Ligne 47A (Infrabel)

La ligne 47A est une ligne de chemin de fer belge, construite par les Allemands, qui reliait autrefois la Ligne 42 et la Ligne 48 sur la Vennbahn et a été en grande partie fermée lors de la Seconde Guerre mondiale. Le reste de la ligne est désormais hors-service.

Pour les articles homonymes, voir Ligne 47.

Ligne
47
Ligne de Vielsalm à Born

Carte de la ligne

Le viaduc Von Korff à Born
Pays Belgique
Historique
Mise en service 1917
Fermeture 1940 1972
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 47A
Longueur 23 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Voie unique
(Anciennement à double voie)
Trafic
Propriétaire Infrabel
Exploitant(s) SNCB

Histoire

Le 5 janvier 1914, les chemins de fer de l'Etat belge et les chemins de fer prussiens mirent en service la ligne, alors transfrontalière, de Stavelot à Malmédy (actuelle ligne 45). Ce projet, maintes fois repoussé car la Belgique craignait d'être impliquée en cas de guerre, fut par conséquent réalisé à voie unique, ne permettant pas de tonnages importants ; il s'appuyait en outre sur des lignes anciennes et sinueuses.

Après l'invasion de la Belgique en , l’état-major allemand envisagea la construction de lignes stratégiques sur un axe est-ouest.

Cette ligne était vue comme un axe stratégique pour la traversée du pays par les trains de transport de troupes afin de pouvoir doubler la ligne 45 Waimes - Malmedy - Stavelot - Trois-Ponts. Elle relie Born sur la Vennbahn, alors en territoire allemand, à Vielsalm sur la ligne 42, un axe important vers Liège et Gouvy.

La construction de la ligne 47A dura de 1914 à 1917. Dans la même optique, la ligne 42 fut portée à deux voies entre Rivage et Vielsalm et une nouvelle portion de la ligne 163 fut construite entre Saint-Vith et Gouvy.

La ligne 47A et la nouvelle ligne 163 constituent deux lignes parallèles, séparées par seulement km.

Après la Première Guerre mondiale, la ligne 47A, la Vennbahn et la ligne 163 prolongée se retrouvent entièrement en territoire belge. Sur la ligne 47A, le trafic régulier est assez faible[1] et se limite à quelques trains omnibus.

En 1940, alors que l'invasion de la Belgique semblait imminente, l’armée belge prit ses dispositions afin que l’ennemi ne puisse pas utiliser cette ligne en cas de guerre. Ainsi, le , le viaduc de Hermanmont fut dynamité[1].

Sous l'occupation, les Allemands découvrirent que l'explosion, qui avait détruit quatre arches sur les dix que comportait le viaduc, avait aussi compromis la stabilité du reste de l’ouvrage, construit en béton non-armé[1], rendant une réparation impossible, à moins de construire un nouveau pont.

Après 1945, la SNCB décida d’abandonner toute la portion au-delà du viaduc. Seule subsista une desserte locale pour desservir des industries près de Vielsalm. Toute la ligne est désormais à l’abandon.

Le viaduc de Hermanmont a continué de s'effondrer après la guerre, il ne reste désormais que les deux culées, une des arches et un pilier[1].

Caractéristiques

La ligne fut construite à double voies avec un relief modéré, malgré le paysage accidenté. Elle part d'une altitude de 360 mètres à Vielsalm et atteint son sommet entre Recht et Born (près de 500 mètres) avant de redescendre vers Born (465 m).

Pour s'extraire de la vallée de la Salm en gardant une pente modérée, la ligne réalise une longue courbe en S comprenant un impressionnant viaduc en courbe, le viaduc de Hermanmont qui comptait dix arches[1].

La ligne continue ensuite en remblai ou en tranchée (en partie comblé après la fermeture de la ligne). À Born, un viaduc de 11 arches surplombe le village et enjambe la Vennbahn. Il est à l’abandon depuis la fin de la guerre et a récemment été restauré pour que 2 arches soient accessibles au RAVeL qui parcourt la ligne 48.

Notes et références

  1. (nl + fr) « Viaduct van Hermanmont », sur Railations (consulté le 24 novembre 2018)

Voir aussi

Article connexe

Lien externe

  • Portail du chemin de fer
  • Portail de la Belgique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.