Matthias Stom

Matthias Stom (né vers 1589-1590, Amersfoort – mort après 1650[1]) est un peintre du siècle d'or hollandais, considéré comme l'un des meilleurs représentants de l'École caravagesque d'Utrecht. Il est aussi connu sous le nom de Matthias Stomer. Ce peintre a passé la plus grande partie de sa carrière artistique en Italie et environ 200 de ses œuvres ont été préservées à ce jour.

Matthias Stomer
Caius Mucius Scaevola en présence de Porsenna, huile sur toile, début des années 1640, Art Gallery of New South Wales.
Naissance
Entre et
Amersfoort
Décès
Entre et
Sicile
Activité

Biographie

Annonciation

Les détails de sa vie sont rares. On pense cependant qu'il est né dans la zone d'Utrecht, en Hollande. Dès 1615 en tout cas, il est l'élève du caravagiste hollandais Gerard van Honthorst à Rome. On sait qu'il vivait vers 1630 dans une maison de Rome dans laquelle le peintre Paulus Bor avait lui-même vécu peu de temps auparavant[2]. Il reste à Rome jusqu'en 1632, puis se rend à Naples où il réside jusqu'en 1640. Il part alors pour Palerme où il peint des tableaux pour des églises de Monreale et Caccamo. On sait aussi que le duc de Messine, Antonio Ruffo, lui a acheté trois peintures. On ne connaît pas le lieu de sa mort, peut-être est-ce en Sicile ou bien en Italie du Nord, puisqu'en 1652 il est fait mention qu'il a peint un tableau d'autel pour l'église de Chiuduno[3].

Son fils, Matthias Stom le Jeune (1649-1702), était peintre lui aussi.

Style

Christ

Son style est fortement influencé par le Caravage et ses suiveurs italiens, utilisant lui aussi avec grand effet la technique du Chiaroscuro. Ses tableaux, représentant le plus souvent des scènes religieuses, sont appréciés pour le traitement précis et le coloris des visages qui font ressortir leur psychologie[4]. Stom est à ce titre considéré comme l'un des peintres majeurs du caravagisme, l'ayant porté à une densité nouvelle, différente de celle du Caravage et de ses disciples italiens[5].

Œuvres

Notes et références

Annexes

Bibliographie

  • (en) B. Nicolson, « Stomer Brought Up-to-Date », The Burlington Magazine, 119 (1977), p. 230-245
  • (en) M. Osnabrugge, « New documents for Matthias Stom in Naples », The Burlington Magazine, 156 (2014), no. 1331, p. 107-108

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la peinture
  • Portail du XVIIe siècle
  • Portail des Pays-Bas
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.