Leo Geyr von Schweppenburg

Leo Dietrich Franz Freiherr Geyr von Schweppenburg[Notes 1] (né le à Potsdam, Royaume de Prusse, Empire allemand, mort le à Irschenhausen, Allemagne de l'Ouest) est un General der Panzertruppen ( « général de troupe blindée ») allemand de la Seconde Guerre mondiale. Il est surtout connu pour sa compétence dans la guerre de blindés et pour son commandement du Groupe de Panzer Ouest durant la bataille de Normandie.

Leo Geyr von Schweppenburg

Leo Geyr von Schweppenburg (dans la voiture) durant une parade militaire en mars 1939.

Naissance 2 mars 1886
Potsdam (Empire allemand)
Décès 27 janvier 1974 87 ans)
Irschenhausen (République fédérale d'Allemagne)
Origine Allemand
Allégeance  Empire allemand
 République de Weimar
 Troisième Reich
Arme Deutsches Reichsheer
Reichswehr
Wehrmacht, Heer
Grade General der Panzertruppe
Années de service 1904-1945
Commandement 3. Panzer-Division
XXIV. Armeekorps
XXXX. Armeekorps
LVIII. Panzerkorps
Panzergruppe West
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Croix de chevalier de la Croix de fer

Biographie

Freiherr Geyr est né en 1886 à Potsdam au sein d'une famille de l'aristocratie militaire prussienne, famille qui avait donné deux maréchaux prussiens[1]. Il rejoint la Deutsches Heer, l'armée de terre impériale allemande, en 1904. Officier de cavalerie, il participe à la Première Guerre mondiale sur différents fronts et en sort avec le grade de capitaine. De 1933 à 1937, il est attaché militaire au Royaume-Uni, en Belgique et aux Pays-Bas et réside à Londres. En mai et , il participe à la bataille de France, puis à partir de 1941, il combat sur le front de l'Est, commandant successivement le 24e corps d'armée, le 24e corps motorisé et le 20e corps de Panzers. En 1943, il est envoyé en France, comme commandant adjoint du LXXXVIe Corps puis général des troupes de Panzer auprès du commandant en chef de l'Ouest. En 1944, il commande le LVIIIe Corps de réserve, puis le Groupe de Panzer Ouest. Depuis le Débarquement, il prend ses ordres non pas auprès du chef du groupe d’armées B, le général Erwin Rommel, mais directement auprès du Führer Adolf Hitler. Le , dans l’après-midi, le général Geyr von Schweppenburg, commandant en chef des panzers du front de l’Ouest, communique à Kurt Meyer le plan de l’opération : une attaque concertée mettra en jeu, le à 23 heures, les trois grandes divisions blindées à pied d’œuvre sur la ligne de front au nord-ouest de Caen : la 21e Panzerdivision, acculée à la défensive au nord de Caen, la division Panzer-Lehr, qui vient d’entrer en lice au sud de Bayeux, enfin, la Hitlerjugend, au centre du dispositif. Cette grande contre-offensive n’aura jamais lieu[2].

Le 10 juin 1944, lors de la bataille de Normandie, Geyr est blessé dans le bombardement, par la Royal Air Force, du quartier-général du groupe Panzer Ouest, nouvellement installé à La Caine non loin de Caen[3] et alors qu'il préparait une contre-attaque blindée allemande sur les têtes de pont alliées. Il sera remplacé au centre du dispositif en tant que chef des panzers du front de l’Ouest par Heinrich Eberbach.

De 1945 à 1947, il est prisonnier de guerre. Après sa libération, il écrit ses mémoires et plusieurs autres écrits militaires et en 1950, avec d'autres anciens généraux ayant pris leurs distances pendant la guerre avec le régime nazi, comme Hans Speidel, futur général de l'OTAN et Adolf Heusinger, qui deviendra plus tard le premier inspecteur général de la Bundeswehr, il est membre du « Comité d'études pour les problèmes de sécurité allemands ».

Il meurt le à Irschenhausen près de Munich à 87 ans.

Décorations

Grades

Références

Notes
  1. Freiherr est un titre de noblesse, pouvant se traduire par « baron », et non une partie du nom de famille. La forme féminine est Freifrau et Freiin.
Références
  1. Peter Caddick-Adams, Monty and Rommel: Parallel Lives, Overlook, , 220–221 p. (ISBN 978-1-4683-0906-5, lire en ligne)
  2. https://theatrum-belli.com/la-bataille-de-normandie-vue-de-lautre-cote-les-allies-affrontent-la-baby-division/
  3. (en) H. L. Thompson, « New Zealanders with the Royal Air Force », New Zealand Electronic Text Centre
Sources
Littératures
  • Johannes Hürter: Hitlers Heerführer. Die deutschen Oberbefehlshaber im Krieg gegen die Sowjetunion 1941/42. R. Oldenbourg, München 2007, (ISBN 978-3-486-57982-6), S. 658f.
  • Fellgiebel, Walther-Peer. Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Germany: Podzun-Pallas, 2000. (ISBN 3-7909-0284-5).
Liens externes
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.