Macé

Macé est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 409 habitants[Note 1].

Pour les articles homonymes, voir Macé (homonymie).

Macé
Administration
Pays France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Canton Sées
Intercommunalité Communauté de communes des Sources de l'Orne
Maire
Mandat
Jean-Pierre Fontaine
2014-2020
Code postal 61500
Code commune 61240
Démographie
Population
municipale
409 hab. (2017 )
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 10″ nord, 0° 08′ 27″ est
Altitude Min. 161 m
Max. 219 m
Superficie 14,53 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Orne
Macé
Géolocalisation sur la carte : Orne
Macé
Géolocalisation sur la carte : France
Macé
Géolocalisation sur la carte : France
Macé

    Géographie

    Le bourg est situé à km de Sées, à km de Mortrée et à 14 km du Merlerault.

    Le bourg est à km de l'échangeur no 17 de l'A 88 qui donne accès à l'A 28 vers Rouen et Le Mans et à km de l'échangeur de l'A 88 vers Caen. La gare de Surdon est située à km du bourg.

    Toponymie

    Le nom du bourg, anciennement en latin Matiacus, est basé sur le gaulois matu- « bon, favorable »[1].

    Histoire

    Des fouilles archéologiques ont mis au jour les fondations d'un important sanctuaire gallo-romain près du bourg.

    Avant la Révolution française, Macé était le siège d'un doyenné du diocèse de Séez.

    En 1821, la commune absorbe celle voisine de Saint-Léger-de-la-Haye[2], laquelle porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de La Haye[3].

    Au XIXe siècle, Macé possédait une clouterie et une exploitation de grès ordovicien pour la fabrication du macadam.

    La cité de Surdon est construite par les prisonniers de guerre allemands lors de la Première Guerre mondiale. Cité ferroviaire importante et premier dépôt de créosotage de traverses de chemin de fer de France avec Fumel (Lot). La cité de Surdon dépasse le bourg de Macé en nombre d'habitants.

    Politique et administration

    Liste des maires
    Période Identité Étiquette Qualité
    1983 En cours Jean-Pierre Fontaine[4] SE Cultivateur-cidriculteur, président de la communauté de communes

    Démographie

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

    En 2017, la commune comptait 409 habitants[Note 2], en diminution de 13,53 % par rapport à 2012 (Orne : -2,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
    650636608606704713692679592
    1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
    614602539543491481476450468
    1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
    456461408465483518522669668
    1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
    632588491464476495478427409
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[7].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Économie

    Lieux et monuments

    • Cité de Surdon dont les premières maisons ouvrières ont été construites par les prisonniers de guerre allemands de la Première Guerre mondiale.

    Activité et manifestations

    Personnalités liées à la commune

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    Notes et références

    Notes

    1. Population municipale 2017.
    2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

    Références

    1. Patrice Lajoye, Raven et Rasiphe: des jumeaux mythologiques?, Hagiographie bretonne et mythologie celtique, 2016, p.215-228
    2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Léger-de-la-Haye », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 30 juillet 2012)
    4. Réélection 2014 : « Macé (61500) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 juin 2014)
    5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
    • Portail de l’Orne
    • Portail des communes de France
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.