Mahinda

Mahinda (pali, sanskrit : महिन्द्र; Mahindra), (c.282-222 av. J.-C.)[1] né dans le Magadha, maintenant dans le Bihar en Inde, est un moine bouddhiste décrit comme l'introducteur du bouddhisme au Sri Lanka. Il était le fils de l'empereur Maurya Ashoka.

Ne doit pas être confondu avec [[S. Mahinda (en)]].
Mahinda
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Famille
Père
Mère
Devi (en)
Fratrie
Sangamitta (en)
Autres informations
Religion
Maître
Moggaliputta-Tissa (en)
Bed of Mahinda in Mihintale

Les deux grandes chroniques religieuses du Sri Lanka, le Dipavamsa et le Mahavamsa, relatent son voyage dans le pays et la conversion au bouddhisme du roi Devanampiya Tissa[2]. D'autres références littéraires et des inscriptions montrent que le bouddhisme est devenu prévalent au Sri Lanka vers le IIIe siècle av. J.-C., période où vivait Mahinda[2].

Biographie

Mahinda a grandi à Vidisha, où vivait sa mère, et est devenu bonze à 20 ans, sous l'influence de Moggaliputta-Tissa, le conseiller spirituel de son père. Il était très versé dans l'étude du Tripitaka. Il fut envoyé sur la recommandation de Moggaliputta-Tissa répandre le bouddhisme au Sri Lanka avec ses condisciples Itthiya, Uttiya, Sambala, Bhaddasala et Samanera Sumana (qui était fils de Sanghamitta), après le troisième concile bouddhique. Il était aussi accompagné par un disciple laïc, Bhankuka, qui était un petit-fils maternel de sa tante. Ils partirent du monastère de Vedasagiri, qu'on croit être l'actuel Sanchi. Un festival dénommé Poson ou festival de Mahinda célèbre son arrivée sur l'île et le début du bouddhisme.

Notes et références

  1. A Dictionary of Buddhism par Damien Keown publié par Oxford University Press, (ISBN 9780192800626), page 169
  2. (en) John Clifford Holt, article Sri Lanka (p. 795–99), dans Macmillan Encyclopedia of Buddhism, sous la direction de Robert E. Buswell, Jr., Macmillan Reference USA, 2004, (ISBN 0-02-865910-4).
  • Portail du bouddhisme
  • Portail de l’histoire
  • Portail du Sri Lanka
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.