Maxime Renahy

Maxime Renahy est à né à Besançon (Doubs) en 1978 est un lanceur d'alerte français ayant travaillé dans la finance à Jersey et au Luxembourg.

Ne doit pas être confondu avec Nicolas Renahy.
Maxime Renahy
Maxime Renahy à Besançon en 2019.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Lanceur d'alerte, Gestionnaire de fonds
Autres informations
A travaillé pour
Mourant Ozannes (en) (-)
Site web

Biographie

Carrière dans la finance et au service de la D.G.S.E.

À Jersey, il est administrateur de fonds d'un des plus gros cabinets d'avocats de l'île (fiduciaire Mourant (en)) [1]. Le rachat du fabricant de valises Samsonite (Hénin-Beaumont) est l'élément déclencheur qui l’amène à prendre contact avec les services de renseignement français DGSE.

En parallèle de ses activités professionnelles, il transmet durant 5 ans des informations sensibles aux services de renseignement français DGSE [2],[3],[4].

Comme il le raconte dans son livre Là où est l'argent (éditions Les Arènes), les échanges sont alors fréquents entre lui et les agents français, notamment via des clés USB chiffrées. Par la suite, il étend son espionnage à d'autres cabinets d'avocats via des soirées, et plus généralement les événements festifs fréquents sur l'île [4],[5],[6]. Une fois muté au Grand-Duché du Luxembourg, il lui est alors demandé de découvrir le montant des rétrocommissions potentiellement versées par les britanniques dans divers dossiers d'armement. Ayant l'impression qu'il "ne servait pas l'intérêt de [ses] concitoyens, mais [...] d'autres multinationales et milliardaires français", il décide alors de quitter le monde financier et les services de renseignement pour aller travailler pour des ONG [4],[6],[5].

Carrière de lanceur d'alerte

Afin de lutter contre l'évasion fiscale, il crée avec son frère Alexandre une association et le site Internet lanceuralerte.org permettant à d'autres lanceurs d'alerte de déposer des informations de manière anonyme, le but étant de les diffuser par la suite [7].

Début 2019, la Confédération paysanne a accusé le groupe Lactalis d'avoir soustrait 2 milliards au fisc sur la base des travaux de Maxime Renahy [7],[8].

Il intervient régulièrement dans les médias pour sensibiliser l'opinion sur l'optimisation fiscale et l'évasion fiscale [9],[10].

Publication

  • Là où est l’argent, Paris, Les Arènes, 2019 (ISBN 978 2 35204 751 3)

Notes et références

  1. « PORTRAIT. Maxime Renahy, l'espion franc-comtois qui dénonce les dérives de la finance et les paradis fiscaux », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté (consulté le 12 septembre 2019)
  2. « - Évasion fiscale: Maxime Renahy, l’ex-agent secret devenu lanceur d’alerte », sur La Voix du Nord, (consulté le 12 septembre 2019)
  3. « Une taupe de la DGSE au coeur des paradis fiscaux », sur LExpress.fr, (consulté le 12 septembre 2019)
  4. « Maxime Renahy, un espion français au cœur des paradis fiscaux », sur www.franceinter.fr (consulté le 12 septembre 2019)
  5. « Paradis fiscaux : Maxime Renahy raconte sa vie d’espion, au service de la DGSE », sur Franceinfo, (consulté le 12 septembre 2019)
  6. Hervé Chambonnière, « Maxime Renahy. « L’État français utilise les paradis fiscaux » », sur letelegramme.fr, (consulté le 12 septembre 2019)
  7. « Lactalis accusé par la Confédération paysanne d'avoir soustrait 2 milliards au fisc », sur FIGARO, (consulté le 12 septembre 2019)
  8. Christophe Violette, « INFO OUEST-FRANCE. La très complexe tuyauterie financière de Lactalis », sur Ouest-France.fr, (consulté le 12 septembre 2019)
  9. « Comment ils ont bradé la France », sur Marianne, (consulté le 12 septembre 2019)
  10. « "Dans les paradis fiscaux, on considère les gilets jaunes commes des jaloux dangereux" », sur Marianne, (consulté le 12 septembre 2019)

Liens externes

  • Portail de la finance
  • Portail du renseignement
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.