Marguerite Holland (1385-1439)

Marguerite Holland () est une femme de la noblesse anglaise médiévale.

Margaret Beaufort, comtesse de Somerset
Titre de noblesse
Duchesse (d)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Margaret Holland
Famille
Père
Mère
Alice Holland (en)
Fratrie
Thomas Holland
Jeanne Holland (en)
Eleanor Holland (en)
Edmond Holland
Aliénor Holland (en)
Conjoints
Enfants

Biographie

Marguerite Hollande est la fille de Thomas Holland, 2e comte de Kent, qui est le fils de Jeanne de Kent, surnommée « la jolie fille du Kent » par ses contemporains et qui est elle-même la petite-fille d'Édouard Ier d'Angleterre, et d'Alice FitzAlan, fille de Richard FitzAlan, 3e comte d'Arundel et d'Éléonore de Lancastre.

Marguerite Holland épouse en premières noces Jean Beaufort, 1er comte de Somerset, un des fils de Jean de Gand, 1er duc de Lancastre, et de sa maîtresse Katherine Swynford. Le couple a six enfants :

En 1399, elle fut investie en tant que Lady Companion, Ordre de la Jarretière.

Après la mort de Beaufort en 1410 (dans la tour de Londres), elle épouse son neveu Thomas de Lancaster, duc de Clarence (1387–1421), fils du roi Henri IV. Ils n'eurent pas d'enfants.

Elle décède le à l'abbaye Saint-Sauveur, Bermondsey, à Londres, en Angleterre. Margaret et ses deux maris sont enterrés ensemble dans une tombe sculptée dans la cathédrale de Canterbury, en albâtre, où elle est allongée entre eux deux.

Descendants

Par son fils Jean, le premier duc de Somerset, Lady Margaret est une ancêtre des rois Tudor.

Sa fille Jeanne, reine consort d'Écosse, et le duc de Somerset sont les ancêtres du roi George Ier de Grande-Bretagne. En tant que tels, les deux enfants sont des ancêtres de la famille royale britannique actuelle .

La sœur de Lady Margaret, Aliénor Holland, la comtesse de March est également un ancêtre direct de George Washington, premier président des États-Unis d'Amérique.

Références

    • Portail du Moyen Âge tardif
    • Portail de l’Angleterre
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.