L'Arme fatale 3

L'Arme fatale 3 (Lethal Weapon 3) est un film américain réalisé par Richard Donner, sorti en 1992. C'est le troisième opus d'une tétralogie commencée en 1987 avec L'Arme fatale et terminée en 1998 avec L'Arme fatale 4.

Pour les articles homonymes, voir L'Arme fatale (homonymie).
L’Arme fatale 3
Titre original Lethal Weapon 3
Réalisation Richard Donner
Scénario Jeffrey Boam
Robert Mark Kamen
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Silver Pictures
Pays d’origine États-Unis
Genre Comédie policière
Durée 118 minutes
Sortie 1992

Série L'Arme fatale

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Synopsis

À une semaine de la retraite, le sergent de police Roger Murtaugh doit s'attaquer, avec son coéquipier le sergent Martin Riggs, à un gang de marchands d'armes spécialisé dans les armes perce-blindage. Seule particularité de ce gang : leur chef est un ancien flic, Jack Travis.

Résumé

Les sergents de la police de Los Angeles Martin Riggs et Roger Murtaugh arrivent devant un bâtiment dans lequel se trouve une voiture piégée à l'explosif. Malgré les ordres, le tandem entre dans le bâtiment et Riggs décide, contre l'avis de son collègue, de désamorcer la bombe au lieu d'attendre la brigade anti-bombe. Les deux hommes sont contraints de partir à toute vitesse de l'immeuble, après que Riggs a coupé le mauvais fil, provoquant une explosion et la destruction de tout le bâtiment. À la suite de cet incident, les deux équipiers se retrouvent rétrogradés à la circulation. À sept jours de sa retraite cela énerve passablement Murtaugh. Alors qu'ils patrouillent dans la rue, ils poursuivent deux hommes commettant un vol avec un fourgon blindé et parviennent à arrêter un des deux suspects, Billy Phelps. Lors de l'arrestation, on découvre que Billy Phelps avait une arme chargé de balles perforantes, surnommées « tueurs de flics ». À la suite de leurs efforts pour arrêter Phelps, Riggs et Murtaugh sont réintégrés au grade de sergents par leur supérieur, Murphy. Le duo fait la connaissance de Lorna Cole, agent des affaires internes chargée d'enquêter sur la provenance des balles perforantes. Phelps, en garde à vue, est assassiné par Jack Travis, ex policier corrompu soupçonné d'être un trafiquant d'armes. Travis s'est également occupé du complice de Phelps, utilisant son badge encore valable afin de s'introduire dans le commissariat. Il ignore cependant qu'il a été filmé par une caméra de surveillance installée dans la salle d'interrogatoire, ce qui permet de facilement l’identifier. Lorsque Léo Getz, devenu agent immobilier, passe voir ses amis Riggs et Murtaugh au commissariat, il reconnaît Travis sur les images de surveillance. Il leur dit où il peut le trouver, car Travis est un fan de hockey sur glace et Léo lui a obtenu les meilleures places dans les gradins de la patinoire.

L'arrestation de Travis tourne mal et Leo est blessé par balle au bras par ce dernier. Peu de temps après, Riggs et Murtaugh se retrouvent dans un échange de coups de feu avec des membres d'un gang. Murtaugh, qui est parvenu à en abattre un, découvre qu'il s'agit de Darryl Smithers, un ami de son fils Nick. Visiblement bouleversé, Murtaugh s'éloigne et Riggs continue de travailler avec Cole, qui lui apprend que les armes et les munitions étaient des pièces à convictions volées par un ex-policier, Jack Travis. Grâce au relevé téléphonique de Phelps, Riggs et Cole découvrent un entrepôt où se trouvent les armes volées. Riggs réussit à apprivoiser le chien de garde en le nourrissant avec des biscuits pour chien, puis l'adopte. Après avoir affronté les sbires de Travis et pris le dessus, Cole et Riggs parviennent à s'enfuir et, par la suite, tombent amoureux.

