Liste d'unités parachutistes françaises

L’Histoire du parachutisme militaire français a commencé lorsque l'armée française a constitué durant l’entre-deux-guerres des unités spécialisées de parachutistes. Issues au départ de l'armée de l'air, elles seront rapidement intégrées à l'armée de terre puis réparties dans l'ensemble des composantes de l'armée.

Brevet militaire de parachutiste de l'armée française[1].

Armée de terre

Parachutistes français à bord d'un Douglas C-47 Skytrain à la fin des années 1950.

Grandes unités

Divisions

Parachutistes français de la Force multinationale de sécurité à Beyrouth avec un LRAC F1, 1er avril 1983.

Brigades et groupements

  • Brigade de parachutistes coloniaux (BPC)
  • Brigade de choc
  • Brigade de parachutistes d'outre- mer (BPOM)
  • 11e brigade parachutiste (11e BP)
  • 20e brigade parachutiste
  • 25e brigade parachutiste
  • Groupement des commandos parachutistes (GCP)
  • Groupement des commandos parachutistes de réserve générale. (GCP-RG)
  • Groupement aéroportés (GAP).
  • Groupement spécial autonome
  • Commandement des opérations spéciales
  • Brigade des Forces Spéciales Terre

Demi-brigades

Écoles et centres de formation

Légion étrangère

Artillerie

Cavalerie

Génie

l'insigne de béret parachutistes
  • 17e bataillon du génie aéroporté (17e BGAP - dissous)
  • sections du 61e et 71e bataillons du génie en Extrême-Orient (61e BG et 71e BG - dissous),
  • sections et 17e compagnie parachutiste du génie du 17e BGAP en Indochine (dissous)
  • 60e, 61e et 75e compagnies du génie aéroporté en Algérie (60e CGAP, 61eCGAP et 75e CGAP - dissoutes)
  • 17e régiment du génie parachutiste (17e RGAP puis 17e RGP)

Infanterie

Chasseurs à pied

Infanterie

Dont Chasseurs parachutistes :

Parachutistes de choc

Coloniale et troupes de marine

Régiments coloniaux et d'infanterie de marine

Bataillons et groupes coloniaux (BCCP, GCCP et BPC)

Régiments du train français

Compagnies et régiments

Bases aéroportées

Matériel

Unités vietnamiennes, laotienne et cambodgienne

Unités de parachutistes algériens

Armée de l'air

  • 601e groupe d'infanterie de l'air (dissous)
  • 602e groupe d'infanterie de l'air (dissous)
  • Compagnie de marche de l'infanterie de l'air (dissous)
  • 1re compagnie d'infanterie de l'air (dissous)
  • 1re compagnie de chasseurs parachutistes(dissous)
  • 1er régiment de chasseurs parachutistes (transféré à l'armée de terre)
  • 1er bataillon d'infanterie de l'air (dissous)
  • 3e bataillon d'infanterie de l'air (dissous)
  • 4e bataillon d'infanterie de l'air (dissous))
  • 2e régiment de chasseurs parachutistes sas (dissous)
  • 3e régiment de chasseurs parachutistes sas (dissous)
  • Groupement des commandos parachutistes de l'air 00/541
  • Centre Air de Saut en Vol 51.566 (CASV)
  • Commando parachutiste de l'air n° 10 (recréé)
  • Commando parachutiste de l'air n° 20 (recréé)
  • Commando parachutiste de l'air n° 30 (recréé)
  • Commando parachutiste de l'air n° 40 (dissous)
  • Commando parachutiste de l'air n° 50 (dissous)

Marine nationale

Gendarmerie nationale

Notes et références

  1. Le descriptif du Brevet Militaire Parachutiste, celui qui concerne le plus grand nombre, est chargé de lyrisme : " Le parachute te porte, les ailes du grand Saint Michel te supportent, l'étoile te guide. Les lauriers te rappellent la gloire des anciens, la couronne de chêne, la force qui caractérise les parachutistes. Mais la mort te guette et elle est représentée par le noir entre les suspentes "
  2. Général Guy Simon, « Le Commando d'Extrême-Orient », FNCV (consulté le 22 juillet 2016).

Sources et bibliographie

  • E. Micheletti et J. Baltzer, Insignes et brevets parachutistes de l'armée française, éditions Histoires et Collections, 2001, (ISBN 2-913903-11-8).
  • Collectif, Histoire des parachutistes français, Société de Production Littéraire, 1975.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Légion étrangère
  • Armée et histoire militaire françaises
  • Portail du parachutisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.