K computer

Le K computer (du mot japonais 京, kei, qui signifie 1016), produit par Fujitsu au RIKEN, était, jusqu'en 2011, le plus puissant superordinateur[1], pouvant atteindre 10,51 pétaFLOPS dont le système d'exploitation est basé sur le noyau Linux. Il est, en , relégué en dix-huitième position position du TOP500, le Summit fabriqué par IBM occupant désormais la première position [2]. Il possède 88 128 processeurs de 2 GHz composés de 8 cœurs chacun, soit un total de 705 024. Il intègre le TOP500 le , à l’occasion de l’International Supercomputing à Hambourg. Ce supercalculateur K se trouve au RIKEN Advanced Institute for Computational Science à Kōbe.

Système K en 2012
Un rack de superordinateurs de prochaine génération fabriqué par Fujitsu au RIKEN

Notes et références

Liens externes

  • (en) Site de Fujitsu « Supercomputer K computer Takes First Place in World ».
  • Portail de l’informatique
  • Portail des technologies
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.