Louis-Thomas de Savoie-Carignan

Louis-Thomas de Savoie-Carignan, né le à Paris[1] et mort à Landau le , est comte de Soissons de 1673 à 1702.

Pour les articles homonymes, voir Louis de Savoie.
Louis-Thomas de Savoie-Carignan
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Louis-Thomas de Savoie
Activité
Militaire
Famille
Père
Mère
Fratrie
Enfants
Autres informations
Grades militaires
Conflits
Distinction
blason

Il est officiellement le fils de Eugène-Maurice de Savoie-Carignan, comte de Soissons, et d'Olympe Mancini mais il était supposé être le fils naturel du roi Louis XIV, dont elle est la favorite au moment de la conception de l'enfant[2]. Il meurt lors du siège de Landau[3].

Descendance

Il épousa le , Uranie de la Cropte (1655 † 1717) et eut[réf. nécessaire] :

  • Louis Thomas (1685 † 1695)
  • Emmanuel-Thomas (1687 † 1729), comte de Soissons
  • Maurice (1690 † 1710)
  • Eugène (1692 † 1712)
  • Marie-Anne-Victoire de Savoie (1683 † 1763), mariée en 1738 (et séparée en 1752) à Joseph (1702 † 1787), duc de Saxe-Hildburghausen
  • Thérèse Anne (1686 † 1736)

Description par Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon dans ses célèbres Mémoires

« De part et d'autre le siège fut meurtrier, et le comte de Soissons y mourut en peu de jours d'une blessure qu'il y reçut. Il était frère aîné du prince Eugène et neveu paternel et cadet de ce fameux muet le prince de Carignan; le prince Louis de Bade et le comte de Soissons étaient enfants du frère et de la sœur. Le comte de Soissons père était fils du prince Thomas, qui a fait tant de bruit et de mouvements en France et en Savoie, fils et frère de ses ducs, et mari de la dernière princesse du sang de la branche de Soissons, sœur du comte de Soissons tué à la bataille de la Marfée, dite de Sedan, qu'il venait de gagner. Le comte de Soissons Savoie, neveu de ce prince du sang, attiré en France par les biens de sa mère et les établissements que son père y avait eus, y avait épousé une Mancini, nièce du cardinal Mazarin, pour laquelle, au mariage du roi, il inventa la charge de surintendante de la maison de la reine; et en même temps de la reine mère qui, non plus que toutes les autres reines, n'en avait jamais eu, pour son autre nièce Martinozzi, femme du prince de Conti. La brillante faveur, les disgrâces, les étranges aventures de la comtesse de Soissons qui la firent fuir à Bruxelles ne sont pas de mon sujet. Elle fut fort accusée d'avoir fait empoisonner son mari à l'armée, en 1673. Il était gouverneur de Champagne et colonel général des Suisses et Grisons. Sa sœur la princesse de Bade fut longtemps dame du palais de la reine, qui n'eut et ne prétendit jamais aucune préférence sur les duchesses et les princesses de la maison de Lorraine, qui étaient aussi dames du palais, et qui toutes roulaient ensemble sans distinction entre elles et faisaient le même service. Elle eut part à la disgrâce de la princesse de Carignan sa mère, et fut remerciée. Le prince Louis de Bade, si connu à la tête des armées de l'empereur, était filleul du roi, et avait passé en France sa première jeunesse.

Le comte de Soissons, sans père et ayant sa mère en situation de n'oser jamais revenir en France, y fut élevé par la princesse de Carignan, sa grand'mère, avec le prince Eugène et d'autres frères qu'il perdit, et ses sœurs dont j'ai parlé lors du mariage de Mme la duchesse de Bourgogne. C'était un homme de peu de génie, fort adonné à ses plaisirs, panier percé qui empruntait volontiers et ne rendait guère. Sa naissance le mettait en bonne compagnie, son goût en mauvaise. À vingt-cinq ans, amoureux fou de la fille bâtarde de La Cropte-Beauvais, écuyer de M. le Prince le héros, il l'épousa au désespoir de la princesse de Carignan, sa grand'mère, et de toute sa parenté. Elle était belle comme le plus beau jour, et vertueuse, brune, avec ces grands traits qu'on peint aux sultanes et à ces beautés romaines, grande, l'air noble, doux, engageant, avec peu ou point d'esprit. Elle surprit à la cour par l'éclat de ses charmes qui firent en quelque manière pardonner presque au comte de Soissons; l'un et l'autre doux et fort polis.

Elle était si bien bâtarde, que M. le Prince, sachant son père à l'extrémité, à qui on allait porter les sacrements, monta à sa chambre dans l'hôtel de Condé pour le presser d'en épouser la mère; il eut beau dire et avec autorité et avec prières, et lui représenter l'état où, faute de ce mariage, il laissait une aussi belle créature que la fille qu'il en avait eue, Beauvais fut inexorable, maintint qu'il n avait jamais promis mariage à cette créature, qu'il ne l'avait point trompée, et qu'il ne l'épouserait point; il mourut ainsi. Je ne sais où, dans la suite, elle fut élevée ni où le comte de Soissons la vit. La passion de l'un et la vertu inébranlable de l'autre fit cet étrange mariage.

On a vu en son temps comment le comte de Soissons était sorti de France, et comment il avait été rebuté partout où il avait offert ses services. Ne sachant plus où donner de la tête, il eut recours à son cadet le prince Eugène et à son cousin le prince Louis de Bade, qui le firent entrer au service de l'empereur, où il fut tué presque aussitôt après. Sa femme, qui fut inconsolable et qui était encore belle à surprendre, se retira en Savoie dans un couvent éloigné de Turin où M. de Savoie enfin voulut bien la souffrir. Leurs enfants, dont le prince Eugène voulait faire les siens, sont tous morts à la fleur de leur âge, en sorte que le prince Eugène, qui avait deux abbayes et n'a point été marié, a fini cette branche sortie du fameux duc Charles-Emmanuel, vaincu par Louis XIII en personne au célèbre pas de Suse[4]. »

Ascendance

Notes et références

  1. L'ouvrage L'Art de vérifier les dates indique comme date de naissance le 15 décembre 1658.
  2. Histoire et secrets, « Histoire et Secrets - découvrir l'histoire de France et du monde - Les premiers amours de Louis XIV », sur www.histoire-et-secrets.com (consulté le 21 octobre 2016)
  3. Maur-François Dantine, Ursin Durand, Charles Clémencet et Simon Pierre Ernst, L'Art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes, des chroniques et autres anciens monumens depuis la naissance de Notre-Seigneur, par le moyen d'une table chronologique, ...: avec deux calendriers perpétuels, le glossaire des dates, le catalogue des saints ..., chez Alexandre Jombert Jeune, (lire en ligne)
  4. Mémoires de Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon
  • Portail de la France du Grand Siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.