Le Censeur

Le Censeur ou Examen des Actes et ouvrages qui tendent à détruire ou à consolider la constitution de l’État est un important journal libéral français fondé par Charles Comte et Charles Dunoyer sous la Restauration. À partir du deuxième volume, un autre jeune libéral, Augustin Thierry, a collaboré étroitement avec eux.

Le Censeur
Le Censeur européen

Tome premier de la seconde version du Censeur renommé Censeur européen (1817).

Pays France
Langue français
Périodicité mensuel
Genre libéralisme, industrialisme
Fondateur Charles Dunoyer et Charles Comte
Date de fondation 1814
Date du dernier numéro 1820
Éditeur Madame Marchant
Ville d’édition Paris

ISSN 2016-6354
OCLC 472215132

Historique

Fondé comme hebdomadaire en , chaque numéro comptant une cinquantaine de pages, le journal disparaît en septembre et reparaît en novembre sous divers formats et une parution irrégulière, mais sous une forme volumineuse, comptant plus de 20 pages pour contourner la loi du soumettant à la censure préventive les publications inférieures à ce format. Il connaît des ennuis avec le pouvoir : le numéro 7 a été confisqué et détruit immédiatement.

Le journal défendant ardemment la liberté de la presse, Comte et Dunoyer ont été dénoncés par les journaux royalistes comme bonapartistes, ce que dément leur hostilité à l’égard de Napoléon au moment des Cent Jours.

Supprimé en , le Censeur réapparaît en 1817 sous un nouveau titre : le Censeur européen ou Examen de divers questions de droit public, et des divers ouvrages littéraires et scientifiques, considérés dans leurs rapport avec la civilisation (1817-1819). Comte et Dunoyer se sont adjoints comme collaborateurs André Dupin, Augustin Thierry, René-Théophile Châtelain et Paul-Louis Courier. Développant et diffusant une version radicale du libéralisme, qui a continué d’influencer la pensée libérale jusqu’à Herbert Spencer et au-delà[1], le journal se révèle un pugnace organe d’opposition, le seul vraiment libre du temps, Dupin soulignant qu’attaquer le gouvernement n’était pas attaquer la personne du roi, tandis que Courier dénonce le cléricalisme du régime.

Comte et Dunoyer ont appelé leur doctrine « industrialisme », doctrine inspirée par l’« Idéologie » de Destutt de Tracy et Jean-Baptiste Say[1].

Bibliographie

  • Éphraïm Harpaz, « Le Censeur européen : Histoire d’un journal industrialiste », Revue d’histoire économique et sociale, no 37, , p. 185-218 & 328-359.
  • Éphraïm Harpaz, « Le Censeur européen : Histoire d’un journal quotidien », Revue des sciences humaines, no 114, , p. 136-264.
  • Robert Leroux, Aux fondements de l’industrialisme : Comte, Dunoyer et la pensée libérale en France, Paris, Hermann, , 168 p., 24 cm (ISBN 978-2-70568-877-6, OCLC 910114797).

Notes et références

  1. (en) Ralph Raico, Classical Liberalism and the Austrian School, Paris, Ludwig von Mises Institute, , 347 p. (ISBN 978-1-61016-554-9, lire en ligne), p. 190.

Liens externes

  • Portail du libéralisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.