Kléber (métro de Paris)

Kléber est une station de la ligne 6 du métro de Paris, située dans le 16e arrondissement de Paris.

Pour les articles homonymes, voir Kléber (homonymie).

Kléber

Les quais de la station en 2011.
Localisation
Pays France
Ville Paris
Arrondissement 16e
Coordonnées
géographiques
48° 52′ 16″ nord, 2° 17′ 35″ est
Géolocalisation sur la carte : 16e arrondissement de Paris
Géolocalisation sur la carte : Paris
Caractéristiques
Voies 4
Quais 2
Zone 1
Transit annuel 1 260 051 (2013)
Historique
Mise en service
Gestion et exploitation
Propriétaire RATP
Exploitant RATP
Code de la station 18-09
Ligne(s)
Correspondances
Bus RATP 22 30
Noctilien  

Situation

La station est établie sous l'avenue Kléber au sud de la place Charles-de-Gaulle, à hauteur de l'avenue des Portugais. Approximativement orientée selon un axe nord-sud, elle s'intercale entre le terminus occidental de Charles de Gaulle - Étoile (dont la boucle terminale s'amorce à faible distance) et la station Boissière.

Histoire

Entrée de la station, de style Guimard.

La station est ouverte le sur un embranchement de la ligne 1 entre Étoile (aujourd'hui Charles de Gaulle - Étoile) et Trocadéro, lequel devient le premier tronçon de la ligne 2 Sud le 5 novembre 1903 lors de la mise en service de son premier prolongement jusqu'à Passy[1]. Le , la ligne 2 Sud est absorbée par la ligne 5 qui effectue alors le trajet Étoile - Lancry (actuelle Jacques Bonsergent)[2]. Du 17 mai au , le tronçon entre Place d'Italie et Étoile de la ligne 5 est intégré temporairement à la ligne 6, qui relie alors Étoile à Nation[3]. La section absorbée lui est définitivement cédée le .

Lors de la pneumatisation de la ligne 6 en 1974, la station, initialement à disposition classique avec deux quais séparés par les voies, est remaniée en profondeur avec l'ajout de deux voies latérales de part et d'autre de ces mêmes quais, et un carrelage biseauté beige est appliqué sur les piédroits de l'ensemble des espaces.

Elle doit sa dénomination à son implantation sous le nord de l'avenue Kléber, laquelle rend hommage à Jean-Baptiste Kléber (1753-1800), général français qui s'est illustré lors des guerres de la Révolution française, notamment lors de la guerre de Vendée et la campagne d'Égypte.

En 2011, 1 150 016 voyageurs sont entrés à cette station[4]. Elle a vu entrer 1 260 051 voyageurs en 2013, ce qui la place à la 286e position des stations de métro pour sa fréquentation sur 302[5],[6].

Services aux voyageurs

Accès

La station dispose de deux accès débouchant de part et d'autre de l'avenue Kléber, chacun orné d'un édicule Guimard faisant l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par l'arrêté du [7] :

  • l'accès 1 « avenue Kléber - côté numéro impairs » se trouvant au droit du no 15 de l'avenue ;
  • l'accès 2 « avenue Kléber - côté numéro pairs » se situant face aux nos 12 et 14 de l'avenue.

Quais

Kléber est une station de configuration particulière : elle possède quatre voies à quai afin de tenir le rôle de terminus technique. Elle est utilisée pour un arrêt prolongé des rames avant ou après leur passage au terminus de Charles de Gaulle - Étoile en fonction des temps nécessaires de régulation et de pause pour les conducteurs. Le terminus « commercial » de Charles de Gaulle - Étoile est trop contraint pour pouvoir jouer efficacement ce rôle.

Les voies latérales sont partiellement séparées des voies centrales d'origine par des piédroits, la station étant initialement de configuration standard avec deux quais séparés par les voies du métro situées au centre. Elle est donc divisée en trois parties, chacune possédant une voûte elliptique. L'extrémité nord est cependant d'un seul tenant, et possède deux piédroits verticaux ainsi qu'un plafond horizontal.

La décoration est typée des années 1970 : les bandeaux lumineux sont suspendus et munis de lames métalliques entrecroisées, tandis que des carreaux de céramiques beige posés verticalement et alignés (que l'on ne retrouve qu'aux stations Porte de Bagnolet et Gallieni sur la ligne 3) recouvrent les piédroits des quais, les tympans ainsi que l'extrémité des voûtes, ces dernières étant peintes en blanc de même que les piédroits les plus latéraux. Les cadres publicitaires sont métalliques et le nom de la station est inscrit en lettres capitales sur plaques émaillées de grande taille. Les sièges sont de style « Motte » de couleur bleue.

Intermodalité

La station est desservie par les lignes 22 et 30 du réseau de bus RATP et, la nuit, par la ligne N53 du réseau de bus Noctilien.

À proximité

Filmographie

Quelques scènes de films sont tournées dans la station dont, pour les longs métrages, Le Nom des gens (Michel Leclerc, 2010)[8].

Notes et références

  1. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 210-211.
  2. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 197.
  3. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes. De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], p. 210-211.
  4. Entrants annuels provenant de l'extérieur de la station (voie publique, correspondances bus, réseau SNCF, etc.), sur le site data.ratp.fr (consulté le 5 novembre 2012).
  5. Trafic annuel entrant par station (2013), sur le site data.ratp.fr (consulté le 31 août 2014).
  6. Le nombre de 302 stations n'inclut pas la station fictive Funiculaire de Montmartre qui est considérée comme une station de métro (avec deux points d'arrêt) par la RATP et rattachée statistiquement à la ligne 2, ce qui explique pourquoi la RATP annonce 303 stations et non 302 en 2013.
  7. « Métropolitain, station Kléber », notice no PA00086699, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Christine PASSEVANT, Le Nom des gens de Michel Leclerc, vous avez dit identité nationale? », (consulté le 16 avril 2017).

Voir aussi

Article connexe

  • Portail des transports en Île-de-France
  • Portail de Paris
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.