Kapwani Kiwanga

Née en 1978 à Hamilton dans l'Ontario (Canada), Kapwani Kiwanga est une artiste contemporaine canadienne vivant à Paris. Elle est liée à la Tanzanie par ses origines familiales. Son travail a été montré au Centre Pompidou[1] en 2013 et au Jeu de Paume[2] à Paris en 2014. En , elle est l'artiste invitée de la foire internationale The Armory Show (en) de New York[3].

Kapwani Kiwanga
Naissance
Nationalité
Activité
Formation
Site web

Biographie

Après des études en sciences sociales (cursus "Anthropology and Comparative Religions" à l'université McGill à Montréal au Canada), Kiwanga a suivi le programme de recherche "La Seine" de l'école des Beaux-Arts de Paris. Par la suite elle a étudié au centre de formation Le Fresnoy. Dans son travail artistique, Kiwanga utilise sa double formation en sciences sociales et arts visuels pour créer des œuvres qui examinent les sociétés contemporaines post-coloniales.

Œuvres

Kapwani Kiwanga s'intéresse à la mémoire d'événements historiques et à la multiplicité des points de vue possibles afin d'en déconstruire les récits habituellement admis et enseignés[4].

Afrogalactica

Initié en 2011, Afrogalactica est un cycle de performances imaginée par Kapwani Kiwanga dans lesquelles l'artiste se met en scène comme anthropologue venue du futur pour raconter l'histoire des États-Unis d'Afrique créés en 2058[5]. Reposant sur le dispositif de la conférence universitaire impliquant sérieux et autorité l'artiste présente une histoire imaginée nourrie de références à l'Afrofuturisme en la figure de Sun Ra[6] et aux penseurs de la décolonisation tel Frantz Fanon. Cette fiction spéculative prend la forme d'un collage d’extraits de films, de clips musicaux et de documents divers. 

Maji Maji

En 2014, Kiwanga présente au Jeu de Paume une installation intitulée Maji Maji basée sur la rébellion des Maji-Maji, un soulèvement de plusieurs tribus d’Afrique orientale (maintenant la Tanzanie) contre les autorités coloniales allemandes entre 1905 et 1907[7]. La révolte contre l’occupant éclata à l’instigation d'un médium connu sous le nom de Bokero qui distribuait à ces adeptes de l’eau sacrée ("maji") supposée les protéger lors des combats en transformant les balles allemande en eau. La croyance des combattants dans le surnaturel était un moyen de galvaniser les insurgés. Dans ce travail, Kiwanga se penche sur les vides subsistant dans la mémoire de l'événement ainsi que sur l’imagination surnaturelle qui l'habite.

Flowers for Africa

Avec Flowers for Africa (des fleurs pour l'Afrique), Kiwanga recrée les bouquets de fleurs composés lors des cérémonies et manifestations liées à l'indépendance de pays africains[8] Les sources visuelles de Flowers for Africa sont issues de fonds d'archives d'agences photographiques et d'agences de presse ou encore des archives nationales des pays décolonisés. L'artiste s'intéresse ici à la mise en scène de soi des nouvelles nations africaines souveraines.

Expositions

Personnelles
  • 2018 : “Rayon de soleil au coin du feu[9]". Installation et vidéo. Musée d'art de Joliette, Québec, Canada. Commissaire : Anne-Marie St-Jean-Aubre.
  • 2012 : “Afrogalactica: un abrégé du futur[10]” performance. Sur l’invitation de Contrechamps, Nantes, France.
  • 2011 : “Afrogalactica: a short history of the future” performance, Paris Photo 2011; Paris, France Curator “Platform LIVE”: Chantal Pontbriand.
Collectives
  • 2012 : Synchronicity II, Tiwani Contemporary; Londres, Royaume-Uni
  • 2011 : Carte Blanche AfricAmerica, Anis Gras; Arcueil, France, Synchronicity, Photoquai and Baudoin Lebon Gallery; Paris, France Kaleidoscope Arena 4 - Road to Contemporary Art; Rome, Italie, 100 tekeningen tegen de Vietnam oorlog, Komplot; Bruxelles, Belgique, 100 dessins contre la guerre du vietnam, Le commissariat; Paris, France
  • 2010 : Filmer la Musique, Point Ephémère; Paris, France. 2009, 1 69A2, Curators: Eric Stephany and Xavier Mazzarol; 28 rue du Château d’eau, Paris, France Panorama 11, Le Fresnoy: studio national des arts contemporains, Tourcoing, France
  • 2008 : Alt-W: New Directions in Scottish Digital Culture, Glasgow Centre of Contemporary Art; Glasgow, R.U., Panorama 9-10, Le Fresnoy: Studio national des arts contemporains, Tourcoing, France
  • 2007: Double Take, Korean National University of the Arts; Séoul, Corée de Sud
  • 2006 : In the Centre Pompidou, Centre Pompidou; Paris, France DepART, Starhill Gallery; Kuala Lumpur, Malaysie Kuala Lumpur Tour et Retour, L’Ecole Nationale Superieure des Beaux-Arts, Paris Bienal Internacional de Arte Contemporáneo; Almería, Espagne
  • 2005 : Ricochet, Stills Gallery; Edimbourg, Royaume-Uni.

Prix et distinctions

Notes et références

  1. « Afrofuturisme, fictions spéculatives et histoires du futur », sur www.centrepompidou.fr (consulté le 5 mars 2016)
  2. « Kapwani Kiwanga », sur Le Jeu de Paume (consulté le 5 mars 2016)
  3. (en) Artist Commission: Kapwani Kiwanga, The Armory show, 3-6 mars 2016 (consulté le 5 mars 2016).
  4. Emily Nathan, « Up and Coming: Meet Kapwani Kiwanga, the Emerging Artist Challenging What You Learned in History Class », sur Artsy (consulté le 5 mars 2016)
  5. Emmanuelle Helsens, « Kapwani Kiwanga | Zérodeux | Revue d'art contemporain », sur www.zerodeux.fr (consulté le 5 mars 2016)
  6. « Sun Ra, soleil noir », sur Libération.fr (consulté le 5 mars 2016)
  7. « Africultures - Critique - Maji-Maji de Kapwani Kiwanga », sur www.africultures.com (consulté le 5 mars 2016)
  8. Roxana Azimi, « A Londres, la foire 1:54 gagne en qualité », Le Monde, (lire en ligne, consulté le 5 mars 2016)
  9. BackOffice Musée d'art de Joliette, « Kapwani Kiwanga. Rayon de soleil au coin du feu », sur Musée d'art de Joliette, (consulté le 24 juillet 2018)
  10. BackOffice Lilabox, « Soirée Spéciale Kapwani Kiwanga », sur Le Cinematographe (consulté le 6 mars 2016)

Liens externes

  • Portail de l’art contemporain
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.