Rianne, inquiète pour son père, averti Riggs que Murtaugh vit retiré depuis la mort de Darryl. Riggs rend visite à Murtaugh sur son bateau et après un échange tendu avec son collègue et ami, parvient à l’aider à surmonter sa culpabilité. À l'enterrement de Darryl, son père implore Murtaugh de retrouver celui qui a mis une arme dans les mains de son fils. Avec Cole et Riggs, Murtaugh parvient à remonter la trace jusqu'à un gangster, Tyrone, qui leur apprend que les armes de son gang dont Darryl faisait partie provenait du stock volé par Travis. Les trois policiers font un raid dans un garage où travaillent des hommes de Travis. N'étant plus en mesure de voler des armes et des munitions, Travis kidnappe le capitaine Murphy, dans le but de se trouver dans le stock d'armes de la police. Cole, Riggs et Murtaugh parviennent à trouver des connexions entre les hommes du garage et un chantier de construction et découvrent le plan de Travis qui a eu l'information à partir d'un ordinateur de la police piraté. Le trio se rend dans le stock afin d'arrêter le criminel, mais une fusillade éclate, au cours de laquelle plusieurs hommes de Travis sont tués, ainsi qu'un jeune policier en uniforme venus seconder Riggs et Murtaugh. Travis parvient encore à s’échapper, mais Riggs et Murtaugh réussissent à le retrouver grâce aux informations de Leo à propos du chantier de construction. Aidé de Cole, le duo déclenche une fusillade, détruisant le chantier et neutralisant les sbires de Travis, mais durant l’action Cole est blessée. Travis est abattu par Riggs avec la mitraillette de Darryl, gardée pour l'occasion, chargée des balles perforantes. Cole, blessée par ces balles, a eu l'idée de porter deux gilets pare-balles, ce qui lui a sauvé la vie. Elle admet à ce moment-là qu'elle voudrait avoir une relation sérieuse avec Riggs, qui pense également la même chose. Alors que la famille de Murtaugh fête sa retraite, ce dernier leur annonce qu'il a décidé de rester dans la police, préservant son partenariat avec Riggs. Ce choix est finalement accepté par ses proches.

Après le générique de fin, Riggs et Murtaugh se rendent devant un hôtel menacé par une bombe et Riggs veut à nouveau désamorcer la bombe. Mais avant même de sortir de la voiture, le bâtiment explose et les deux policiers s'éloignent rapidement, sauvant leurs vies et évitant d'être à nouveau rétrogradés, en disant, exaspérés, « Je suis trop vieux pour ces conneries ».

