Lime (fruit)

La lime, lime acide ou citron vert est un agrume. C'est le fruit du limettier, arbuste de la famille des Rutacées, dont il existe deux espèces : Citrus latifolia et Citrus aurantiifolia.

Pour les articles homonymes, voir Lime.
Ne doit pas être confondu avec Limette.
Quartiers de lime

Le fruit est récolté avant maturité, son écorce est fine et lisse, de couleur verte ; l'essence qu'elle contient est aromatique. Sa pulpe, aux reflets verts, n'a pas de pépins, elle est juteuse et acide. Le pH de la lime Gallet (C. aurantiifolia) est de 2,1 à 2,4 (très acide)[1], celui de la lime de Perse (C. latifolia) est plus doux avec 3,7 à 3,9[2]. Pour mémoire celui du citron commun  de type Lisboa  est intermédiaire, de 2,4 à 3.

Dénomination

Du sanskrit निम्बू, nimbū, qui donne le persan لیمو limu, via l'arabe ليمون, laymūn passe de l'espagnol lima, au français lime en 1555[3]. Alors que limon donne citron au XVIIe siècle [4]. Termes ensuite transmis à l'anglais lime et lemon (citron)[3]. Lima est en espagnol un nom générique qui recouvre diverses espèces. Il s'ensuit une confusion qui a gagné le français où lime désigne des fruits acides mais aussi des fruits doux.

Lime acide ou citron vert

Le mot usuel citron vert est employé en français depuis le début du XVIIIe siècle[5] (à cette époque il désigne aussi la poire cultivar Lucine[6]), pour désigner un citron récolté ou utilisé vert. C'est à la fin du siècle que le mot citron vert est associé à une lime (« le citron de Madère, gros comme une noix de muscade qu'on envoie tout confit de nos îles d'Amérique », 1771[7]), c'est-à-dire le fruit de C. aurantiifolia.

Le fruit de C. latifolia, quant à lui, est arrivé en France tardivement au XXe siècle (en 1928, Désiré Bois ne connait ni la plante ni le fruit). Il a été appelé citron vert.

Pour la désignation du fruit, l'imprécision demeure, y compris dans les dictionnaires[8], citron vert étant utilisé pour trois fruits C. aurantiifolia, C. latifolia et C. limon récolté vert (terme lui-même ambigu qui peu signifier immature ou de couleur verte mais mûr).

En botanique, le citron vert désigne la plante Citrus aurantiifolia[9] (qui produit la lime des Antilles, ou lime Gallet) alors que Citrus latifolia est désignée par les termes limettier de Perse, limettier Tahiti, limettier[9],[10].

coupe de lime des Antilles et de lime de Perse

Il existe de nombreux autres noms français pour les limes : aux Antilles pour Citrus aurantiifolia : citron pays, lime antillaise, citron punch, petit citron vert, sitwon péyi…

Les autres limes

  • La lime méditerranéenne, citron doux ou lime de Palestine (Citrus limettioides) est une limette douce cultivée du Moyen Orient aux Indes. Il en existe divers cultivars dont un portugais particulièrement doux, devenu brésilien et un peu plus acide
  • La lime de Tunisie, limette douce (C. limetta), le mousambi des indiens et le limu Shirin iranien (qui signifie citron doux en persan).
  • La lime Rangpour (Citrus limonia), au jus acide et aromatique. Cultivée et Inde et populaire au Brésil sous le nom de Limão-cravo, utilisée comme condiment et comme porte-greffe. Limão-galego peut désigner la lime Rangpour ou la lime de Perse selon endroits du monde lusophone où on le cultive. Également lima Canton en espagnol.
  • Les limes australes, les divers fruits d'Océanie prennent parfois le nom de lime en français, par exemple « lime digitée » (lime dactyliforme serait plus exact) pour Microcitrus australasica (dont le nom citron caviar devient usuel) et Microcitrus australis.

Qu'elle soit acide ou douce, la lime n'est pas une variété de citron (Citrus limon).

Historique

Les limes acides étaient inconnues de l'antiquité occidentale (tout comme le citron acide), les descriptions botaniques sont tardives : 1913 pour la lime Gallet par Swingle, 1951 par Tanaka pour la lime de Perse.

La culture commerciale des limes commence au XXe siècle.

Cultivars

Lime des Antilles petite et ronde (C. aurantiifolia) et lime de Perse à droite (C. latifolia)

Limes à petit fruits

Les variétés courantes de C. aurantiifolia sont :

  • la lime « citron Gallet » ;
  • la lime mexicaine dite « Mexicana » : difficile à cultiver en Europe continentale, rusticité USDA 10a à 11 : se défolie dès 4 °C ;
  • la lime Kirck ou « des Antilles » de culture facile en climat tempéré chaud ;
  • les italiennes : lime « Neapolitanum » « de Naples», et lime « La Valetta » moins sensible au froid ;
  • l'andalouse : lima de Malaisia.

