Le Clairon (quotidien)

Le Clairon est un éphémère quotidien royaliste et catholique français fondé en mars 1881 avec le soutien de la duchesse d'Uzès, d'Alfred Edwards et de la principale banque catholique, l'Union générale, qui détenait cent actions. Paul Eugène Bontoux (1820-1904), patron de la banque, contrôlait les articles financiers du Clairon, grâce à une « Société de publicité universelle » qu'il avait créée, et qui avait "affermé" les pages de publicité financière[1].

Pour les articles homonymes, voir Le Clairon et Clairon (homonymie).

Le rédacteur en chef Jules Cornély (1845-1907) avait embauché onze journalistes venus comme lui du quotidien Le Gaulois, parmi lesquels Louis de Fourcaud, Raoul Toché, Gabriel Terrail, dit « Mermeix » (1859-1930), Arsène Houssaye (1815-1896) et Émile Blavet (1838-1924)[2].

Faute de lecteurs, le quotidien fut repris par Arthur Meyer, qui acquit aussi Le Gaulois en 1882 et le Paris-Journal, et fusionna les trois titres. L'ensemble devint Le Gaulois nouvelle formule en août 1884[3]. Jules Cornély était entre-temps parti pour le quotidien Le Matin et ne revint au Gaulois qu'en 1888.

Références

  1. La presse devant le krach d'une banque catholique : L'Union générale (1882), page 132, par Jeannine Verdes, Archives des sciences sociales des religions, 1965.
  2. "Arthur Meyer, directeur du Gaulois : un patron de presse juif, royaliste et antidreyfusard", par Odette Carasso, page 67, Imago, 2002
  3. "Histoire générale de la presse française: De 1871 à 1940", par Claude Bellanger - 1969
  • Portail de la presse écrite
  • Portail de la France au XIXe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.