Fiche technique

Distribution

  • Mel Gibson (VF : Jacques Frantz / VQ : Hubert Gagnon) : Sergent Martin Riggs
  • Danny Glover (VF : Richard Darbois / VQ : Victor Désy) : Sergent Roger Murtaugh
  • Joe Pesci (VF : Roger Crouzet) : Leo Getz
  • Rene Russo (VF : Véronique Augereau / VQ : Marie-Andrée Corneille) : Sergent Lorna Cole
  • Stuart Wilson (VF : Michel Derain / VQ : Jean-René Ouellet) : Jack Edward Travis
  • Steve Kahan (VF : Jean-Claude Sachot / VQ : Yves Massicotte) : Capitaine Ed Murphy
  • Darlene Love (VF : Anne Ludovik) : Trish Murtaugh
  • Traci Wolfe (VF : Nathalie Spitzer) : Rianne Murtaugh
  • Damon Hines (VF : Tony Marot) : Nick Murtaugh
  • Ebonie Smith (VF : Sarah Marot) : Carrie Murtaugh
  • Gregory Millar (VF : Gilbert Levy / VQ : Marc Bellier) : Tyrone
  • Nick Chinlund (VF : Philippe Vincent) : Hatchett
  • Jason Rainwater : Officier Edwards, le jeune policier
  • Alan Scarfe : Herman Walters
  • Delores Hall (VF : Martine Meiraghe) : Delores
  • Mary Ellen Trainor (VQ : Johanne Léveillé) : Dr. Stephanie Woods
  • Mark Pellegrino : William « Billy » Phelps
  • John Cenatiempo (VF : Jacques Bouanich / VQ : François Godin) : Smitty
  • Danny Wynands : Hershel
  • Andrew Hill Newman (VF : Georges Caudron) : le piéton indiscipliné
  • Kenneth Tigar : Jarvis Becker, chef de la brigade de déminage
  • Pete Antico : homme de main # 1 / Hubie Bartholomew Smith
  • Sven-Ole Thorsen : homme de main # 2
  • Paul Tuerpe : homme de main # 3
  • Veronica Alicino : membre de la brigade # 1
  • Henry Brown : membre de la brigade # 2
  • Eric Briant Wells : membre de la brigade # 3
  • Miguel A. Núñez, Jr. : membre de la brigade # 4
  • Philip Moon : membre de la brigade # 5
  • Bobby Wynn : Darryl Smithers
  • Sylvia Webb White : Mrs. Smithers
  • Danny 'Big Black' Rey : Mr. Smithers
  • Vince Howard (VF : Pierre Baton) : le prêtre
  • Paul Hipp (VF : Éric Missoffe) : le docteur à l’hôpital
  • Lauren Shuler Donner : l'infirmière
  • Stephen T. Kay (VF : Vincent Violette) : Joël, le réalisateur du film
  • Michael George Miller : l'assistant réalisateur du film
  • Henry Kingi : le punk du film
  • Adam Klineberg : le jeune policier dans le film
  • Michele Landry : une jeune femme
  • Scott Bryce : un jeune homme
  • Del Emory : le policier sous la douche
  • John Harms : un flic
  • James Oliver : un manager
  • Marian Collier : une patronne
  • Norman D. Wilson : George
  • Thomas A. Geas : un homme au stand de hamburgers
  • Gene Williams : un membre d'un gang
  • Selma Archerd : l'officier Selma
  • Harvey Fisher : le voisin des Murtaugh
  • Edward J. Rosen : un spectateur du match de hockey # 1
  • Jay Della : un spectateur du match de hockey # 2
  • Steve Luport : Welder
  • Anthony T. Pennello : un garde mort
  • Jay Byron : un garde
  • Germain Williams : un conducteur
  • David Lee Bynum : un constructeur
  • Steve Psaros : un policier # 1
  • Paul Ganus : un policier # 2
  • Don Stanley : un policier de l'autoroute # 1
  • Maryellen Aviano : un policier de l'autoroute # 2
  • Michael Klastorin : un employé
  • J. Mills Goodloe : Eddie
  • Bill Frederick : le policier qui dit « bravo » après l'explosion (non crédité)
  • Jack McGee (VF : Daniel Russo) : Mickey, le charpentier (scène supplémentaire) (non crédité)

Production

Bande originale

Version Director Cut

  • Le film comporte, comme les deux précédents, une version director's cut (ou « édition spéciale ») disponible sur DVD dans laquelle :
    • Murtaugh prend son revolver dans un coffre à combinaison et Trish insiste pour qu'il enfile son gilet pare-balles jusqu'à son dernier jour.
    • On retrouve Mickey, le charpentier qui avait agrandi la maison de Murtaugh et qui, cette fois-ci, améliore la caravane de Riggs. Rianne arrive et demande à Riggs s'il a des nouvelles de son coéquipier qui n'est pas rentré chez lui depuis la veille.
    • Riggs, Murtaugh et Cole menacent de rouler sur Tyrone si celui-ci ne donne pas le nom du commanditaire du trafic d'armes.

Accueil

Critique

L'Arme Fatale 3 obtient un accueil mitigé lors de sa sortie dans les pays anglophones, obtenant 56% d'opinions favorable sur le site Rotten Tomatoes, pour 43 critiques et une moyenne de 5,510[2] et un score de 36100 sur le site Metacritic, pour 18 critiques[3].

