contre la Seconde guerre des Boers et contre la Première Guerre mondiale. Elle a également participé à des programmes de réforme sociale. Elle reçoit la médaille du jubilé d'argent du roi George V (en) en 1935.

Julia Solly
Biographie
Naissance

Seaforth (en)
Décès
(à 90 ans)
Wynberg
Nationalité
Formation
Activités
Écrivaine, suffragiste
Père
Edmund Knowles Muspratt (en)
Fratrie
Nessie Stewart Brown (en)
Max Muspratt (en)
Autres informations
Distinction
Médaille d'argent du jubilé du roi Georges V (en) ()

Biographie

Julia Frances Muspratt naît le [1] à Seaforth Hall, Seaforth, dans le Lancashire, fille de Frances Jane Baines et d'Edmund Knowles Muspratt (en)[2] Elle fait ses études secondaires au Cheltenham Ladies' College puis poursuit ses études au Liverpool University College, dont sa sœur Nessie Stewart-Brown (en) et elle sont parmi les premières femmes étudiantes. Elle fait des études de botanique et étudie particulièrement la flore sud-africaine[3]. Après ses études, elle a fait un voyage en Amérique avec son père, voyageant d'abord au Canada pour assister à une réunion de l'Association britannique à Montréal, puis sur la côte nord-ouest des États-Unis[4].

À la fin des années 1880, Muspratt rejoint la branche locale de la West Toxteth de la Women's Liberal Federation (WLF), présidée par sa sœur Nessie Stewart-Brown[5]. Le , elle épouse Hubert LeGay Solly, un ingénieur anglais des chemins de fer sud-africains[6]. Le couple a six enfants[7]. Ils s'installent à De Aar, où Solly rejoint la Woman's Christian Temperance Union (WCTU). En 1907, Solly participe à la fondation de la branche du Cap de la Women's Enfranchisement League (WEL), la première organisation en Afrique du Sud créée pour exiger le droit de vote des femmes.

Au moment du décès de son mari en 1912, Solly travaillait presque exclusivement au Cap[8] où elle a rejoint le Conseil national des femmes en 1913[9]. Au cours de la Première Guerre mondiale, Solly fonde, avec le pasteur Ramsden Balmforth de l'Église unitarienne, la South African Peace and Arbitration Society[10].

Elle participe à la fondation de la société sud-africaine de botanique.

Le , le gouvernement du Premier ministre Albert Hertzog accorde le droit de vote aux femmes blanches au même titre que celui des hommes blancs[11], maintenant l'exclusion du suffrage pour les femmes noires.

En 1935, Julia Solly occupe le poste de vice-présidente du Conseil national des femmes et reçoit la médaille du jubilé d'argent du roi George V. Elle meurt en 1953, à Wynberg.

Références

Voir aussi

Bibliographie

  • Vivian Bickford-Smith, E. Van Heyningen et Nigel Worden, Cape Town in the Twentieth Century: An Illustrated Social History, Claremont, South Africa, New Africa Books, (ISBN 978-0-86486-384-3, lire en ligne)
  • Krista Cowman, « Brown, Nessie Stewart (1864–1958) », Oxford University Press, Oxford, England, rev. Oxford Dictionary of National Biography, (consulté le 29 février 2016)
  • Ian Christopher Fletcher, Philippa Levine et Laura E. Nym Mayhall, Women's Suffrage in the British Empire: Citizenship, Nation and Race, London, England, Routledge, (ISBN 978-1-135-63999-0, lire en ligne)
  • Hale, « Contours of pacificism: Ramsden Balmforth's advocacy of peace in the union of South Africa and beyond », Acta Theologica, South Africa, SciELO, vol. 33, no 1, (ISSN 2309-9089, lire en ligne, consulté le 1er mars 2016)
  • Wilfrid H. Harrison, Memoirs of a Socialist in South Africa 1903–1947, Johannesburg, South Africa, South African History Online, (lire en ligne), « Scheepers' Trial and execution »
  • Human Sciences Research Council, Women Marching into the 21st Century: Wathint' Abafazi, Wathint' Imbokodo, Pretoria, South Africa, HSRC Press, (ISBN 978-0-7969-1966-3, lire en ligne)
  • June McKinnon, « Women's Christian Temperance Union: Aspects of Early Feminism in the Cape, 1889–1930 », Pretoria, South Africa, University of South Africa,
  • Edmund Knowles Muspratt, My life and work, Plymouth, England, John Lane Company, (lire en ligne)
  • Sybil Oldfield, International Woman Suffrage: November 1914 – September 1916, vol. II, London, England, Taylor & Francis, (ISBN 978-0-415-25738-1, lire en ligne)
  • Peter Reed, Entrepreneurial Ventures in Chemistry: The Muspratts of Liverpool, 1793–1934, Farnham, England, Ashgate Publishing, Ltd., (ISBN 978-1-4724-4978-8, lire en ligne)
  • Sue Valentine, « A Woman for All Tme », SAHA, South Africa, Sunday Times Heritage Project, (consulté le 1er mars 2016)
  • Louise Vincent, « A Cake of Soap: The Volksmoeder Ideology and Afrikaner Women's Campaign for the Vote », Johannesburg, Afrique du Sud, University of the Witwatersrand Institute For Advanced Social Research Seminar,
  • Cherryl Walker, Women and Gender in Southern Africa to 1945, Claremont, South Africa, New Africa Books, (ISBN 978-0-86486-090-3)
  • Williams, « Muspratt, Edmund Knowles (1833–1923), industrial chemist », Oxford University Press, Oxford, England, rev. Oxford Dictionary of National Biography, (consulté le 29 février 2016)
  • « Cape Town and the First World War », Cape Town, South Africa, Roddy Bray's Guide to Cape Town, (consulté le 1er mars 2016)
  • « England and Wales Marriage Registration Index, 1837–2005 », FamilySearch, Lancaster, Sefton, Lancashire, England, Lancashire Record Office, (consulté le 1er mars 2016)
  • « Hubert Le Gay Solly », GracesGuide, England, Institution of Civil Engineers, (consulté le 29 février 2016)
  • « Julia Solly », UK, The Olive Schreiner Letters Online, (consulté le 1er mars 2016)
  • « Report from South Africa by Mrs Solly », Kew, Surrey, England, The National Archives, 1871–1960 (consulté le 1er mars 2016)

Liens externes

  • Portail du Royaume-Uni
  • Portail de l’Afrique
  • Portail des femmes et du féminisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.