Kreuzlingen

Kreuzlingen est une ville et une commune suisse du canton de Thurgovie, située dans le district homonyme.

Kreuzlingen

Vue du château de Seeburg.

Héraldique
Administration
Pays Suisse
Canton Thurgovie
District Kreuzlingen
Communes limitrophes Constance (Allemagne), Bottighofen, Lengwil, Kemmental, Tägerwilen
Maire Andreas Netzle
NPA 8280
N° OFS 4671
Démographie
Population
permanente
22 004 hab. (31 décembre 2018)
Densité 1 915 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 38′ 45″ nord, 9° 10′ 43″ est
Altitude 397 m
Superficie 11,49 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation

Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Thurgovie
Kreuzlingen
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Kreuzlingen
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Kreuzlingen
Liens
Site web www.kreuzlingen.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

    Elle a été créée par la réunion des anciennes communes de Kurzrickenbach, Emmishofen, Egelshofen et de l'ancien couvent de Kreuzlingen.

    Géographie

    Kreuzlingen et Constance vues depuis le sud.

    Kreuzlingen est située au nord du canton, au bord du lac de Constance, au sud-est de la ville voisine allemande de Constance. Les quartiers du sud de la ville sont construits sur le versant nord de la chaîne de collines appelée Seerücken, signifiant en allemand « dos du lac », dont la crête est en grande partie boisée.

    Selon l'Office fédéral de la statistique, Kreuzlingen mesure 11,49 km2[2]. Sa population en fait la deuxième ville du canton après Frauenfeld et la plus grande ville suisse au bord du lac de Constance. Avec la ville de Constance, elle forme une agglomération transfrontalière de 110 000 habitants[réf. nécessaire].

    Démographie

    Selon l'Office fédéral de la statistique, Kreuzlingen compte 22 004 habitants fin 2018[1]. Sa densité de population atteint 1 915 hab./km2.

    48,6 % de la population totale, fin 2009, sont de nationalité étrangère. Les résidents allemands en constituent une grande partie avec 4 048 personnes.

    En 2008, le taux d'employés dans le secteur primaire figurait à 0,37 % contre 29,37 % dans le secteur industriel. 70,26 % des employés travaillaient dans le secteur tertiaire[3].

    Histoire

    Le couvent des Augustins de Kreuzlingen est fondé en 1125 par Ulrich 1er, évêque de Constance. Après avoir été détruite deux fois, l'abbaye est finalement reconstruite en style baroque en 1650, cette fois à un endroit environ un kilomètre plus éloigné des remparts de Constance que le site original. En 1848 l'abbaye est sécularisée par le canton de Thurgovie.

    Ses terres sont alors en partie occupées par le sanatorium Bellevue (1857-1980), qui accueille des patients comme Bertha Pappenheim (Anna O.) et l'historien d'art Aby Warburg. Fondée par un psychiatre de Münsterlingen, Ludwig Binswanger, la clinique était moderne pour l'époque et resta dans la famille près de 120 ans. Elle fut le lieu d'importantes avancées psychiatriques, en particulier sous la direction du petit-fils du fondateur, aussi nommé Ludwig Binswanger. Peu de ses bâtiments existent encore aujourd'hui.

    En 1874, la commune d’Egelshofen est réunie à Kreuzlingen. La commune s’agrandit encore en 1927 et en 1928 en absorbant les communes de Kurzrickenbach et Emmishofen respectivement. Kreuzlingen atteint le statut de ville avec 10 000 habitants en 1947.

    Enseignement

    Kreuzlingen est le siège de la Haute école pédagogique de Thurgovie (Pädagogische Hochschule Thurgau), fondée en 2003. En outre Kreuzlingen abrite, depuis les années 1960, un des trois lycées cantonaux de Thurgovie.

    Médias

    • Kreuzlinger Zeitung, bi-hebdomadaire

    Lieux et monuments

    Seemuseum
    Saint Jérôme, 1618-1620
    par Antoine van Dyck
    Collection Heinz Kisters, Kreuzlingen
    • Ancien couvent des Augustins
    • Ancienne collégiale Saint-Ulrich et Sainte-Afre (avec la chapelle du Mont-des-Oliviers)
    • Maison Rosenegg (musée régional)
    • Château Seeburg
    • Seemuseum ("musée du lac")
    • Chapelle de Bernrain située sur le chemin de Saint-Jacques

    Transports

    Annexes

    Personnalités

    Notes et références

    1. « Bilan de la population résidente permanente (total) selon les districts et les communes, en 2018 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 30 septembre 2018).
    2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
    3. [PDF] « Beschäftigte nach Gemensen 2005-2008 », Thurgauer Staatskanzlei, (consulté en 8e octobre 2010)

    Liens externes

    • Portail de la Suisse orientale
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.