Box-office

L'Arme fatale 3 connaît un important succès commercial, rapportant 321 731 527 $ au box-office mondial, dont 144 731 527 $ sur le territoire américain[4]. En France, L'Arme fatale 3 totalise 4 480 670 entrées[5], faisant mieux que le premier (1 857 521 entrées) et second opus (1 844 828 entrées)[6]. Il s'agit, sauf aux États-Unis (où il est devancé par L'Arme Fatale 2), du plus grand succès au box-office de la saga[7].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
États-Unis 144 731 527 $ 9
France 4 480 670 $ - -

Total mondial 321 731 527 $ - -

Commentaires

Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », « Autour de... » , etc., peuvent être inopportunes dans les articles (février 2013).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.
  • Ce troisième opus est la seule suite de L'Arme fatale dont le générique de début crédite le casting et l'équipe technique, contrairement au second et au quatrième dans lesquels la première scène démarre tout de suite après le titre. Il est également le seul à comporter une scène post-générique à la fin.
  • Le film tend à inverser les situations des deux héros principaux : Riggs s'équilibre, ne manifestant plus la moindre tendance suicidaire, et trouve un nouvel amour (ici avec Lorna Cole). Murtaugh, quant à lui, sombre dans la dépression et l'alcoolisme après avoir tué le jeune Darryl, ami de son fils Nick.
  • Dans la scène de course-poursuite entre les deux camions blindés, alors que Murtaugh prend les braqueurs en chasse, sa conductrice, employée de la compagnie de transport de fonds, roule à toute allure frôlant l'accident à de nombreuses reprises ; emportée par l'action, c'est à ce moment qu'elle déclare avec rage « Je suis le guerrier de la route ! » dans la version française, (« Road Warrior » dans la version originale). Cette réplique est un hommage à la trilogie Mad Max, dans laquelle Mel Gibson incarne le personnage principal. Ce clin d'œil fait en effet référence au complément du titre Mad Max 2 : The Road Warrior mais également à la célèbre réplique d'un méchant dans Mad Max 1, dans lequel ce dernier déclare dans des circonstances similaires et de façon très semblable « Je suis l'aigle de la route ! ».
  • Au début du film, quand le chat saute sur le toit de la voiture piégée, on peut entendre un très court extrait du thème du chat de Pierre et le Loup de Sergueï Prokofiev.
  • Exceptionnellement dans cette suite, Murtaugh n'utilise pas sa botte secrète (rotation de la tête puis une balle en pleine tête du bandit). Par contre, il mime ce geste après avoir frappé Riggs au visage. Murtaugh est alors sur son bateau, ivre, et conclut ensuite par « Not too bad for an old man » (« Pas mal pour un vieux »).
  • Le film est précédé d'un cartoon avec Daffy Duck pris en chasse par Elmer Fudd, sur la version sortie sur Laserdisc.
  • C'est le seul film de la saga où la maison de Murtaugh ou sa famille ne sont pas menacés par des méchants. Dans le premier film, les hommes du général McAllister kidnappent Rianne. Plus tard, Joshua s'introduit dans la maison. Dans le second, les hommes de mains de Rudd bâillonnent Murtaugh et sa femme dans sa chambre en pleine nuit. Plus tard, ils le piègent d'une bombe sous la cuvette des toilettes. Enfin, dans le quatrième film, des membres de la triade chinoise prennent en otages Trish, Rianne et Lorna chez lui avant de mettre le feu en laissant Riggs, Murtaugh et les trois femmes ligotés au sol.
  • C'est également le seul des quatre films où Riggs n'est pas en sang à la suite du combat final contre le méchant. Au lieu de cela, dans ce film, il a juste quelques petites égratignures et autres blessures mineures.
  • La scène du match de hockey sur glace est censée se passer au Staples Center de Los Angeles lors d'une rencontre de NHL entre les Los Angeles Kings et les Toronto Maple Leafs mais la production n'a pas obtenu les droits d'utiliser les noms et les écussons officiels des deux équipes.

Récompenses

  • Prix de la meilleure musique de film lors des BMI Film & TV Awards 1993.
  • Nomination au Grammy Award de la meilleure chanson composée pour un film (Michael Kamen, Sting et Eric Clapton, pour It's Probably Me) en 1993.
  • Prix de la meilleure scène d'action et du meilleur duo lors des MTV Movie Awards 1993.

Notes et références

Liens externes

  • Portail des années 1990
  • Portail de Los Angeles
  • Portail de WarnerMedia
  • Portail du cinéma américain
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.