Le Frou-frou

Le Frou-frou est un hebdomadaire humoristique français fondé en 1900 et disparu en 1923.

Pour les articles homonymes, voir Frou-frou.

Le Frou-frou

Premier numéro daté 20 octobre 1900.

Format 4° puis grand folio
Fondateur Samuel-Sigismond Schwarz
Date de fondation 20 octobre 1900
Date du dernier numéro 1923
Ville d’édition Paris

Histoire du support

En , Frou-frou : journal du high-life, sous-titré « chronique de la vie élégante, actualités théâtrales, échos du monde » sort à Paris et dure vingt numéros, jusqu'en  : ce titre faisait suite à High life. En sort à Paris, Le Frou-frou, sous-titré « Grand journal parisien des modes et des arts », un premier numéro, apparemment sans suite.

Affiche de lancement signée Leonetto Cappiello (1900).

L'éditeur Samuel-Sigismond Schwarz (1858-?) lance à Paris le samedi un nouvel hebdomadaire qu'il baptise Le Frou-frou et qui contient des reproductions de dessins soulignés de légendes humoristiques s'étalant sur 20 pages ; la conception graphique est signée Brunetta pour les ornements et Léon Henri Ruffe pour la gravure, tandis que Weiluc et Jack Abeillé assurent l'illustration d'ouverture de ce numéro inaugural. L'impression du cahier est en noir et blanc rendue par un procédé zincographique. Le prix de vente est de 20 centimes.

Établi au 9 rue Sainte-Anne, Schwarz cherche à concurrencer le magazine La Vie parisienne, par le ton léger, le style grivois et coquin qu'il réclame à ses illustrateurs, et le Gil Blas illustré, entre autres suppléments humoristiques de fin de semaine. En requérant la collaboration du graveur sur bois Léon Ruffé, ancien directeur artistique de L'Image, Schwarz veut se placer sur le marché de l'album illustré destiné à des adultes appartenant à la classe bourgeoise. Il a nommé comme directeur-gérant l'écrivain Jules de Gastyne.

Un poème signé par l'humoriste René Préjelan prévient le lecteur et donne le ton : « Prenez, lisez, amusez-vous ! / Des mots, de la chair, des légendes. / L'esprit dansant des sarabandes... / Et tout cela pour quatre sous ». Quant à la double onomatopée « frou-frou », elle renvoie sans doute à la chanson créée par Juliette Méaly (1897), aux bruissement des étoffes, des robes et des jupons : l'album est rempli de femmes aux formes généreuses qui ne cessent de paraître se dénuder (ou l'inverse !). De par sa posture érotique, mais jamais vulgaire, Le Frou-frou profite d'une époque, celle d’Émile Loubet, à ses débuts relativement tolérante avec la « presse de charme » qui pratique la satire et l'humour.

La plupart des illustrateurs qui travaillent aux côtés de Schwarz durant la première année, et qui se retrouveront pour certains dans L'Assiette au beurre (lancée le ), sont déjà de véritables petits maîtres du dessin de presse. On note d’ailleurs la participation d'un certain « Ruiz », autrement dit de Pablo Picasso, qui livre deux dessins. Jean d'Aurian termine chaque numéro par un comic strip.

À partir de , le prix grimpe à 25 centimes ; durant l'été 1903, la une change pour une image quasi plein cadre, le code graphique évolue et se modifie en fonction des choix d'illustrations, des thèmes apparaissent plus régulièrement, ainsi que des contes inédits, la pagination pouvant parfois atteindre 40 pages. En 1904, Schwarz cède la plupart de ses titres à André de Joncières, propriétaire de la société d'impression L’Épreuve située 62 rue de Provence où l'hebdomadaire paraît sans interruption jusqu'au  : le no 719 clôt la première série.

Le mercredi , Frou-frou (sans l'article « le ») reparaît sous la direction de Maurice Coriem (1899-1951)[1] et Marcel Gauthier dans une formule toujours aussi grivoise comprenant 16 pages, avec plus de textes humoristiques que de dessins. Le journal disparaît semble-t-il le , après 28 numéros.

Autres titres similaires

Un périodique intitulé Paris Frou frou, « magazine froufroutant parisien et honnête », sensiblement plus érotique cette fois, fut publié durant les années 1940-1950, reprenant en couverture des photos en couleurs d'actrices (Brigitte Bardot ou Marilyn Monroe, par exemple).

Principaux contributeurs

Schwarz publia durant les trois premières années une « table de gravures » qui permet de dresser un bilan des différents dessinateurs ayant contribué à Frou-frou, soit plus de 200 artistes.

Les plus gros pourvoyeurs de dessins sont : Emmanuel Barcet, Henri Boutet, Maurice Feuillet, Ricardo Florès, Henry Gerbault, Gottlob, García, Albert Guillaume, Guydo, Edmond Lempereur, Meunier, Maurice Millière, Moriss, Georges Omry, Petitjean, André Rouveyre, Sandy-Hook[2], Jehan Testevuide, Louis Vallet, Jacques Wély.

Notes et références

  1. Maurice Coriem a été rédacteur en chef de France-Soir.
  2. Georges Taboureau dit Sandy-Hook (1879-1960).

Voir aussi

Bibliographie

  • Élisabeth Dixmier et Michel Dixmier, L'Assiette au beurre : revue satirique illustrée, 1901-1912, éd. François Maspero, 1974, p. 19-23.

Liens externes

  • Portail de la presse écrite
  • Portail des années 1900
  • Portail de l’humour
  • Portail de la gravure et de l'estampe
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.