Langues en république du Congo

La langue officielle de la république du Congo est le français[1]. Les autres langues sont essentiellement des langues bantoues. Ainsi, les deux langues nationales véhiculaires du pays sont le lingala et le kituba[1] (13 %), viennent ensuite les langues régionales, dont les langues Téke (17,3 %), et plus d'une quarantaine d'autres langues dont les langues pygmées (1,4 %) qui ne sont pas des langues bantoues.

Langues en république du Congo
Langues officielles lingala
Langues nationales lingala, kituba
Langues régionales lari, mbochi, téké, yombe

Statistiques

Selon l'OIF, en 2010, le français est parlée par 78 % des Congolais de plus de 10 ans. Selon une étude d'Omar Massoumou, 88 % des brazzavillois de plus de 15 ans déclarent avoir une expression aisée à l'écrit en français[2]

Selon l'Université Laval, « en raison des guerres civiles qui ont secoué le pays, la langue française est devenue une langue-refuge pour les différentes factions armées. Par exemple, les locuteurs incompétents en kituba (surtout au sud), en kikongo ou en lingala (surtout au nord) préfèrent s'exprimer en français pour des raisons de sécurité. De peur de révéler leur origine ethnique, les Congolais passent au français, ce qui permet de conserver l'incognito. »[3]

Le kituba (ou munukutuba) est un créole kikongo simplifié, compréhensible par les locuteurs des divers dialectes du kikongo. Cette langue est pratiquée par 50,35 % de la population congolaise essentiellement le long de la ligne de chemin de fer Congo-Océan qui relie Brazzaville à Pointe-Noire à savoir dans la partie Sud du pays.

Le lingala, la langue du fleuve, est parlé principalement dans le Nord et l'Est du pays. C'est la langue qui a le plus progressé ces dernières années au Congo.

Les Tékés forment 18 % de la population et se trouvent dans les départements des Plateaux, de la Cuvette-Ouest (où ils sont appelés Mbéti et Tégué), du Niari (où ils sont nommés Nzabi), de la Bouenza et du Pool.

Le lari est une variété de kikongo parlée par les Laris, une ethnie kongo fortement influencée par la culture téké. Il est surtout parlé à Brazzaville et dans la région du Pool[4].

Notes et références

  1. (en) « Constitution de la république du Congo de 2001, Article 6 », sur le site ConstituteProject.Org (2013).
  2. Omer Massoumou, Les usages linguistiques à Brazzaville la place du français, Université Marien Ngouabi, Brazzaville.
  3. Le Congo-BRAZZAVILLE(République populaire)
  4. Jean de Dieu Nsondé, Parlons kikôngo: Le lâri de Brazzaville et sa culture, Paris, L'Harmattan, 1999

Voir aussi

Bibliographie

  • Édouard Ngamountsika, Le français parlé en République du Congo : étude morphosyntaxique, Thèse de doctorat Nouveau Régime, Université Marien Ngouabi de Brazzaville & Université de Provence Aix Marseille 1,2 vol., 2007,536 p.
  • Omer Massoumou et Ambroise Jean-Marc Queffélec, Le français en République du Congo sous l'ère pluripartiste (1991-2006), Paris, Éditions des archives contemporaines - Agence universitaire de la Francophonie, 2007, 451 p.
  • Jean-Alexis Mfoutou, La langue française au Congo Brazzaville. Manifestation de l'activité langagière des sujets parlants, Éd. L'Harmattan, 2007, (ISBN 978-2-296-03348-1), 540 pages.

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des langues
  • Langue française et francophonie
  • Portail de la République du Congo
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.