Laticauda saintgironsi

Répartition

Répartition de l'espèce.

Cette espèce se rencontre dans les eaux de Nouvelle-Calédonie[1]. Quelques spécimens isolés ont été observés en Nouvelle-Zélande, aux îles Carolines et en Inde.

Description

Laticauda saintgironsi[2] mesure au maximum 82 cm pour les mâles et 110 cm pour les femelles. La coloration de son dos consiste en anneaux noirs brillants séparés par des anneaux roux orangé s'estompant sur les flancs en crème ou blanc. Sa face ventrale est blanc crémeux. C'est un serpent venimeux ovipare[1]. Cette espèce passe une grande partie de son temps dans l'eau à manger des anguilles dans l'eau peu profonde des récifs. Elle séjourne également à terre dans la végétation de rivage ou les rochers et peut se déplacer à terre sur plusieurs centaines de mètres et gravir de petites collines. Elle peut se retrouver à une trentaine d'individus dans un seul et même refuge[2].

Venin

Serpents au venin mortel (leur morsure équivaut à dix fois celle du cobra royal et 40 fois le crotale diamantin), ils ne sont pas du tout agressifs et restent très craintifs.

Ils ne sont dangereux que lorsqu'ils se sentent dérangés, menacés ou observés. Les morsures sont extrêmement rares[réf. souhaitée] (mais doivent être traitées immédiatement).

Certains affirment à tort que du fait d'une bouche trop petite, le seul endroit où il peut mordre est la peau entre les doigts, en réalité il peut ouvrir la gueule à cent quatre-vingt degrés, ce qui implique une possibilité de morsure où il veut[3],[4].

Étymologie

Cette espèce est nommée en l'honneur d'Hubert Saint Girons.

Parasites

On connaît très peu de choses sur les parasites de cette espèce. Des Nématodes Camallanidae ont été signalés[5].

Publication originale

  • Cogger & Heatwole, 2005 : Laticauda frontalis De Vis 1905, and Laticauda sp. nov. representing a new clade of sea kraits from the Republic of Vanatu and New Caledonia (Serpentes: Elapidae: Laticaudinae). Records of the Australian Museum, vol. 57, n. 3, p. 245–256 (texte intégral).

Liens externes

Notes et références

  1. (en) Référence Reptarium Reptile Database : Laticauda saintgironsi 
  2. Cogger & Heatwole, 2005 : Laticauda frontalis De Vis 1905, and Laticauda sp. nov. representing a new clade of sea kraits from the Republic of Vanatu and New Caledonia (Serpentes: Elapidae: Laticaudinae). Records of the Australian Museum, vol. 57, n. 3, p. 245–256.
  3. « Tricot rayé : le plus célèbre serpent marin de Nouvelle-Calédonie », sur gitesnouvellecaledonie.nc (consulté le 2 mai 2018)« On entend souvent dire que le seul endroit où il peut mordre est la peau entre les doigts, du fait de sa toute petite bouche. Néanmoins, certaines sources appellent à la prudence en attestant qu'il peut mordre où il veut. »
  4. « LE TRICOT RAYE », sur nouvelle-caledonie-tourisme.fr/ (consulté le 4 avril 2015)« peuvent mordre n’importe quelle partie du corps »
  5. František Moravec et Jean-Lou Justine, « New species and new records of camallanid nematodes (Nematoda, Camallanidae) from marine fishes and sea snakes in New Caledonia », Parasite, vol. 26, , p. 66 (ISSN 1776-1042, DOI 10.1051/parasite/2019068)
  • Portail de l’herpétologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.