Loire 70

Le Loire 70 est un avion militaire de l'entre-deux-guerres réalisé en France par Loire Aviation.

Loire 70

Vue de l'avion.

Constructeur Loire Aviation
Rôle Hydravion
Équipage
7
Motorisation
Moteur Gnome et Rhône 9Kfr
Dimensions
Envergure 30,00 m
Longueur 19,58 m
Hauteur 6,45 m
Performances
Plafond 4 000 m

Conception

Le Loire 70 est issu d’un cahier des charges émis en 1932 par la Marine nationale française concernant un « hydravion d’exploration lointaine », c’est-à-dire un avion de patrouille maritime à long rayon d’action, devant opérer depuis des bases aéronavales situées dans les colonies françaises[1]. C’était un hydravion à coque monoplan à aile haute. Ses trois moteurs étaient montés sur des pylônes[2]. Chacun de ces moteurs en étoile Gnome et Rhône avait une puissance de 740 chevaux et actionnait une hélice métallique bipale. Deux d’entre eux actionnaient une hélice propulsive, et le troisième une hélice tractive. La coque possédait un double redent. Elle était construite en bois entoilé et métal, comme le reste de la machine. Deux petits flotteurs stabilisateurs étaient installés sous la voilure[1].

L’armement offensif était de 600 kg de bombes ou de charges de profondeur, voire de mines, emportées sous voilure. L’armement défensif se composait de mitrailleuses Darne de calibre 7,5 mm orientables installées dans le nez, en position latérale avant droite et gauche, en position double arrière, et dernière une se situant à l’arrière du décrochement entre la coque et la poutrelle de queue. Cette arme, amovible, devait être ôtée à chaque amerrissage ou déjaugeage de l’hydravion. Son servant tirait couché sur le ventre et disposait d’un débattement très limité. L’équipage était de sept hommes[1].

Le prototype du Loire 70 effectua son premier vol le , mais la mise au point de la version de série fut laborieuse[2], ralentie par diverses décisions techniques, militaires, et politiques[1].

Engagements

Finalement, seulement 8 exemplaires furent construits pour la Marine nationale française et entrèrent en service en 1937[2]. Ils furent affectés dès leur arrivée à l’Escadrille E7 de Karouba en Tunisie. Ces appareils avaient pour mission de surveiller l’activité navale en Méditerranée, et le cas échéant d’effectuer des bombardements rapprochés. Lents et peu maniables, les Loire 70 n’étaient pas du tout adaptés à cette dernière mission[1]. De plus, le Loire 70 était fragile, un véritable cauchemar pour ses équipages. Moyennement stable, pas assez puissant, il vibrait en vol et les mâts supportant les moteurs avaient la mauvaise manie de se fissurer, de sorte qu’un membre d’équipage était chargé de les surveiller pendant les vols[3].

Les Loire 70 connurent de fréquentes pannes et des accidents plus ou moins graves. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il ne restait plus que de cinq appareils en état de voler. L’un d’entre eux coula en mer lors d’un vol de routine[1].

Le maigre effectif des Loire 70 fut réduit à néant après l’entrée en guerre de l’Italie fasciste contre la France : le , des bombardiers et chasseurs de la Regia Aeronautica italienne menèrent un raid aérien contre Karouba et ses installations navales. Un Loire 70 parvint à décoller, mais les trois autres furent détruits. Par ailleurs d’autres appareils français furent plus ou moins gravement endommagés. La Regia Aeronautica ne perdit dans cette action qu’un appareil, un biplan Fiat CR.42. Le dernier Loire 70 fut retiré du service quelques semaines plus tard et ferraillé sur place[1].

Notes et références

  1. Arnaud, « Loire 70 : « Un hydravion vraiment très laid » », sur Avions légendaires, (consulté le 14 mai 2018).
  2. Bruno Parmentier, « Loire 70 », sur Aviafrance, (consulté le 14 mai 2018).
  3. Philippe Listemann, « Le Loire 70 », Aéro Journal, no 41, , p. 49.

Bibliographie

  • Philippe Listemann, « Le Loire 70 », Aéro Journal, no 41, , p. 49.
  • Gérard Bousquet, « Le Loire 70 », Le Fana de l'Aviation, no 269, , p. 16-30.
  • Gérard Bousquet, « Le Loire 70 (2 et fin) », Le Fana de l'Aviation, no 270, , p. 50-55.

Liens externes

  • Portail de l’aéronautique
  • Portail du monde maritime
  • Armée et histoire militaire françaises
  • Portail de l’entre-deux-guerres
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.