Masahiko Shibayama

Masahiko Shibayama (柴山 昌彦, Shibayama Masahiko), né le 5 décembre 1965, est un homme politique japonais du Parti libéral-démocrate, membre de la Chambre des représentants à la Diète nationale (pouvoir législatif).

Masahiko Shibayama
柴山 昌彦
Fonctions
Ministre japonais de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie
chargé de la Réhabilitation de l'éducation

(11 mois et 9 jours)
Premier ministre Shinzō Abe
Gouvernement Abe IV
Prédécesseur Yoshimasa Hayashi
Successeur Kōichi Hagiuda
Représentant du Japon
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 26 jours)
Élection 22 octobre 2017
Circonscription 8e district de Saitama
Législature 48e
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Nagoya
Japon
Nationalité Japonaise
Parti politique Parti libéral-démocrate
Diplômé de Université de Tokyo
Profession Avocat
Site web Site officiel

De 2018 à 2019, il est ministre de l’Éducation[1].

Enfance, éducation et carrière avant l’entrée en politique

Né à Nagoya (préfecture d'Aichi), il a grandi dans la préfecture de Saitama. Il est diplômé de l'université de Tokyo et a rejoint Sumitomo Real Estate en 1990, mais il en a démissionné afin d’étudier pour passer l'examen du barreau, ce qu'il a réussi en 1998. En 2000, il est devenu avocat et il est entré dans le cabinet d'avocats Toranomon Chuo Cabinet à Tokyo[2].

L'homme politique

Shibayama a été élu à la Chambre des représentants pour la première fois en 2004, lors d'une élection spéciale à Saitama organisée pour remplacer Masanori Arai, qui avait été arrêté pour violation de la loi sur le financement des campagnes électorales[3]. Il a été réélu lors de l'élection générale l'année suivante. En 2008, il a été nommé vice-ministre des Affaires étrangères dans le cabinet du Premier Ministre Yasuo Fukuda et il a été maintenu à ce poste dans le cabinet suivant, de Tarō Asō.

Shibayama a perdu son siège de Saitama lors de l'élection générale de 2009, mais il était inclus dans la liste du Kanto du PLD et il est resté membre de la Chambre des Représentants. Après que le PLD a repris le pouvoir lors des élections générales de 2012, il a été nommé Senior Vice-Ministre des Affaires intérieures et des Communications dans le deuxième cabinet de Shinzō Abe. Il a également servi comme  "conseiller spécial" auprès du premier ministre, et comme porte-parole du gouvernement pour la politique de relance budgétaire[4]; dans ce cadre, il a fait valoir, en 2016, que "doubler le nombre de travailleurs étrangers [au Japon] ne peut pas être évité vu la situation globale des marchés."[5] et qu'il fallait adopter une politique de petits pas en la matière[1].

Shibayama est un homme politique proche de Shinzō Abe et de ses idées: en , il a présenté une offrande au nom du premier ministre au sanctuaire Yasukuni[6]. Il est membre de l'organisation conservatrice Nippon Kaigi[7]

Shibayama est marié, et il a une fille.

Ministre de l’éducation

Lors de son discours inaugural comme nouveau ministre de l’éducation le , Shibayama a fait l’éloge du rescrit impérial sur l'éducation (de 1890) et a vanté son usage pour l'enseignement de la morale[8].

Références

  1. Cabinet profiles, The Japan Times (2 octobre 2018).
  2. (ja) « プロフィール », sur しばやま昌彦オフィシャルウェブサイト (consulté le 17 avril 2017)
  3. Tomohito Shinoda, Contemporary Japanese Politics: Institutional Changes and Power Shifts (Columbia University Press, 2013), p. 127.
  4. « 'Too Early' for Further BOJ Stimulus, Abe Aide Shibayama Says », Bloomberg.com, (lire en ligne, consulté le 17 avril 2017)
  5. (en-US) Isabel Reynolds et David Roman, « Japan grows more open to foreign workers as population declines », The Japan Times Online, (ISSN 0447-5763, lire en ligne, consulté le 17 avril 2017)
  6. Chehui Peh, Teppei Kasai, Asian neighbors protest as Japan PM sends offering to war dead shrine, Reuters (15 août 2017).
  7. New education minister supports prewar rescript urging children's loyalty to emperor, The Mainichi (4 octobre 2018).
  8. Agence Jiji, Japan’s new education minister slammed for advocating classes based on ‘militarist’ Imperial Rescript, The Japan Times (4 octobre 2018).

Liens externes

  • Portail de la politique
  • Portail du Japon
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.