Kama (arme)

À l'origine, le kama est une faucille, utilisée par paire, qui servait à couper les tiges des céréales et du riz. C'est une des armes les plus courantes du kobudō d'Okinawa, avec le tonfa, le nunchaku et le . Elle est également pratiquée dans certains arts martiaux chinois, tels que le Mansuria Kung Fu[1],[2].

Kama.
Pour l’article homonyme, voir Kama.

Utilisation

Un dérivé du kama existe avec une chaîne munie d'un boulet accroché en bas du manche : le kusarigama. Le ninja qui se battait contre un samouraï frappait celui-ci avec le boulet (qui pesait de 2,5 à kg), pour l'assommer ou fragiliser son armure, et ensuite le tuer en utilisant la lame[3].

Culture populaire

Notes et références

  1. Mathieu Derosière, Kung fu. Au cœur du style Mansuria, Le Crotoy, Lulu.com, , 228 p. (ISBN 978-1291074659).
  2. « Fédération de Mansuria Kung Fu » (consulté le 17 janvier 2020).
  3. (en) Serge Mol, Classical Weaponry of Japan: Special Weapons and Tactics of the Martial Arts, Kodansha International, (ISBN 9784770029416, lire en ligne), p. 144.

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail arts martiaux et sports de combat
  • Portail du Japon
  • Portail de la Chine
  • Portail des armes
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.