Kinyarwanda

Le kinyarwanda ou l'ikinyarwanda (ou, selon des graphies datant de l'époque coloniale, kinyaruanda, voire runyarwanda), est une langue bantoue parlée dans la zone interlacustre (Zone J). C'est la langue nationale du Rwanda, parlée par la totalité de la population (près de 11 millions de locuteurs), avec quelques petites variations dialectales propres à certaines régions, surtout dans le Nord et dans l'Ouest du pays. Cette langue est aussi parlée dans le Sud de l’Ouganda, dans le Nord-Ouest de la Tanzanie et dans l'Est de la République Démocratique du Congo. Le kirundi, qui est très proche du kinyarwanda, est parlé au Burundi par 9 millions de personnes, tout comme le giha, parlé dans l'Ouest de la Tanzanie par près d'un million de personnes.

Kinyarwanda
Kinyarwanda (rw)
Pays Rwanda, Ouganda, Tanzanie
Nombre de locuteurs Rwanda :
- 10 600 000 (2013)[1]
- 11 591 000[2]
Total :
- 12 120 250[1]
- 14 258 000[2]
Typologie SVO à tons
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Rwanda
Codes de langue
ISO 639-1 rw
ISO 639-2 kin
ISO 639-3 kin
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF rw
Linguasphere 99-AUS-df
Glottolog kiny1244
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (version française)

Abantu bose bavuka ariko bakwiye agaciro no kubahwa kimwe. Bose bavukana ubwenge n'umutima, bagomba kugirirana kivandimwe.

Classification

Le kinyarwanda appartient à la famille des langues rwanda-urundi du groupe des langues bantoues.

  • Classification de Guthrie : D.61, groupe D.60
  • Classification Bastin/Coupé/Mann : J.61

Répartition géographique

Le kinyarwanda est parlé au Rwanda, au Bufumbira, région située dans le Sud-Ouest de l'Ouganda, au Masisi et Rutshuru, territoires situés dans l'Est de la République Démocratique du Congo, ainsi qu'au Karagwe, dans le Nord-Ouest de la Tanzanie.

Au Rwanda, il est parlé par pratiquement toute la population[3], soit près de 11 millions de personnes[4].

Statut officiel

L'article 5 de la Constitution du Rwanda précise : « La langue nationale est le kinyarwanda. Les langues officielles sont le kinyarwanda, le français et l’anglais et le swahili. »[5].

Écriture

Contrairement à certaines autres langues tonales transcrites en alphabet latin indiquant le tons dans l’orthographe, comme le vietnamien par exemple, le kinyarwanda n’utilise pas de diacritiques pour transcrire les tons ou la longueur des voyelles dans l’orthographe usuel. Par écrit, le sens des mots se déduit à partir du contexte.

Bien que parfois écrits de la même façon, les mots peuvent être différents selon la prononciation.

Exemples :

  • umusambi /u.mu.sâː.mbi/ (a modulé haut-bas) = grue couronnée, umusambi /u.mu.saː.mbi/ (a haut long) = natte ;
  • nagiye /na.ɡi.je/ (a bas) = je suis parti ; nagiye /ná.ɡi.je/ (a haut) = alors que j'étais parti.

Cependant, dans les ouvrages scientifiques, le ton haut peut être indiqué à l’aide de l’accent circonflexe sur la voyelle et le ton bas à l’aide de l’absence de diacritique, par exemple : umusôre (« adolescent »), umugabo (« homme ») ; la longueur de voyelle peut être indiquée en doublant la lettre de la voyelle, par exemple : gatra, guhaaha[6].

Prononciation

Des lois phonétiques imposent des variations à certaines consonnes et voyelles conjointes dans le contexte d'adjacence (affixation par exemple) :

  • n devient m devant b, p, f et v;
  • nh devient mp, nr devient nd;
  • deux voyelles identiques → le son s'allonge;
  • un contact entre deux voyelles différentes peut aboutir :
    • à la disparition de la première voyelle et à l'allongement de la seconde
    • la première voyelle peut se transformer en semi-voyelle (w ou y).

Les deux premières syllabes d'un mot sont généralement de sonorités différentes : une syllabe sonore suivie par une syllabe sourde ou inversement. Certains préfixes (voir ci-dessous) subissent donc une flexion selon le radical auquel ils sont apondus.

Voyelles

Antérieur Postérieur
Fermé i u
Mi-fermé e o
Ouvert a

Le kinyarwanda possède 5 voyelles : /i/, /e/, /u/, /o/ et /a/. Il n’y a pas habituellement de nasalisation des voyelles.

La quantité de la voyelle peut changer le sens du mot. La voyelle brève équivaut à un more, la longue équivaut à deux mores.

Par exemple :

  • gusiba prononcé [gu.si.ba] « effacer »
  • gusiba prononcé [gu.siː.ba] « s’absenter »

Grammaire

Classes nominales

Les noms ne sont pas rangés par genre, mais par classe sémantique. On dénombre huit préfixes de classes, répartis en deux groupes (préfixes fondamentaux et préfixes qualifiants). La fonction de ces préfixes peut être comparable à celle des articles en français. C'est le préfixe qui porte exclusivement la marque du pluriel. De nombreux éléments (adjectifs, pronoms, quantifieurs, etc.) s'accordent en classe avec le nom auquel ils se rapportent.

