Mark A. Landis

Mark A. Landis, né à Laurel (Mississippi), ou à Norfolk, (Virginie), le [1], est un peintre et faussaire américain, qui a exécuté un grand nombre de faux en peinture. Il a de nombreuses fois fait donation de ses faux à des musées officiels américains.

Pour les articles homonymes, voir Landis.
Mark A. Landis
Naissance
Nom de naissance
Mark Augustus Landis
Nationalité
Activité
Formation
Westland Middle School (en)

Biographie

Famille

Son grand-père, Arthur Landis, était un responsable de la Compagnie des automobiles Auburn[2], aujourd'hui disparue. Son père, officier de l'US Navy, fut affecté à l'OTAN en Europe, et à ce titre vécut avec sa famille à Londres, Paris et Bruxelles.

Parcours

Mark Landis est très affecté à 17 ans par la mort de son père. Il fait un passage en clinique psychiatrique au Kansas ; on le diagnostique schizophrène. Il fait des études d'art à l'école de l'Institut d'art de Chicago puis à San Francisco, où il travaille ensuite dans le commerce de l'art, entre autres en faisant l'entretien et les retouches des œuvres endommagées[3],[4]. Il achète une galerie d'art, mais celle-ci fait faillite.

Ruiné à 30 ans, il décide de retourner vivre avec sa mère à Laurel. Mais avant, il décide de faire un geste pour faire plaisir à sa mère : faire une donation à un musée en l'honneur de son père, une copie de Maynard Dixon, impressionniste américain, à un musée californien ; l'expérience le convainc de recommencer[5]. Pendant plus de vingt ans, il procèdera à des donations auprès d'une cinquantaine de musées américains[6], choisissant plutôt des musées de petite taille, qui n'ont pas les moyens d'analyse et de vérification des grands musées. Tous n'ont pas été dupes, mais la supercherie est restée discrète pendant plus de vingt ans, en dépit de la multitude d'œuvres dispersées. Mark Landis a même proposé plusieurs fois un faux de la même œuvre à des musées différents.

Pendant cette période, il continue de produire ses propres œuvres, qu'il commercialise par le biais de Narsad Artworks[7], un groupe assurant la promotion des œuvres artistiques réalisées par des personnes mentalement déficientes. En 2012, il est possible d'acheter du papier à lettres décoré par Les Magnolias de Landis[8]. Il change souvent de domicile, résidant à plus de 15 adresses différentes entre 1985 et 2000. Patsy Hollister, cofondatrice de Narsad, pense que Landis est plus probablement bipolaire que schizophrène, avec une capacité à peindre incroyablement vite. Parlant des icônes, il dit : « J'en ai donné à des centaines d'églises[5]. Mark Landis travaille aussi dans les domaines de l'animation et de la publicité[9]. »

Son succès ne semble pas tant venir de l'excellence de ses copies, que de sa capacité à imiter toutes sortes de styles, alliée à un sens de la mise en scène qui désarçonne les responsables de musées.

Enquête

En 2007, Mark Landis propose au musée d'art d'Oklahoma City plusieurs œuvres, dont une aquarelle de Louis Valtat, une scène de port de Paul Signac, un autoportrait de Marie Laurencin, une huile de Stanislas Lépine, un nu et un dessin de Daumier[10]. Le conservateur, Matthew Leininger, fait faire des recherches par son équipe, qui découvre qu'un Signac curieusement semblable a été offert au musée du Savannah College of Art and Design, à la même époque. Un communiqué de presse fait justement état de la donation de Signac, Avery et Laurencin[11]. Le communiqué livre le nom authentique de Mark Landis, lui-même citant son père. Leininger pousse ses recherches plus loin, et découvre que Landis a trompé plus de 45 musées dans 19 villes différentes. Il alerte les musées, communiquant les photos disponibles de Landis. À ce moment, l'enquête reste confidentielle.

En , Mark Landis se rend au musée Paul and Lulu Hilliard University Art Museum à Lafayette, en Louisiane, prenant l'identité d'un prêtre jésuite, le Père Arthur Scott. Il fait donation d'un tableau de Charles Courtney Curran, prétextant la mort récente de sa mère. Le directeur Mark Tullos confie l'œuvre à sa conservatrice Joyce Penn, qui procède à une vérification rapide de l'œuvre en l'examinant sous la lumière ultra-violette : c'est un faux. L'examen au microscope révèle qu'une copie de l'original a été vraisemblablement collée sur le tableau, puis peinte par-dessus. Joyce Penn pousse l'investigation plus loin, et fait le lien avec l'enquête de Leininger. En , The Art Newspaper publie un article complet sur le sujet, bientôt repris par d'autres publications. La dernière tentative connue de sa part fut en , à nouveau sous l'identité du Père Arthur Scott, auprès du musée d'Ackland à l'université de Caroline du Nord, avec un croquis académique français[12].

