Lisa Wang

Lisa Wang, née le , est une femme d'affaires, co-fondatrice de SheWorx et une sportive américaine (d'origine chinoise), championne de gymnastique rythmique.

Ne doit pas être confondu avec Liza Wang.
Lisa Wang
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Elle est à quatre reprises championne des États-Unis dans sa discipline, une fois en tant que junior et trois fois en tant que senior, et championne des jeux panaméricains de 2007. Elle représente les États-Unis à trois championnats du monde. Elle prend sa retraite sportive en 2008 après être admis à l'université Yale. En 2014, Wang a été reconnue pour sa contribution remarquable à l'avancement de la gymnastique en Amérique, et a été intronisée à l'USA Gymnastics Hall of Fame.

Dans le monde de l'entreprise, elle contribue à favoriser le développement de l'entrepreneuriat féminin, et témoigne par ailleurs sur le harcèlement sexuel.

Biographie

Elle commence à se former à la gymnastique rythmique en 1998, à dix ans. En 2000, elle devient membre de l'équipe nationale. Elle commence à apparaître, les années suivantes, aux premières places sur la scène internationale, en junior puis senior[1].

Elle remporte trois championnats américains en catégorie senior (2006, 2007, 2008). En 2007, elle s'illustre Jeux panaméricains à Rio de Janeiro, au Brésil, s'affirmant comme la première de sa discipline en Amérique du Nord comme du Sud. Elle représente à trois reprises les États-Unis aux les championnats du monde (2003, 2005, 2007)[1],[2].

Mais aux championnats du monde de 2007 (qui servent de qualification pour les jeux olympiques d'été de 2008, à Pékin), elle n'obtient que la 28e place et rate la qualification olympique de trois dixièmes de point. Le Comité olympique des États-Unis rejette sa demande de wild card[3],[4].

Elle est diplômée d'une école supérieure  dans l'Illinois, en . Après avoir été acceptée à l'Université Yale, elle décide de reporter son inscription d'un an[5],[6]. En , Wang participe à son dernier Championnat National en Houston, Texas. Elle y rafle une nouvelle fois les médailles d'or[7].

Elle commence une carrière professionnelle en tant qu'analyste à Wall Street[8],[9].

En 2014, elle est intronisée à l'USA Gymnastics Hall of Fam[2].

En 2015, elle fait le choix de l'entrepreneuriat, et fonde sa première entreprise, Fooze[10]. Elle devient ensuite co-fondatrice de SheWorx, une communauté aidant les femmes à créer et développer des entreprises[11]. En 2017, elle participe à la réalisation d'une vidéo pour CNN, sur le harcèlement sexuel dans les entreprises de la Silicon Valley[12],[13].

Références

  1. (en) « Lisa Wang », USA Gymnastics Biography,
  2. (en) « USA Gymnastics announces 2014 Hall of Fame Class », sur USA Gymnastics (consulté le 13 février 2016)
  3. (en) Kate Torgovnick, « Top Rhythmic Gymnast Sees Dreams of Beijing Fade Away », The New York Times, (lire en ligne)
  4. « Le rêve olympique s’envole pour Lisa Wang », Bodychou, (lire en ligne)
  5. (en) Eileen ODaday, « On the road to the Olympics Local athlete sets her sights on the gold », Daily Herald (Arlington Heights), (lire en ligne)
  6. (en) « Getting into the Ivy League », Inquirer.net, (lire en ligne)
  7. (en) « Wang wins third straight all-around title at 2008 Visa Championships », USA Gym, (lire en ligne)
  8. (en) Julia La Roche, « Meet The Hedge Fund Analyst Who Is Being Inducted Into The USA Gymnastics Hall Of Fame », Business Insider, (lire en ligne)
  9. (en) Jon Shazar, « Balyasny Asset Management Analyst Needs A Couple of Days Off In August », Dealbreaker, (lire en ligne)
  10. (en) « Lisa Wang », sur LA TechWatch
  11. (en) « 11 Easy Ways to Be More Successful », Fortune, (lire en ligne)
  12. (en) Maya Dangerfield, Jordan Malter et Justine Quart, « Women's stories reveal systemic sexual harassment in tech », CNN,
  13. « Harcèlement sexuel : la Silicon Valley vit-elle un tournant ? », Le Monde, (lire en ligne)

Liens externes

  • Portail de la gymnastique
  • Portail des États-Unis
  • Portail des entreprises
  • Portail des femmes et du féminisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.