Louis Le Peletier de Mortefontaine

Louis Le Peletier de Mortefontaine[1], marquis de Montmélian (né en 1730, mort en 1799) est l'avant-dernier prévôt des marchands de Paris.

Pour les autres membres de la famille, voir Famille Le Peletier.

Naissance

Il naît le de Jacques-Louis Le Peletier (1700-1770), Seigneur de Montmélian, de Mortefontaine, etc. Né le , Conseiller au Parlement de Paris le ; Président des Requêtes du Palais en 1726 ; Président de la seconde Chambre des Enquêtes le , qui se démit en ; a été fait Conseiller d'honneur en 1741 ; et meurt le . Sa mère, (mariage le ) est Marie-Louise Feydeau de Calende, fille de Henri Feydeau, seigneur de Calende, président à la Chambre des Enquêtes, et de Marie-Louise Croizet d'Estiaux.

Carrière

Il devient conseiller au Parlement de Paris le , à 19 ans. De 1754 à1773 il est Maître des requêtes.

Il est intendant de La Rochelle en 1764 puis de Soissons, en 1765-1784. Il entre au Conseil d'État en 1783.

Vue perspective d'un Feu d'Artifice tiré devant l'Hôtel de Ville pour la Publication de la Paix à Paris, Jacques Chéreau, 1783

Il devient Prévôt des marchands de Paris en 1784. A noter qu'un autre Le Peletier, Claude Le Peletier, a été prévôt des marchands de Paris de 1668 à 1676. Mais Louis Le Peletier démissionne de son poste cinq ans plus tard, à la Révolution, et est remplacé le par Jacques de Flesselles. Ce dernier est tué le 14 juillet 1789, et la fonction de prévôt des marchands supprimée.

Il est Grand trésorier-commandeur de l'Ordre du Saint-Esprit entre 1787 et 1790.

Famille et descendance

Sa première femme (mariage en ), Catherine Charlotte du Cluzel de la Chabrerie (née en 1737), fille de Léonard du Cluzel, Fermier-Général, et de Thérèse Touzard, sœur de François Pierre du Cluzel, intendant de Tours. Ils ont une fille, Louise Charlotte Léonarde Le Peletier de Mortefontaine, née le , et mariée en 1773 avec Henri Lefèvre d'Ormesson d'Amboile (1751-1807). Catherine Charlotte meurt le .

Louis Le Peletier se remarie le , avec Françoise-Élizabeth-Suzanne de La Cropte de Bourzac (née en 1751, fille de François-Isaac, seigneur de Belleville, premier gentilhomme de la Chambre du prince de Conti, et nièce de Mgr de La Cropte. Elle meurt en 1781.

Il se remarie en 1791 avec Catherine-Adélaïde Le Conte de Nonant de Raray.

À Paris, ils résident dans un hôtel particulier du Marais, au 20 rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie. Il meurt en 1799.

Hommage

On a donné son nom à une rue du 9e arrondissement de Paris, la rue Le Peletier, créée en 1786, où plus tard fut construit l'opéra Le Peletier — qui fut la salle d'opéra de Paris de 1821 à 1873 avant l'opéra Garnier — et où se trouve depuis 1911 la station de métro Le Peletier.

Notes et références

Notes

  1. Ancienne variante d'orthographe de Mortefontaine (Oise), commune située à huit kilomètres à l'ouest d'Ermenonville.

Références

  • Neil Jeffares, Dictionary of pastellists before 1800, online edition - Iconographical genealogies, 2006 : Le Pelletier ;
  • Dictionnaire de la noblesse, p. 251-253. Voir point 2, ligne 7.
  • Portail du XVIIIe siècle
  • Portail de Paris
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.