Marcel Durliat

Marcel Durliat, né le dans le Territoire de Belfort, mort le à Toulouse[1], est un historien de l'art, professeur à l'université de Toulouse-Le Mirail, correspondant de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, auteur d'ouvrages sur l'art roman.

Marcel Durliat
Biographie
Naissance
Décès
(à 89 ans)
Toulouse
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Section historico-archéologique de l'Institut d'études catalanes (d) ()

Biographie

Ancien élève du Lycée Gerôme à Vesoul, Il fait ensuite des études à l'École normale de Vesoul, puis à l'École normale supérieure de Saint-Cloud. Après une agrégation d'histoire et un doctorat d'histoire de l'art, il est nommé professeur, en 1945, au lycée François-Arago de Perpignan. Il s'intéresse alors à la sculpture romane en Roussillon et commence à publier sur ce sujet à partir de 1948. Peu à peu, il devient le spécialiste incontesté de l'art médiéval du Sud de la France et de l'Espagne. En 1958, il est professeur à la Faculté des lettres, puis à l'Université de Toulouse-Le Mirail. Il y exerce jusqu'en 1979[2]. Doté d'une grande éloquence et d'une passion communicative, ses cours sont suivis par des auditoires conquis, non seulement dans les amphithéâtres mais aussi dans des voyages d'études.

Publications

  • Art catalan, Paris, Arthaud, 1963
  • L’Art dans le royaume de Majorque, Toulouse, Privat, 1962
  • L’Art roman en Espagne, Paris, Braun, 1962
  • L’Art roman en France (sous la direction de Marcel Aubert), Paris, Flammarion, 1961
  • Arts anciens du Roussillon : Peinture, Perpignan, 1954, Prix Hercule-Catenacci de l'Académie française
  • Christs romans, Perpignan, Éd. de la Tramontane, 1956
  • L’Église Saint-Jacques, Perpignan, Perpignan, 1974
  • Espagne du Levant : Catalogne, Baléares, Valence (en collaboration avec Pierre Deffontaines), Paris, Arthaud, 1957
  • Histoire de Toulouse (sous la direction de Philippe Wolff), Toulouse, Privat, 1974
  • Histoire du Roussillon, Paris, Presses universitaires de France, 1962
  • Languedoc méditerranéen et Roussillon, Grenoble, Arthaud, 1968
  • Le Prieuré de Serrabone, Paris, Société française d’archéologie, 1956
  • Les Pyrénées : de la montagne à l’homme (sous la direction de François Taillefer), Toulouse, Privat, 1974
  • Pyrénées romanes (en collaboration avec Victor Allègre), Éditions Zodiaque, 1969
  • Roussillon roman, Éditions Zodiaque, 1958
  • La Sculpture romane en Cerdagne, Perpignan, Éd. de la Tramontane, 1957
  • La Sculpture romane en Roussillon, 4 vol., Perpignan, Éd. de la Tramontane, 1948-1957
  • Cathédrale Saint-Jean-Baptiste, Perpignan
  • La sculpture romane en Cerdagne
  • L'architecture espagnole, Toulouse, Privat
  • Larressingle, Toulouse, Privat
  • Souvenirs de mon enfance et de mon adolescence, Madeleine Durliat
  • Marcel Durliat, L'art roman, Paris, Citadelles & Mazenod, (ISBN 9782850882807)
  • Des barbares à l'an mil, Paris, Editions Citadelles, (ISBN 9782850880209)
  • La sculpture romane de la route de Saint-Jacques : de Conques à Compostelle, Mont-de-Marsan, Comité d'études sur l'histoire et l'art de la Gascogne, (ISBN 9782950158413)

Notes et références

  1. J.J. R., « Disparition. Marcel Durliat, historien de l'Art », La Dépêche du midi, (lire en ligne)
  2. Henri Pradalier, « Marcel Durliat (1917-2006) », Persée, , Bulletin Monumental Année 2007 165-2 pp. 139-141 (lire en ligne)

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

  • Portail de l’histoire de l’art
  • Portail de l’historiographie
  • Portail du Territoire de Belfort
  • Portail de Vesoul
  • Portail des pays catalans
  • Portail de Toulouse
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.