Préfixes fondamentaux
ClasseSingulierPlurielFonctionExemple
Préfixes individuels Classe 1umuabadésigne l'homme en tant qu'individu, ainsi que ses dérivés (métiers, qualités, défauts)umuntu (pl. abantu) : un homme, un humain
Classe 2umuimiplantes, animaux, objets, etc., en tant qu'unitésumusozi (pl. imisozi) : la colline
Préfixes collectifs Classe 3ininindividus (humains, animaux, objets) en tant que membres d'un groupeintare (pl. intare) : un lion
Classe 4iamaparties d'un organisme végétal ou animal, matériaux en nombre indéterminéinkuru (pl. amakuru) : les nouvelles
Classe 4ukuamacertaines parties du corps humainukuboko (pl. amaboko) : bras
Préfixes qualifiants
ClasseSingulierPlurielFonctionExemple
Classe 5aka / agautupetitakazu : la petite maison
Classe 6iki / igiibigrandigicumuro : une grande faute
Classe 7uruingros, puissant, en grand nombreurumuri : la lumière
Classe 8ubunoms abstraits, toujours singuliersubuntu : l'humanité

Exemples de traduction

MotTraductionPrononciation standard
terreisiissi
cielijuruijourou
eauamaziamazi
feuumulirooumouriro
hommeumugabooumougabo
femmeumugoreoumougoré
mangerkuryakouria
boirekunywakouniawa
grand-rere
petit-toto
nuitijoroijoro
jourumunsioumounsi

Expressions de base

Salutations

  • Yego = Oui.
  • Oya = Non.
  • Bite = ça va ?
  • Ni byiza = Bien
  • Amakuru = Quelles sont les nouvelles ?
  • Ni meza = Elles sont bonnes (les nouvelles)
  • Murakoze = Merci
  • Mwaramutse = Bonjour
  • ijoro ryiza = Bonne nuit
  • Murabeho = Au revoir

Être - Avoir - S'appeler

  • Nde = Qui ?
  • Witwa nde = Comment tu t'appelles ?
  • Nitwa Jean Parfait = Je m'appelle Jean Parfait
  • Ndi umufaransa =je suis français-e
  • Uri umunyarwanda = Tu es rwandais-e ?
  • Ufite = tu as
  • Mfite = j'ai

Questions de base

  • Nde ? = Qui ?
  • iki ? = quoi ?
  • Niki ? = C'est quoi ?
  • hehe ? = où ?
  • Ikibuga cy'indege kiri he = où se trouve l'aéroport ?
  • Mushobora gusubiramo ? = Pouvez-vous répéter?
  • Utuye he? = où habites tu?
  • Ntuye i Kigali = j'habite à Kigali
  • Urashaka iki? = Que veux-tu?
  • Ushobora kumfasha? = Peux-tu m'aider?

Parler - Comprendre - Savoir

  • Mvuga ikinyarwanda = je parle kinyarwanda
  • Ntabwo mvuga ikinyarwanda = je ne parle pas le kinyarwanda
  • Mvuga ikinyarwanda gicye = Je parle un peu le kinyarwanda
  • Ntago numva ikinyarwanda = je ne comprends pas le kinyarwanda
  • Numva ikinyarwanda gicye = Je comprends peu le kinyarwanda.
  • Uvuga igifaransa = Tu parles français ?
  • Ushobora kuvuga gahoro = Tu peux parler moins fort ?
  • Ushobora kuvuga gato gato = Est-ce que tu peux parler plus lentement ?
  • Bavuga gute "x" mu kinyarwanda = Comment dit-on "x" en kinyarwanda ?
  • Ndabizi = Je sais.
  • Ntago mbizi = Je ne sais pas.

Drague

  • Ushaka kunywa = tu veux boire ?
  • Ndashaka amazi = Je voudrais de l'eau.
  • Uri Mwiza = tu es beau/belle
  • Ndagukunda = Je t'aime
  • Umutima = Cœur

Notes et références

  1. Ethnologue [kin].
  2. Joshua Project [kin].
  3. Jacques Leclerc, « Rwanda », sur L’Aménagement linguistique dans le monde, (consulté le 31 décembre 2013) : « Il n’y a pas de minorité linguistique au Rwanda, car presque toute la population, soit 98 %, parle la langue nationale du pays, le kinyarwanda ».
  4. « Rwanda : statistiques », sur le site de l’UNICEF, UNICEF (consulté le 31 décembre 2013)
  5. Rwanda. « Constitution de la République du Rwanda du 4 juin 2003 », art. 5 [lire en ligne (page consultée le 31 décembre 2013)]
  6. République du Rwanda, Ministre des Sports et de la Culture 2014.

Annexes

Bibliographie

 : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Édouard Gasarabwe, Parlons kinyarwanda-kirundi : langue et culture, Paris, L’Harmattan, , 290 p. (ISBN 2-7384-1541-5)
  • Francis Jouannet, Le kinyarwanda, langue bantu du Rwanda, Société d'études linguistiques et anthropologiques de France (SELAF),
  • République du Rwanda, Ministre des Sports et de la Culture, « Instructions du ministre no 001/2014 du 08/10/2014 régissant l’orthographe du kinyarwanda », Official Gazette, no 41 bis, (lire en ligne)
  • Eugène Shimamungu, Nyamunini, dictionnaire bilingue et encyclopédique kinyarwanda-français (2 tomes), Lille, Sources du Nil, , 1680 p. (ISBN 978-2-919201-39-6 et 978-2-919201-40-2)
  • Eugène Shimamungu, Le kinyarwanda, initiation à une langue bantu, Paris, L’Harmattan, , 206 p. (ISBN 2-7384-6211-1)

Liens externes

  • Portail des langues
  • Portail du Rwanda
  • Portail de l’Ouganda
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.