Limes à gros fruits

C. latifolia n'a qu'une seule variété :

  • la lime de Tahiti ou de Perse. Vigoureuse et de meilleure rusticité (Zones USDA 8a à 11) que C. aurantiifolia, elle est largement cultivée aux États-Unis, en Andalousie, en Tunisie. La lime Bearss qui serait un semis heureux californien[11], n'est plus considérée aujourd'hui comme une variété de la précédente[12].

Production

Production en tonnes de citron et de lime. Chiffres 2003-2004
Données de FAOSTAT (FAO)

Année20032004
Mexique1 824 89015 %1 824 89015 %
Inde1 420 00011 %1 420 00012 %
Iran1 040 0008 %1 100 0009 %
Espagne1 070 6009 %1 050 0009 %
Argentine1 236 27810 %950 0008 %
Brésil950 0008 %950 0008 %
États-Unis d'Amérique939 0008 %732 0006 %
Chine583 1615 %618 3005 %
Italie548 8084 %550 0005 %
Turquie500 0004 %535 0004 %
Autres pays2 369 57819 %2 373 84320 %
Total12 482 315100 %12 104 033100 %

Utilisation

Huile essentielle

l'H.E. ou essence de citron vert est extraite de Citrus aurantiifolia, est utilisée comme thérapeutique ou en parfumerie - cosmétique. Elle est photosensibilisante.

Cuisine

La lime s'utilise en cuisine sucrée chez les occidentaux (tarte au citron vert, glace et sorbets, marmelades...).

C'est un ingrédient des cocktails tropicaux comme le ti-punch des Antilles, la margarita ou la caipirinha du Brésil. On la retrouve aussi sous forme de quartiers insérés dans le goulot des bouteilles de bières mexicaines comme la Corona.

En cuisine salée elle entre dans la composition du ceviche, en Inde on en fait du lime pickle, au sel, au vinaigre et souvent relevé. La sopa de lima du Yucatán (soupe de poulet, légumes, tortillas et lime) se fait avec une lime douce.

Le jus de lime met en valeur la papaye.

Propriétés et risque médical

Il exerce les mêmes effets d’interactions médicamenteuses que le pomelo[13].

Analyse nutritionnelle

Limes crues
(valeur nutritive pour 100g)

eau : 90,79 gcendres totales : 0,31 g fibres : 2,8 gvaleur énergétique : 23 kcal
protéines: 0,42 glipides: 0,07 g glucides: 8,42 g sucres simples : 1,69 g
oligo-éléments
calcium : 14 mg fer : 0,09 mg magnésium : 8 mg phosphore : 14 mg
potassium : 117 mg cuivre : 0,027 mg sodium : 2 mgzinc : 0,08 mg
vitamines
vitamine C : 30,0 mgvitamine B1 : 0,025 mg vitamine B2 : 0,015 mgvitamine B3 : 0,142 mg
vitamine B5 : 0,123 mgvitamine B6 : 0,038 mg vitamine B9 : 0 µgvitamine B12 : 0,00 µg
vitamine A : 50 UIrétinol : 0 µg vitamine E : 0,15 µgvitamine K : 0,6 µg
acides gras
saturés : 0,009 g mono-insaturés : 0,008 g poly-insaturés : 0,023 g cholestérol : 0 mg

Notes et références

  1. (en) Andreas Brune, Mathias Müller, Lincoln Taiz et Pedro Gonzalez, « Vacuolar Acidification in Citrus Fruit: Comparison between Acid Lime (Citrus aurantifolia) and Sweet Lime (Citrus limmetioides) Juice Cells », Journal of the American Society for Horticultural Science, vol. 127, , p. 171–177 (ISSN 0003-1062 et 2327-9788, lire en ligne, consulté le 6 septembre 2016)
  2. Alainy Carla de S.Nascente et al., « Productivity of Citrus latifolia plants », African Journal of Agricultural Research, (lire en ligne)
  3. Alain Rey, Dictionnaire Historique de la langue française, Nathan, (ISBN 2321000139, lire en ligne)
  4. Jean Palet, Diccionario muy copioso de la lengua española y francesa, Rutger Velpius, (lire en ligne), p. LI
  5. Pierre Ribou, Dictionnaire pratique du bon ménager de campagne, (lire en ligne), t 1
  6. Dictionnaire Universel François Latin, Paris, Compagnie Des Libraires Associés, , p. 661
  7. Dictionnaire de Trévoux, Paris, , p. 614
  8. Éditions Larousse, « Définitions : citron - Dictionnaire de français Larousse », sur www.larousse.fr (consulté le 6 septembre 2016)
  9. (en) « SciName »
  10. (en) John H. Wiersema et Blanca León, World Economic Plants: A Standard Reference, Second Edition, CRC Press, (ISBN 9781466576810, lire en ligne)
  11. « bearss », sur www.citrusvariety.ucr.edu (consulté le 6 septembre 2016)
  12. (en) Zenaida Viloria et Jude W. Grosser, « Acid Citrus Fruit Improvement via Interploid Hybridization Using llotetraploid Somatic Hybrid and Autotetraploid Breeding Parents », J. A MER. SOC. Hort., (lire en ligne)
  13. https://pages.rts.ch/la-1ere/programmes/cqfd/31-08-2017

Références taxinomiques

  • Portail de la botanique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.