Kristian Hamon

Christian Hamon, dit Kristian Hamon, est un rédacteur et historien français.

Pour les articles homonymes, voir Hamon.
Kristian Hamon
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web

Carrière dans le journalisme

Après un rapide passage au mouvement nationaliste Jeune Bretagne, dont il dénonce le caractère d'extrême droite[1], il adhère au Parti communiste breton en 1973. À la fin des années 1970, il rejoint l'équipe du Le canard de Nantes à Brest, puis celle de Libération en 1981, puis de Lyon-Libération. À la fin des années 1980, il entre au quotidien Var-Matin (Toulon). Il fait ensuite un passage dans l'édition (Dargaud, Le Lombard).

Recherches sur la Seconde Guerre mondiale en Bretagne

Il reprend tardivement des études, passe une maîtrise d'histoire (sur L’Ouest-Éclair) puis un DEA sur les nationalistes bretons sous l'Occupation, pour lequel il obtient une dérogation pour consulter les Archives départementales d'Ille-et-Vilaine concernant les activités du Parti national breton (PNB) pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ses livres, vendus à plus de 7 000 exemplaires chacun[réf. nécessaire], sont basés sur des recoupements entre les dossiers d'instruction judiciaire des procès de l’épuration en Bretagne, les rapports de la gendarmerie, ceux des Renseignements généraux et ceux des services secrets allemands pendant l’Occupation et à la Libération. Depuis 1999, K. Hamon poursuit ses recherches sur la Collaboration (notamment la collaboration armée) et la Résistance en Bretagne. En 2001 il s’est inscrit en doctorat de Celtique à l’université Rennes 2 avec une thèse sur le Mouvement breton sous l’Occupation, mythes et réalité, sous la direction de Gwendal Denis (Denez).

Ses travaux sont cités par l'universitaire Marc Bergère en 2001 comme faisant partie de ceux qui ont « enrichi » la « connaissance scientifique de la période », aux côtés de ceux de Michel Denis, Henri Fréville, et Georges Cadiou[2]. Il est aussi cité par Sébastien Carney en 2015 aux côtés de Bertrand Frélaut comme faisant partie des « travaux souvent repris [qui] constituent des études étayés de l'action bretonne au milieu du XXe siècle »[3]. Tudi Kernalegenn et Yann Fournis en 2013 indiquent que selon eux Hamon dresse « un tableau sans concession de la collaboration politique du Parti National Breton durant la guerre (Hamon, 2001) – voire de la collaboration policière d’une minorité extrémiste mais symbolique (Hamon, 2004), après un profond examen des archives de l’époque »[4].

Publications

  • Michel Lagrée, Patrick Harismendy et Michel Denis, L'Ouest-Eclair. Naissance et essor d'un grand quotidien régional, Presses universitaires de Rennes, 2000.
  • Kristian Hamon, Les nationalistes bretons sous l'occupation, Le Relecq-Kerhuon, An Here, , 271 p. (ISBN 2-914855-19-2).
  • Kristian Hamon, Le Bezen Perrot : 1944, des nationalistes bretons sous l'uniforme allemand, Fouesnant, Yoran Embanner, , 174 p. (ISBN 2-9521446-1-3).
  • Kristian Hamon, Agents du Reich en Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, , 350 p. (ISBN 978-2-915623-80-2).

Liens externes

Référence

  1. Article paru dans le Peuple breton, no 115, daté de mai 1973 et signé K.H.
  2. Marc Bergère, « Les usages politiques de la Seconde Guerre mondiales en Bretagne : Histoire, mémoire et identité régionale », colloque "Bretagne et identités régionales pendant la Seconde Guerre mondiale", , p. 10 (lire en ligne). « Depuis cette date, la connaissance scientifique de la période s'est enrichie et affinée notamment grâce aux contributions de Michel Nicolas, Henri Fréville, ou plus récemment Kristian Hamon et Georges Cadiou. »
  3. Sébastien Carney, Breiz Atao ! : Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « histoire », , 608 p. (ISBN 978-2-7535-4289-1, ISSN 1255-2364), p. 15, « ces derniers [ouvrages solides et lucides] sont cependant variablement connus. On retiendra ceux de Bertrand Frélaut et de Kristian Hamon - souvent repris - qui constituent des études étayés de l'action bretonne au milieu du XXe siècle. »
  4. Yann Fournis et Tudi Kernalegenn, « Des historiens au service d’une nation inachevée, la Bretagne - Historians to the rescue of an abortive nation, Brittany », Wetenschappelijke Tijdingen, no 64, , p. 152-191 (lire en ligne, consulté le 15 mai 2017)p. 185
  • Portail de la presse écrite
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de l'histoire de Bretagne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.