Situation juridique

En première approche, n'ayant jamais tiré profit de ses donations, Mark Landis n'aurait commis aucun crime ; ainsi aucun musée n'a jugé utile de le poursuivre. Il a pourtant employé de nombreuses fausses identités (Steven Gardiner, Arthur Scott, James Brantley, Mark Lanois)[13] dans une vingtaine d'États. On peut également citer les frais supplémentaires d'expertise de ses œuvres.

Exposition

Mark Tullos a souhaité arrêter la carrière de Landis. Comme le recours purement juridique ne semble pas certain, une exposition des œuvres connues de Landis est organisée ; celui-ci apporte même sa contribution par le prêt des livres d'art qui l'ont accompagné dans sa carrière de faussaire. Organisée par Leininger et Aaron Cowan, cette exposition, intitulée Faux Real, se tient à Cincinnati du 1er avril au , à la Dorothy W. and C. Lawson Reed Jr. Gallery, université de Cincinnati[14],[15],[16],[6]. Celle-ci a préparé une courte vidéo présentant les œuvres les plus significatives de Landis[17].

Les organisateurs disent avoir invité Mark Landis à venir.

Peintres et auteurs copiés

Œuvres

Notes et références

  1. Forgery Artist's Long Trail of Fake Gifts Leads to Fame, Live Science, 9 avril 2012
  2. Schenectady Gazette, 3 janvier 1934.
  3. The forger’s story , Financial Times.
  4. Art Forger Mark Landis, Maxim.
  5. « Moi, Mark Landis, peintre, faussaire et philanthrope », Le Point.
  6. FAUX REAL: A Forgers Story, Art Hopper.
  7. https://www.narsadartworks.org/artauction/silent_auction.html Œuvres de Mark Landis.
  8. Magnolias, papier à lettres, Narsad Artworks.
  9. Biographie des artistes, Narsad.
  10. “Jesuit priest” donates fraudulent works, The Art Newspaper.
  11. SCAD Museum of Art Announces Significant New Donations From Mark Landis, Design Taxi.
  12. « Elusive Forger, Giving but Never Stealing », New York Times.
  13. The Sleuth and the Forger, Cincinnati Magazine.
  14. Hilliard University Art Museum Plays April Fools' Joke On Prolific Forger, Huff Post
  15. Prolific forger Mark Landis is target/subject of April Fool's Day exhibit in Cincinnati
  16. UC Exhibit Focus: Museums' Vulnerability to an Artful Dodger who Donates Forgeries, université de Cincinnati
  17. Faux Real, université de Cincinnati, Youtube.
  18. « Museum plays April Fools' joke on prolific forger »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?) The Wichita Eagle.
  19. Milton Avery, National Portrait Gallery, Smithsonian Institution.
  20. De Grummond N° 28, the University of Southern Mississippi.
  21. Newspaper: Forger gave paintings to SLU art museum, St Louis today
  22. Selected recent acquisitions, St Louis University.
  23. Magazine N°54, Museum of Art and Archeology, University of Missouri.
  24. Objets datant de la Guerre de Sécession, the University of Southern Mississippi.
  25. « Pastoral peace »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?)
  26. « Woman and boys on beach »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?)
  27. « Young girl »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?)
  28. « Sisters »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?)
  29. « Woman and children in water »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?)
  30. « Ride in the park »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?)
  31. « Tree alone »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?)
  32. Autumn scene « Copie archivée » (version du 3 avril 2015 sur l'Internet Archive)
  33. Blue dress « Copie archivée » (version du 3 avril 2015 sur l'Internet Archive)
  34. Magnolias « Copie archivée » (version du 3 avril 2015 sur l'Internet Archive)
  35. Pink dress « Copie archivée » (version du 3 avril 2015 sur l'Internet Archive)
  36. Tropical scene « Copie archivée » (version du 3 avril 2015 sur l'Internet Archive)
  37. Vase of flowers « Copie archivée » (version du 3 avril 2015 sur l'Internet Archive)
  38. White dress « Copie archivée » (version du 3 avril 2015 sur l'Internet Archive)

Annexes

Article connexe

Liens externes

  • Portail de l’histoire de l’art
  • Portail de la peinture
  • Portail des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.