Maxime Desbiens-Tremblay

Maxime Desbiens-Tremblay est un comédien, animateur, auteur-compositeur-interprète québécois né le . Il évolue dans le milieu artistique québécois depuis près de vingt ans.

Maxime Desbiens-Tremblay
Maxime Desbiens-Tremblay lors de la Fête des neiges 2016.
Biographie
Naissance
Période d'activité
1994 - present
Nom dans la langue maternelle
francais
Pseudonyme
Max D. Tremblay
Nationalité
canadien
Activités
Autres informations
Instrument
guitare

Biographie

Enfance et adolescence

Maxime Desbiens-Tremblay naît le [1]. Il commence sa carrière d'acteur dès l'enfance, alors qu'il décroche son premier rôle en 1994 dans la série Alys Robi de François Labonté[2]. Il co-anime aux côtés de Marie-Pier Morand le talk-show Les Couche-tôt de 1995 à 1998[2].

Parallèlement à sa carrière de comédien et d'animateur, il s’adonne jeune à la musique. Son expérience d’animation aux Couche-tôt lui donne l’occasion d'accompagner à la guitare dans le cadre du segment musical de l’émission des artistes qu'il reçoit, tels Les Colocs, Robert Charlebois, Claude Dubois, Garou, Okoumé[réf. nécessaire].

À 15 ans, il forme un groupe de blues[3] et se produit au FestiBlues international de Montréal[réf. nécessaire].

Maxime Desbiens-Tremblay apparaît dans plusieurs séries télévisées au cours de son adolescence, dont Urgence, Un gars, une fille, Mon meilleur ennemi, et dans le téléfilm L’histoire de l’oie[2]. Il interprétera dans la série Ramdam le rôle de Manolo de 2001 à 2008 [2]. Ce rôle lui vaudra des nominations aux galas Métrostar et Artis en 2005, 2006 et 2008 [2],[4].

Âge adulte

Maxime Desbiens-Tremblay passe au grand écran, alors qu'il est de la distribution du film À vos marques... party! et d’À vos marques... party! 2 en 2006 et 2008[2]. De 2005 à 2007, il est de la distribution de la comédie musicale Muguette Nucléaire de Marc Drouin, où il décroche le rôle de Ti-Loup[5].

En 2006, il fonde le groupe Éléphantine[3] et fait paraître deux ans plus tard un maxi intitulé Sous le règne des lampadaires[réf. nécessaire]. Suivra la sortie en 2009 d’un premier album, Le bonheur en 3D[6]

En 2012, il se lance en solo sous l'identité « Tremblay »[3],[7]. Son premier album s'intitule Ça va, ça va [8] . Il fait paraître un second album, Porcelaine, en 2015[3],[9], puis un troisième, Bleu Septembre, en [10]. L’auteur-compositeur-interprète révèle que Bleu septembre est une œuvre plus intime et mature qui marque son passage dans la trentaine[11],[12]. Si ses deux albums précédents sont marqués pat la guitare acoustique et le son folk, Bleu septembre laisse place à la guitare électrique ainsi qu’aux synthétiseurs[13],[11]. Un premier vidéoclip tiré de l'opus est lancé en 2019[14],[15].

Discographie

Avec Éléphantine

      Albums solo

            Filmographie

            Notes et références

            1. « Ramdam : pesonnages », sur Télé-Québec (consulté le 18 juin 2017)
            2. « Curriculum Vitæ », sur Agence Chantal-David (consulté le 18 juin 2017)
            3. Caroline Rodgers, « Maxime Desbiens-Tremblay : appelez-moi Tremblay », sur La Presse, (consulté le 18 juin 2017)
            4. « Gala Métrostar 2005 avec Éric Salvail », sur TVA (consulté le 18 juin 2017)
            5. Christian Saint-Pierre, « Muguette Nucléaire : désobéissance civile », sur Voir, (consulté le 18 juin 2017)
            6. Francis Hébert, « Éléphantine : Le bonheur en 3D », sur Voir, (consulté le 18 juin 2017)
            7. Agnès Gaudet, « Maxime Desbiens-Tremblay en chansons », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 17 juin 2017)
            8. Marie-Josée Boucher, « Info-Culture.biz », sur Info-Culture.biz, (consulté le 11 février 2020)
            9. Bruno Lapointe, « Un deuxième album pour Tremblay », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 18 juin 2017)
            10. « « Bleu septembre » : un album personnel de Tremblay #ARP », sur ARP.média, (consulté le 11 février 2020)
            11. Bruno Lapointe, « Imposer sa voix », sur Le Journal de Montréal (consulté le 11 février 2020)
            12. « Maxime Desbiens-Tremblay: relève avec expérience », sur Le Nouvelliste, (consulté le 11 février 2020)
            13. « Le bleu septembre de Tremblay », sur L'Hebdo Journal, (consulté le 11 février 2020)
            14. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant.https://hollywoodpq.com/maxime-desbiens-tremblay-lance-un-clip-assez-glauque/, sur hollywoodpq.com (consulté le 11 février 2020)
            15. Ève-Marie Lortie, « Max D Tremblay nous présente en primeur son nouveau vidéoclip «Bleu Septembre» », (consulté le 11 février 2020)

            Voir aussi

            Liens externes

            • Portail de la télévision
            • Portail du cinéma québécois
            • Portail de la musique
            Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.