Maurice Feuillet

Maurice Alexandre Albert Feuillet, né le dans le 9e arrondissement de Paris et mort le dans le 16e arrondissement de Paris, est un artiste peintre, dessinateur, illustrateur et journaliste français. Fondateur du Figaro artistique, il fut un important critique d'art.

Pour les articles homonymes, voir Feuillet.
Maurice Feuillet
Photo d'identité (circa années 1930).
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Lieu de travail
Conjointe
Pauline de Borsat (d)
Distinction

Biographie

« Verdi durant les répétitions de Falstaff », gravures exécutés par Michelet d'après Feuillet (L'Univers illustré, 1894).

Né à Montmartre, Maurice Feuillet fréquente très jeune le milieu artistique de son quartier ainsi que la république du Croissant : témoin du duel entre Paul Déroulède et Georges Clemenceau le , il en rapporte plusieurs esquisses et se fait remarquer par la presse périodique illustrée. Il collabore entre autres à L'Univers illustré, au Mois littéraire et pittoresque, effectuant des reportages à l'étranger en tant que correspondant international. Il travaille en lien avec la presse belge dont Le Petit Bleu.

Nommé secrétaire du Comité directeur de la presse étrangère, il s'active pour défendre les droits des illustrateurs de presse en matière de reproduction. Il est membre de la Société des amis de l'Art japonais, fondée par Siegfried Bing et Charles Gillot, dirigée par Henri Vever.

En 1901, après un passage au Frou-frou, il collabore à l'illustration du supplément de L'Assiette au beurre, les « Tartines », dirigés par Camille de Sainte-Croix. En 1904, il réalise un ouvrage destiné à célébrer les 75 ans de l'indépendance de la Belgique et qui fut présenté lors de l'exposition universelle de Liège.

En août 1914, il est mobilisé et reste en services durant toute la durée du conflit jusqu'en , après avoir été blessé en 1916, puis affecté au ministère de l'Armement.

De à , il fonde et dirige Le Figaro artistique, un supplément hebdomadaire consacré à l'art, puis devient directeur du Gaulois artistique jusqu'à la disparition du journal[1]. Il y publie notamment une monographie critique sur René Hanin.

En , il est fait chevalier de la Légion d'honneur[2].

Parallèlement à sa carrière d'illustrateur et de critique d'art pour la presse, Maurice Feuillet se spécialise dans l'histoire du dessin depuis le XVIIe siècle et en devient un expert reconnu. Collectionneur, il fait don des nombreuses œuvres qu'il avait accumulées à la ville de Marseille[3].

Affiches

  • Billards St Martin, 66 rue de Bondy Paris, Imprimerie Charles Verneau, 1897.
  • Mme Morelli, queen of jaguars. Bostok's Hippodrome, Imprimerie Paul Dupont, 1904.

Publications

  • Exposition du livre japonais organisée au Palais des Beaux-Arts, avec Alexandre Halot, Bruxelles, Musée du Livre, 1911.
  • Des conséquences juridiques de la minorité en matière de contrat de travail, Lille, Imprimerie C. Robbe, 1912.
  • Causerie d'un amateur d'art : le dadaîsme au musée de Grenoble, Paris, Le Figaro artistique, 1923.
  • Exposition Frank A. Brown [1876-1962] : aquarelles, ouverte du 4 au , Paris, 1926.
  • Les dessins d'Honoré Fragonard et de Hubert Robert dans les bibliothèque et musée de Besançon[4], Paris, Léo Delteil, 1926.
  • Erté : exposition de ses œuvres, Hôtel Jean Charpentier à Paris, -, catalogue par Maurice Feuillet et George Barbier, 1929.
  • Paul Margueritte, Ma grande, illustrations d'après les aquarelles de Maurice Feuillet, Paris, Arthème Fayard, s.d.

Notes et références

  1. Le Gaulois artistique, une du no 1, datée mercredi 10 novembre 1926, sur Gallica.
  2. Archives nationales de France, base Léonore, cote 19800035/938/9196.
  3. Le musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode comporte plusieurs salles ouvertes grâce aux dons de Maurice feuillet, cf. Donation Maurice et Pauline Feuillet de Borsat : Musée Borély.
  4. Collection de Pierre-Adrien Pâris, architecte du Roi (1745-1819).

Liens externes

  • Portail des arts
  • Portail de la presse écrite
  • Portail de la peinture
  • Portail du XXe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.